Comics

Grendel Volume 2 : Christine Spar - Par Matt Wagner & Diana Schutz - Tim Sale & Collectif - Urban Comics

Par Marc Vandermeer le 5 décembre 2022                      Lien  
Pour ce second volume de Grendel, Matt Wagner s'associe à Diana Schutz pour décrire les méandres de l'esprit torturé de Stacy, la fille adoptive de Hunter Rose, le 1er Grendel. Une intrigue magistralement menée qui relate essentiellement le parcours de Christine Spar, la fille de Stacy, évoluant dans un tout autre monde fait de feux d'artifices et de paillettes.

Ce deuxième volume de Grendel voit apparaître Diana Schutz venant épauler Matt Wagner pour la partie scénaristique, notamment sur le chapitre d’introduction dans lequel Stacy revient sur des événements traumatisants de son enfance. Une jeunesse marquée par la terreur et le repli sur elle-même et la difficulté vécue avec Grendel, son père adoptif.

Elle évoque son internement à l’institution Summerlea pour personnes à problèmes, sous la coupe du psychiatre Erik Olliver. Elle y relate tant bien que mal la mort de l’ancien Grendel, Hunter Rose, responsable du décès de son oncle Barry et de son plan vengeur pour qu’Argent le loup féroce affronte Grendel.

Olliver est particulièrement attentionné envers une jeune fille sans repaire, si ce n’est l’amour qu’elle lui témoigne. Car pour la première fois de son existence, Stacy ressent de l’estime pour cet homme, capable de la comprendre et de partager sa profonde douleur. Alors elle se donne à lui.

Grendel Volume 2 : Christine Spar - Par Matt Wagner & Diana Schutz - Tim Sale & Collectif - Urban Comics
©Arnold & Jacob Pander / Urban Comics

Mais Erik Olliver, loin d’agir avec délicatesse, profite à son tour de la jeune fille avant de lâchement se donner la mort par pendaison. Une fois encore, Stacy ressent toutes les blessures de l’existence, laissée seule et portant l’enfant du psychiatre malade. Neuf mois plus tard arrive sa fille, Christine, qui lui est tout de suite retirée.

Cette enfant semble également née sous une mauvaise étoile car sa mère Stacy Palumbo, la fille de Grendel décédera à l’aube de ses 26 ans.

Dés lors, le récit s’attarde sur sa descendante, Christine Spar, est devenue une autrice à succès, en publiant les Mémoires de Grendel. Elle est d’ailleurs fascinée par ce personnage à la fois charismatique et malfaisant. Elle a une vie bien rangée jusqu’à la disparition de son fils Anson lors d’une représentation théâtrale de kabuki au music hall. Sous l’emprise d’une hypnose puissante, le jeune Anson est kidnappé par Tujiro, l’acteur de la troupe de Kabuki, qui est bien plus qu’un simple artiste.

Tiraillée par la police, incapable de résoudre l’enquête, Christine endosse à son tour le masque de Grendel. La vie de son fils est en jeu mais en revêtant ce masque diabolique, ne risque-elle-pas de perdre sa réelle identité ?!

Le moins que l’on puisse dire à propos de l’œuvre de Matt Wagner, c’est qu’il s’agit réellement d’un effet coup de poing. Le premier chapitre de ce deuxième opus témoigne à lui seul du contexte glauque : scène de viol, suicide, ambiance noirâtre et suffocante. Le lecteur devra s’armer de patience avant de pouvoir se remettre de ses émotions après avoir découvert tant d’horreurs. Avec son anti-héros, Grendel se démarque de bon nombre d’autres Comics mais qui, fort heureusement, ne se résume pas uniquement à ces déviances.

©Tim Sale / Urban Comics

Certes la psychologie et les états d’âme des différents protagonistes reflètent une certaine marque de fabrique concoctée par Wagner, une donnée déjà à maintes fois perçues lors du 1er volume. Ce second titre persévère avec son lot de séquences chocs marquées par les pensées persécutrices de ses personnages.

L’époque de Christine Spar est truffée de technologies surprenantes, avec un certain côté "Bling Bling", loin d’être anodin, et qui sont pertinents dans le contexte ambiant. Matt Wagner fait de Christine Spar, une femme fatale, sûre d’elle, à des années lumières de l’image de sa mère décédée.

La partie graphique, quant à elle, est variée mais de manière inégale, alors que le trait du regretté Tim Sale sombre et dérangeant, joue la carte de la provocation par des faciès diaboliques et une déchéance des protagonistes. Les frères Arnold & Jacob Pander s’aventurent dans un registre plus folklorique et orienté vers des nuances relativement plus vives. La palette de couleurs signée Jeromy Cox n’est pas en reste, éclairant de bout en bout ce travail éclectique.

Quant à Matt Wagner, le lecteur aura le loisir de le suivre avec grand intérêt sur le chapitre "Le Diable intérieur" dans un style qui lui est propre, déconcertant, au découpage complexe, mais surprenant. L’auteur nous dévoile une autre facette de Grendel, encore plus toxique, et narrée à la manière de William S. Burroughs, avec son lot de métaphores et de chimères de l’esprit.

Evoluant certes dans un registre graphique diamétralement opposé au premier volume, cette seconde brique de quasiment 600 pages n’en démérite pas pour autant. L’action, l’intrigue et sa dynamique constante, permettent à Grendel de se hisser parmi les meilleures sorties Comics de cette fin d’année !

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9791026812210

PAR Marc Vandermeer  
A LIRE AUSSI  
Comics  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD