Tamara, T10 : Maman, je rigole ! - Par Darasse, Bosse & Zidrou - Dupuis

21 mars 2012 5
  • L'ado boulotte continue de sévir ! Avec humour et une apparente désinvolture, elle met à mal toute une série de préjugés et aborde des sujets sensibles de notre société : fille-mère, famille recomposée, homosexualité, etc.

Après une rupture qui les avait laissés aussi malheureux l’un que l’autre, Tamara et Diego filent à nouveau le parfait amour. Et après des vacances passées en couple dans la famille chilienne du jeune homme, les voilà repartis sur les chemins de l’école. C’est d’ailleurs l’occasion de revenir sur les déboires sentimentaux de leurs amis, sur le protectionnisme du père de Djellah et sur le nouveau distributeur de préservatifs qu’on vient d’installer dans l’école.

Il est d’ailleurs fort question de "contra-section"[sic] dans cet album, car depuis que Diego et Tamara ont franchi le pas, une pensée pernicieuse s’insinue sournoisement dans la tête de la maman de Tamara : Pourrait-elle se retrouver enceinte ? Cette famille pas comme les autres n’est pas au bout de ses surprises !

Tamara, T10 : Maman, je rigole ! - Par Darasse, Bosse & Zidrou - Dupuis
L’homosexualité est toujours abordée de manière directe, décomplexée... et toujours avec humour !

Tamara est sans doute une des meilleures séries ado de la décennie ! Elle démine avec beaucoup d’humour tous les possibles complexes de cet âge pas comme les autres. Après avoir abordé le poids, les familles recomposées, les critiques gratuites en classe, les blagues de potache qui font souffrir, etc, Zidrou et Darasse avaient frappé un grand coup en abordant la première relation sexuelle de leur héroïne ! On se demandait comment ils pourraient continuer à surprendre, mais la série continue de se ré-inventer à chaque nouvel album.

C’est d’ailleurs tout l’art de Zidrou : il fait avancer son récit en le décomposant avec fluidité en gags d’une page. Après une bonne introduction, la thématique générale est présentée : comment le fait d’attendre un enfant peut-il bouleverser une vie ? On plonge au cœur d’une préoccupation bien connue de certains jeunes adultes, mais aussi de leurs parents.

Dans la famille de Tamara, on va beaucoup parler de biberon et de couches, mais peut-être pas pour celle que l’on imaginait !

Sans dramatisation, mais à l’aide d’un savant mélange d’humour et de liens forts avec la vie réelle, Tamara est donc un antidote à la morosité. À conseiller aux parents comme aux enfants, pour envisager avec bonhommie les joies de la vie d’ado.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Tamara T10 chez Amazon ou à la FNAC

Lire sur actuabd.com :
- Les chroniques de Tamara T3, T4, T6 et T9.
- notre dernière interview de Christian Darasse : "Dans 80 % des cas, la Première Fois est un acte très romantique"
- la récente interview de Zidrou : « Nous avons créé accidentellement l’élève Ducobu ! »

Illustrations : (c) Darasse, Bosse, Zidrou & Dupuis

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Vraiment une excellente série ! Drôle et tendre, les scénarios de Zidrou se marient à merveille au dessin de Christian Darasse. Grand bravo aux auteurs !

    Répondre à ce message

  • C’est vraiment triste de voir les auteurs de Zowie, du gang Mazda finirent leurs carrières avec ce genre de série commerciale passe-partout. Il y a un vrai gachis de talent chez Dupuis, tous ces auteurs apparus dans les années 70 comme Hardy ou Bedu qui se retrouvent à illustrer platement des scénarios poussifs de Cauvin, Zidrou ou Gilson alors qu’ils avaient un potentiel à la Franquin, Morris,Peyo ou Roba mais qu’ils ont eu la malchance de tomber à la mauvaise époque, celle des séries "humour/gag" sans intérêt pour remplir les linéaires et le journal Spirou. Heureusement il semble que nous soyons dans le retour de l’aventure et du long récit chez Spirou, comme avec le Royaume, Esteban ou Jules (qui n’y aurait pas eu sa place à ses débuts, et Émile Bravo ferait le 20 ème tome d’une série de Cauvin). Bref, un sale gâchis.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 22 mars 2012 à  11:14 :

      c’est clair que si on compare avec le "Gang Mazda" à "Tamara", on ne peut-être que déçu.
      Je garde un grand souvenir du "Gang Mazda", avec un Darasse au top !

      Répondre à ce message

    • Répondu par Christian Darasse le 6 avril 2012 à  15:59 :

      Ha,Ha ! Merci pour la série passe-partout ! c’est vrai qu’elle ne s’adresse pas a de vieux nostalgiques mais a des lectrices (et lecteurs !) bien d’aujourd’hui qui se retrouvent me semble-t’il dans notre description légère et humoristique des affres de l’adolescence...

      Répondre à ce message

    • Répondu par Marc Hardy le 1er mai 2012 à  00:18 :

      C’est fort aimable à vous de prendre la peine de parcourir nos albums et nous éclairer sur la Voie à suivre. Je suis désolé, sincèrement navré, de vous avoir oublié dans mon travail tout au long de ces années. Que de temps perdu ! Mais qu’importe ! Cette erreur sera, dès à présent, réparée. Vous serez ma balise, ma boussole, mon sextant, mon pôle magnétique, ma Croix du Sud, mon phare d’Alexandrie, mon trièdre de référence. Et pour vous prouver l’étendue de ma reconnaissance, je m’engage sur le chemin aride consistant à vous enseigner quelques-unes des règles les plus élémentaires de l’orthographe, quoique la justesse de votre style et la noblesse de votre pensée ne s’y prêtassent pas forcément.

      Répondre à ce message