Interviews

James Albon ("Recette de Famille") : "Peu de maisons d’édition britanniques supportent la BD." [INTERVIEW]

Par Kelian NGUYEN le 24 décembre 2022                      Lien  
Petite surprise de la fin de l'été chez Glénat, "Recette de Famille" de l'auteur Britannique James Albon s'est un peu effacé sous la quantité de sorties de la rentrée littéraire. Profitant de son voyage promotionnel en France, nous avons rencontré l'auteur pour revenir sur la vie de l'album.

Comment vit la BD de l’autre côté de la Manche ?

En Grande-Bretagne il n’y a pas beaucoup de BD, c’est surtout aux États-Unis qu’il y a un marché. Les Britanniques ne s’y intéressent pas tant que ça. En 2015, pour mon premier album, c’était impossible de trouver un éditeur à Londres, donc je me suis tourné vers les Américains. Très peu de maisons d’édition anglaises soutiennent la BD. Évidemment, il existe des stars de la BD britannique comme Alan Moore, mais pour les novices comme moi, c’était mission impossible.

Alors faut-il traverser la Manche ?

Mes anciennes BD avaient déjà étaient traduites. C’est toujours une réussite, j’ai une relation particulière avec la France : étudiant j’étais aux Arts Déco de Strasbourg. J’ai aussi vécu plusieurs années à Lyon avec ma femme. Maintenant, je suis à Edimbourg à cause d’une malédiction nommée Brexit. Ma vie là-bas est super, mais la France me manque, donc c’est toujours un véritable plaisir de revenir surtout pour présenter ma BD aux Français.

James Albon ("Recette de Famille") : "Peu de maisons d'édition britanniques supportent la BD." [INTERVIEW]

Si c’est une autofiction, qu’est-ce qu’il y a de vous dans cet album ?

Ce n’est pas une autobiographie, mais tous les éléments de l’histoire émanent de moi. C’est l’histoire de deux frères qui quittent leur île d’Écosse et leur vie agricole et bio pour la pollution de Londres. Ils y ouvrent un restaurant mais quand le restaurant se met à fonctionner, l’un des frères associés se met à abandonner l’autre pour vivre le luxe de la ville.

J’aime penser mes personnages comme des opposés. L’un se concentre sur l’agriculture biologique, le rapport à la terre, etc., et l’autre sur le luxe, la ville, la reconnaissance… Entre eux, il y a un conflit entre générosité et égoïsme qui existe dans chaque être humain. C’est pour ça que souvent mes amis me demandent si tel ou tel personnage est inspiré par un ami, eux, moi… Mais mes personnages sont inspirés par tout le monde, à vrai dire.

J’aime beaucoup aussi, les thèmes de la natures, de l’agriculture ou celui des bonnes tables. À Lyon, par exemple, j’adorais économiser toute l’année pour me payer une bonne table avec ma famille ou mes amis.

Comment appréhendez-vous le dessin ?

Le dessin de cet album était très excitant, j’ai beaucoup changé d’un album à l’autre. Après, c’est le processus classique, crayonné puis gouache ou aquarelle mais j’appréhendais une planche après l’autre sans réfléchir forcément à une uniformité de dessin. À chaque fin de page, je la regardais et me disais wow ! C’est uniquement à la fin de l’album que je les ai mises les unes à côté des autres et que j’ai trouvé le rendu parfait.

(par Kelian NGUYEN)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782344052662

PAR Kelian NGUYEN  
A LIRE AUSSI  
Interviews  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD