Albums

Stern N°5 : plus qu’une simple formalité...

Par Christian MISSIA DIO le 19 mai 2023                      Lien  
Ce printemps 2023 marque le retour de la série "Stern" après trois ans d'absence. Dans le cinquième épisode de cet excellent western créé par les frères Frédéric et Julien Maffre, les auteurs abordent cette fois les questions du racisme et de la manière dont la justice est rendue dans une démocratie dite "civilisée". Passionnant !

Plusieurs mois se sont écoulés depuis l’affaire narrée dans Stern T. 4 - Tout n’est qu’illusion. Elijah Stern vit toujours à la Nouvelle-Orléans et travaille toujours comme fossoyeur au cimetière Saint-Louis avec son collègue Murray.

Ce jour-là, après une longue journée de travail, Stern récupère son salaire hebdomadaire auprès de son employeur Mr Max Fidler. Au cours de leur bref échange, le jeune homme fait un constat amer : que l’on soit à Morrison, une bourgade perdue au fin fond du Kansas, ou dans une grande ville telle que la Nouvelle-Orléans, les indiscretions et la rumeur circulent à la même vitesse de l’éclair ! En effet, le responsable des pompes funèbres et le directeur de l’Arvest Bank sont cousins, ils portent d’ailleurs le même patronyme. Et ce dernier - prénommé Truman - lui a révélé que son employé possède un compte dans son établissement, dans lequel il conserve tout son argent... En voilà un qui ne s’embarasse guère du secret bancaire !

Stern N°5 : plus qu'une simple formalité...
Stern T. 5 - Une simple formalité
Frédéric & Julien Maffre © Dargaud

Elijah se rend donc à la banque pour faire un dépôt. Il arrive juste au moment de la fermeture mais Truman Fidler se montre sympathique et accepte de traiter sa demande. Durant la transaction, le banquier enseigne à notre croque-mort le cycle de la violence qui sévit dans le Sud. Il s’agit de ses dernières paroles car l’instant d’après, trois braqueurs masqués pénètrent les lieux, vident les caisses et abattent le pauvre homme sous les yeux de Stern.

Quelques heures plus tard au commissariat, l’inspecteur Moss invite Stern à identifier trois suspects en possession d’un canon scié, le même type d’arme qui a servi au braquage et au meurtre du directeur de la banque. Sauf que Stern se montre catégorique : ces pauvres bougres ne sont pas les auteurs du double crime. Sa conviction repose sur l’allure des braqueurs (trois hommes à la posture assurée) et à la couleur de leurs yeux qui sont bleus, tandis que les prisonniers sont des Italiens ; deux hommes adultes, l’un bedonnant et l’autre à un équilibre mental fragile. Et Guido, un adolescent aux ordres de Matranga, le chef du gang des Italiens (voir tome 4). Stern et Guido se connaissent pour s’être affrontés dans l’épisode précédent. En dépit de ce contentieux, notre héros refuse d’accuser à tort ces trois hommes. Mais le problème est que le racisme ambiant contre les Italiens fait d’eux des coupables idéaux. L’inspecteur Moss en est d’ailleurs convaincu, si bien qu’il perçoit dans le refus de Stern d’identifier ces malheureux comme une preuve de sa duplicité. Il n’en faut pas plus pour que le croque-mort se retrouve incarcéré à son tour, dans la même cellule que celle des Italiens. Le voilà dans de beaux draps !

L’histoire des discriminations est un corollaire à l’histoire des États-Unis. En effet, ce pays s’est construit en partie sur l’exploitation et l’exclusion des minorités ethniques et raciales. Nous le savons, les autochtones d’Amérique, les Noirs et les Asiatiques étaient discriminés [1].

C’est que, jusqu’à aujourd’hui, pour une catégorie de la population étasunienne, être Américain signifie être un homme blanc anglo-saxon protestant (WASP). Pour eux, il n’y a pas une race blanche mais plusieurs races blanches hiérarchisées. Et dans cette hiérarchisation, les Italiens du Sud et les Siciliens constituaient les classes les plus basses parmi les Blancs à cause de leur apparence physique. Dans un article publié dans Courrier international [2], l’historienne Jennifer Guglielmo nous explique que les immigrants italiens étaient confrontés à des masses de livres, de magazines et de journaux qui “bombardaient les Américains d’images d’Italiens présentés comme des individus de race suspecte”. Ils pouvaient être exclus de l’accès aux écoles, aux cinémas et aux syndicats ou confinés, dans les églises, aux bancs réservés aux Noirs. Ils étaient décrits dans la presse comme les membres d’une race criminelle “à la peau basanée” et “aux cheveux crépus”, et on les couvrait dans la rue d’épithètes telles que “métèques” ou “Noirs de Guinée” – une expression moqueuse appliquée aux esclaves africains et à leurs descendants – ou d’insultes carrément racistes comme “nègres blancs” et “nègres macaronis”. D’ailleurs en Louisiane, les Noirs et les Italiens vivaient dans les mêmes quartiers.

Stern T. 5 - Une simple formalité
Frédéric & Julien Maffre © Dargaud

En 1891, onze immigrants italiens furent tués à La Nouvelle-Orléans lors d’une irruption de la foule dans la prison de la ville. Dix-neuf Italiens avaient été accusés du meurtre du chef de la police David Hennessy et neuf d’entre eux avaient été inculpés. Six avaient été acquittés lors du procès et une annulation du procès a été déclarée pour les trois autres car le jury n’avait pas réussi à s’entendre sur leurs verdicts. Il y avait une croyance répandue dans la ville que le crime organisé italo-américain était responsable du meurtre du chef de la police, dans une période de sentiment italophobe et de criminalité croissante. Cette affaire provoqua l’un des plus grands lynchages de l’histoire du pays.

Vous l’aurez compris, les auteurs Frédéric & Julien Maffre se sont une nouvelle fois inspirés d’une des (nombreuses) périodes tourmentées de l’histoire des USA, pour construire de façon inédite leur récit. À l’instar des quatre précédents albums de la série, ce nouvel épisode intitulé Une Simple Formalité est un album brillant tant au niveau du dessin que de son scénario. Stern est un western résolument atypique qu’il faut découvrir absolument.

Voir en ligne : Découvrez la série "Stern" sur le site des éditions Dargaud

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782205203738

Stern T. 5 - Une Simple Formalité - Frédéric & Julien Maffre - Dargaud

À lire sur ActuaBD :

Stern T. 5 : Une simple formalité - Frédéric & Julien Maffre - Dargaud. Album paru le 28 avril 2023. 72 pages, 16,00 euros.

[1Nous utilisons le passé mais cela ne signifie pas que les discriminations aient disparu de nos jours, NDLR

[2Racisme. Comment les immigrés italiens aux États-Unis sont devenus blancs, article publié le 2 décembre 2019.

Dargaud ✍ Frédéric Maffre ✏️ Julien Maffre à partir de 17 ans Western Policier, Thriller Drame France
 
CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Christian MISSIA DIO  
A LIRE AUSSI  
Albums  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD