Jean-Claude Mézières (Valérian) : « Jijé m’a dégoûté de la BD lorsque, avec Giraud, j’avais été lui montrer mes planches »

15 juillet 2010 3 commentaires
  • À l’occasion des trente ans de la disparitions du dessinateur de {Jerry Spring}, de {Jean Valhardi}, de {Tanguy et Laverdure} et de tant d’autres séries, {{Jean-Claude Mézières}} se souvient dans nos pages de son ami {{Jijé}}. Nous l’avions rencontré lors du vernissage de l’exposition consacrée à Bruxelles aux peintures et sculptures de Joseph Gillain.

Quels conseils vous a donné Jijé, alias Joseph Gillain lorsque vous alliez le voir ?

À dix-sept ans, j’ai été avec Jean Giraud lui montrer mes dessins. Évidemment, Joseph a accordé plus d’importance aux dessins de Jean qu’aux miens. Je ne me souviens plus de ce qu’il m’a dit à propos de mon travail, mais cette rencontre m’a dégoûté de la bande dessinée. J’ai arrêté de dessiner des BD pendant près de dix ans ! J’ai alors travaillé avec Benoît Gillain, le fils ainé de Joseph, comme dessinateur publicitaire. Je pensais alors que la bande dessinée n’était pas pour moi.
Ce n’est qu’après de nombreuses années, dans d’autres circonstances, que j’ai repris l’envie. J’ai collaboré avec Jijé pour différentes publicités. Je ne lui ai jamais soumis mon travail, ou des planches. Par contre, lorsqu’il a vu les premières planches de Valérian, il s’est montré très encourageant. Il savait que j’avais traversé un long tunnel. Je n’avais pas publié car je n’aimais pas mon travail. Avec le recul, je comprends qu’il ne s’est pas montré très loquace sur mes planches réalisées à dix-sept ans. Elles étaient trop influencées par Hergé, Franquin et d’autres auteurs. Elles manquaient de technique. Mon graphisme était du grand n’importe quoi, et il n’y avait pas grand-chose à en dire. Sinon, que je devais apprendre à me démerder !
J’ai eu des rapports extrêmement amicaux avec lui très tôt, car il me percevait comme le copain de son fils.

Jean-Claude Mézières (<i>Valérian</i>) : « Jijé m'a dégoûté de la BD lorsque, avec Giraud, j'avais été lui montrer mes planches »
Joseph Gillain par Jean-Claude Mézières
(c) J-C. Mézières - Courtesy "La Maison de la BD".

Avez-vous une anecdote à raconter à son propos ?

Ah, des histoires extraordinaires, je pourrais vous en raconter quelques unes. Avec mon épouse, nous allions régulièrement passer le dimanche chez Joseph et Annie Gillain à Champrosay. Au détour d’une conversation, il m’a proposé de l’accompagner en Espagne. Il partait là-bas, le lendemain, avec son combi Volkswagen pour aider son fils Philippe à déménager. Je lui ai répondu que tant que Franco était vivant, je ne mettrais jamais les pieds en Espagne. Jijé m’a regardé avec un regard noir, en me disant : « Mais tu m’emmerdes avec ta politique. Tu es con ! ».
À l’époque, je réalisai beaucoup de photographies. J’avais vendu de nombreuses photos aux éditions Hatier. Le lendemain de cette conversation avec Joseph, mon éditrice chez Hatier me propose de partir en Espagne pour prendre des clichés sur la vie quotidienne. Je n’étais pas très chaud, car je dessinais alors Le Pays Sans étoiles, et que généralement je réalisais ce genre de photographies durant mes vacances. Elle me convainquit à moitié en disant qu’elle m’offrirait l’avion. Je lui demande alors quelques heures pour réfléchir. Je téléphone chez les Gillain, et Annie décroche le téléphone. Joseph était parti le matin pour l’Espagne. Elle m’apprend que son voyage durait trois jours car il comptait faire différentes étapes. Elle me donne le numéro de téléphone de la femme de Philippe, qui me confirme que je suis le bienvenu chez eux.
Ma décision était prise. J’ai pris le premier avion pour Madrid, et j’ai commencé à faire quelques photos. Puis, j’ai rejoint le domicile de Philippe Gillain qui habitait dans la banlieue de Madrid. Ils habitaient un rez de chaussée. Peu de temps après, je vois le combi Volkswagen de Joseph qui arrive. Je m’installe dans rapidement dans un fauteuil et ouvre un numéro du El Païs pour cacher mon visage. Mon Jijé ouvre la porte d’entrée et lance un tonitruant « Buenas noches ! ». J’ai alors baissé mon journal, et il m’a regardé avec étonnement, ses yeux en traversaient les lunettes ! Nous avons passé trois ou quatre jours à Saragosse pour faire mes photographies. Je garde un excellent souvenir de ce voyage !

Jardin en Provence (1967)
(c) Succession Joseph Gillain - Courtesy "La Maison de la BD".

L’avez-vous vu peindre ? [1]

Il est venu en Aveyron nous aider, ma femme et moi-même, à déménager. Il a transporté nos meubles dans sa Volkswagen. Il a peint des paysages autour de notre maison. Il m’a fait cadeau d’une peinture. J’en suis très fier.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


Jijé, sur ActuaBD, c’est aussi :
- Benoît Gillain (fils de Jijé) : "Mon père ne mérite pas d’être oublié par la jeune génération" (Juin 2010)
- Derib (Auteur de Yakari, Buddy Longway) : « Jijé était un artiste généreux » (Juin 2010)
- « 30 ans après sa disparition, les peintures de Jijé sont exposées à Bruxelles » (Juin 2010)
- « L’atelier de Franquin, Jijé, Morris & Will » (Juin 2010)


Jean-Claude Mézières sur Actuabd.com, c’est aussi :
Des interviews :
- "Je ne suis pas contre que d’autres auteurs apportent leur vision sur Valérian" (Mars 2010)
- "Même si Valérian et Laureline ne sont pas immortels, ils peuvent vivre une vie sans fin" (Avec Pierre Christin, Mars 2007)

Lire également sur actuabd.com :
Génération Franquin - Jean-Claude Mézières : " J’ai repiqué tous ses trucs honteusement"
Les chroniques des Valérian T19 et T18

L’exposition « Joseph Gillain – Peintures et sculptures » est visible jusqu’au 17 octobre 2010.
à la Maison de la Bande Dessinée. Quelques planches de Jijé sont également exposées.

La Maison de la BD
Boulevard de l’Impératrice, 1
1000 Bruxelles
Tel : 02/502.94.68
info@jije.org
www.jije.org


Les éditions Dupuis éditent de nouvelles intégrales de l’oeuvre de Jijé : Les Jerry Spring en noir et blanc, et l’ultime volume de Tout Jijé.

Commander le T1 de l’intégrale Jerry Sping (à paraître en août 2010) chez Amazon ou à la FNAC
Commander le T2 de l’intégrale Jerry Sping (à paraître en octobre 2010) chez Amazon ou à la FNAC
Commander l’intégrale Tout Jijé 1942 à 1945 (à paraître en octobre 2010) chez Amazon ou à la FNAC

Photo : (c) Nicolas Anspach

[1Une exposition sur les peintures et les sculptures de Gillain est actuellement visible à la Maison de la BD à Bruxelles

 
Participez à la discussion
3 Messages :