Romans Graphiques

Brontëana – Par Paulina Spucches – Ed. Steinkis

Par Damien Boone le 18 septembre 2023                      Lien  
La famille Brontë a marqué la littérature britannique du XIXe siècle, notamment à travers Charlotte, Emilie et Anne, toutes trois poétesses et romancières, qui ont initialement rencontré le succès avec des pseudonymes masculins. Si les deux premières sont davantage reconnues et célébrées, l'illustratrice Paulina Spucches s'intéresse ici à la benjamine, Anne, souvent décrite comme sensible. On y découvre le portrait d'une femme déterminée et, au-delà, d'une famille en quête de liberté.

On doit notamment à Anne Brontë deux romans publiés au milieu du XIXe siècle, Agnes Grey et La Locataire de Wildfell Hall, ainsi que des poèmes. La mémoire a pourtant fait davantage honneur à ses deux sœurs aînées, Charlotte et Emily. Les trois sœurs font publiquement parler d’elles d’abord par procuration : en 1848, dans de chics salons littéraires londoniens, un fier éditeur attire tous les regards. Il est celui chez qui sont publiés les écrits des trois frères Bell : Currer, Ellis et Acton.

Personne les a encore vus (et pas même leur éditeur, leurs échanges n’étant qu’épistolaires), mais tous en parlent car leurs écrits sont licencieux pour l’époque. Le dernier, signé sous le nom d’Acton Bell, est même scandaleux : une femme s’installe à proximité d’une ferme, et rapidement des sentiments se développent entre cette femme et le fermier.

Malgré leur amour réciproque, la femme refuse les avances de son voisin car... elle est mariée ! Elle a fuit, avec son enfant, un mari méprisant et dominateur. Dans une société corsetée est conservatrice, ce comportement est perçu comme immoral, et est même illégal : cette femme se soustrait à ses devoirs d’épouse ! Et si cela donnait des idées aux femmes... ? Dès lors, ces frères Bell sont perçus comme sérieusement dérangés. On est loin de s’imaginer que derrière eux se cachent les trois sœurs Brontë.

Brontëana – Par Paulina Spucches – Ed. Steinkis

La focalisation sur la plus jeune des sœurs permet de réhabiliter une femme non moins artiste que Charlotte et Emily. Après avoir cherché à se libérer de la tutelle familiale en devenant gouvernante pour de riches familles, elle est rattrapée par la sororité qui l’unit à ses aînées. Persévérantes, elles trouvent enfin un éditeur pour leurs poèmes après plusieurs refus. Elles voient l’édition de leurs écrits comme une manière de subvenir à leurs besoin, et bien plus encore de gagner leur indépendance. Toutes trois se réunissent loin du regard de leur père et de leur frère qui regardent d’un œil mi-amusé mi-scandalisé les premiers succès des frères Bell.

L’ouvrage est aussi l’occasion d’entrer dans le quotidien d’une famille victorienne dans son temps : d’abord, frappée par la maladie, puisque les trois sœurs en avaient également deux autres, Maria et Elizabeth, mortes à une dizaine d’années, probablement de la tuberculose ; la mère, Maria, décède alors qu’Anne n’a qu’un an ; enfin, Branwell, seul garçon des enfants Brontë, meurt également d’un cancer sans avoir vu le succès de ses sœurs.

Ensuite, la famille est marquée par la religion : le père, Patrick, est pasteur. En dépit de ce statut, qui pourrait laisser penser qu’il fut un homme pas franchement ravi de voir ses filles s’émanciper – et surtout de cette manière – il semble avoir donné une éducation libérale et la fin du récit fait même état de sa fierté.

Graphiquement, le dessin de Paulina Spucches est semblable à des peintures aux couleurs vives, mettant en valeur les paysages du Yorkshire où a vécu la famille Brontë. Le découpage est varié et offre de belles réussites, notamment dans les discussions entre soeurs. Certains passages du livre mettent particulièrement en avant le trait de l’autrice, qui a trouvé son inspiration en voyageant elle-même sur les lieux de son récit et découvrant alors que tous ses préjugés sur une région qu’elle voyait comme sombre et brumeuse étaient erronées. En annexe, elle raconte la genèse de l’ouvrage. On y trouve aussi un « carnet de recherches », quelques documents de la famille Brontë, ainsi qu’une bibliographie l’ayant inspirée.

À l’arrivée, cette biographie fictionnelle, nous plonge dans une aventure individuelle à travers le regard d’Anne, collective à travers le talent d’écriture des trois sœurs, mais aussi par ce que ce livre dit de la condition des femmes et des traits saillants de la société britannique du XIXe, le tout étant illustré par l’éclat des couleurs de Paulina Spucches. À lire, donc.

(par Damien Boone)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782368466643

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Damien Boone  
A LIRE AUSSI  
Romans Graphiques  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD