"L’Attaque des Titans", le manga qui renverse encore et toujours tout sur son passage, arrive à sa fin !

7 mars 2021 1
  • "L'Attaque des Titans", le manga de Hajime Isayama continue de casser la barraque, même celles entourées de hauts murs pour les protéger de géants carnassiers ! Et ce, depuis le 9 septembre 2009, date de sortie de la revue mensuelle "Bessatsu Shonen Magazine", périodique qui a entériné la naissance du phénomène des Titans au Japon, puis dans le reste du monde. En France, la série a même fait sauter, le 7 décembre dernier, les serveurs de Wakanim, la plateforme numérique qui y diffuse les nouveautés de la série animée en exclusivité, lors de la diffusion du premier épisode de la quatrième et dernière saison. La saison 3 est disponible sur Netflix depuis le 1er mars.

Phénomène incroyable : la série L’ Attaque des Titans,“Shingeki no Kyojin” à l’original, s’est aujourd’hui écoulée à plus de 100 millions d’exemplaires sur toute la planète, s’étonne Jérôme Lachasse dans un article de notre confrère BFM TV qui se penche sur l’ampleur prise par le manga, et pourquoi il déchaîne autant les passions.

100 millions, dont pas moins de 4 millions aux États-Unis et 3,5 en France. Un succès bien aidé, il est vrai, par la sortie d’une version animée de grande qualité sur les écrans TV en 2013. Une adaptation exemplaire, qui semble attirer l’attention et réunir différents publics, même des spectateurs et surtout spectatrices, pas forcément adeptes de ce genre de récit.

"L'Attaque des Titans", le manga qui renverse encore et toujours tout sur son passage, arrive à sa fin !
Bientôt la fin. Miam ! Les fans spéculent, jusqu’à plus soif.
© Hajime Isayama / Kôdansha, Mappa Studio.

Une réussite, de longue haleine, pour un anime produit par WIT Studio jusqu’à la troisième saison, tandis que la quatrième et dernière, plus diversement appréciée, est conçue par le studio Mappa, un autre des plus importants studios d’animation japonais du moment.

Insondable terreur de l’humain qui, soudain, n’est plus au sommet de la chaîne alimentaire ! Bon appétit quand même.
© Wit Studio Inc./Isayama, Kôdansha.

Mais toute bonne chose à une fin, dit-on souvent pour annoncer le clap de conclusion. Ainsi, commencé il y a un peu plus de douze ans, la série L’ Attaque des Titans se clôturera le 9 avril prochain au Japon, dans la revue Bessatsu Shōnen Magazine. Alors que le dernier tome du manga, le 34e, est lui prévu en France dans le courant de l’année 2021, chez Pika.

Un dessin bizarre, fruste et pourtant très imprégnant, dynamique. Le lecteur bascule, entre dégoût et peur panique : un choc !
© Isayama/Kodansha.Pika Édition.

En revanche la sortie du 33e tome est déjà programmée chez ce même éditeur, le 7 avril 2021, toujours avec une traduction de Sylvain Chollet. La traductrice Ninon Masella, s’est occupée de son côté des sous-titres de l’anime pour Wakanim, tout en s’efforçant de rester dans les clous de l’édition française du manga version papier. Pas si simple.

© Kodansha, Pika Édition.

La fin, promise de longue date par un Hajime Isayama qui dit la connaître depuis le début, serait inspirée de "The Mist " de Stephen King. De fait elle s’annonce plutôt sombre et traumatisante. À voir. Même si l’artiste, influencé par l’enthousiasme des lecteurs pour ses personnages, a peut-être changé son fusil d’épaule.

Hajime Isayama a mis beaucoup de lui-même dans ce manga très référencé, au potentiel très métaphorique.
Capture d’écran. DR.

Dans un entretien accordé à Bessatsu Shonen Magazine en 2018, l’auteur n’a-t-il pas confessé être désormais plus influencé par le film Marvel Les Gardiens de la Galaxie : "À l’origine, j’étais très influencé par "The Mist", mais on peut désormais dire que mon récit a pris une direction plus apaisée, dans le style des "Gardiens de la galaxie". Je ne vais pas vous dire si "L’ Attaque des Titans" finira bien ou non, je ne parle de cela qu’en qualité d’auteur, et de mes méthodes pour m’assurer que le public continue d’apprécier la série."

Un univers partagé avec les Avengers et Les Gardiens de la Galaxie de Marvel Comics en 2014. Une nouvelle source inspiration pour l’auteur ?
© Kodansha, Marvel Comics.

Sacré bonus pour les inconditionnels, dont la véracité, ou le simple jeu destiné à attiser encore plus les spéculations, se vérifiera très vite : le mangaka avait accepté de dévoiler à la télévision japonaise la toute dernière case, supposée, de son histoire. Où un personnage adulte, de dos, porte dans ses bras un enfant mystérieux. Et prononce ces mots : "Tu es libre... ".

Titans très tentants.

Par ailleurs d’après l’éditeur Pika, significatif et tout aussi colossal que le titan du même nom, personnage central de la série : depuis le début de la diffusion de la quatrième saison de l’anime sur Wakanim, les ventes de L’ Attaque des Titans ont été multipliées... par 4 ! Mieux, il a fallu réimprimer fissa 1,2 millions d’exemplaires supplémentaires, pour répondre une demande soudaine et complètement inédite, de mémoire de ce même éditeur, nous assure-t-on.

L’éditeur Pika jubile : "Les réimpressions des tomes de L’Attaque des Titans en cours sont titanesques ! Elles attendent la pose de jaquettes avant de partir chez nos amis libraires ! Prêts pour un arrivée massive de titans ?"
Photo DR. © Pika Édition

Pour rappel, ce manga se déroule à un moment où l’humanité presque entièrement décimée, qui ignore tout du monde extérieur, vit, pour se protéger, dans une succession décroissante de cités-forteresses, entourées de trois immenses murs concentriques de 50 mètres de haut, sur quinze de large. Soudain, des créatures gigantesques et mangeuses d’hommes, les titans, arrivent. Le Titan colossal, 60 mètres de haut, brise le premier mur d’enceinte...

Ils arrivent. Ambiance fin du monde aux accents de jeunesse sacrifiée.
© Wit Studio Inc./Isayama, Kôdansha.

Inspiré par les kaiju eiga, ces films de monstres destructeurs géants typiquement japonais, style Godzilla, de multiples films, livres, jeux vidéo, séries TV et toutes sortes de mythologie, Hajime Isayama, qui a aussi et surtout puisé au plus profond de ses angoisses, qui dit également porter en lui depuis longtemps les fondements de cette histoire d’humanité poussée dans ses retranchements ultimes, a réussi un coup de maître, pour sa première série. De tout ça on vous a déjà copieusement parlé.

Un manga dantesque propre à susciter toutes les interprétations, sociales, politiques, religieuses, géostratégiques, entre accusations ou récupérations. Parfois jusqu’à l’absurde.

Quand certains voient en L’ Attaque des Titans un pur produit préfabriqué, à coup de recettes marketing , avec un dessin que l’on moque pour son côté bancal et plein de fautes académiques, même si en constante amélioration ; où d’autres, au contraire, en font le plus grand manga de la décennie avec un dessin en totale osmose avec le sujet, l’ambiance, doublé d’une superbe narration. Voilà en tout cas une fin très attendue, version papier ou anime.

© Hajime Isayama / Kôdansha, Pika Édition.

Peut-être trop : L’éditeur Kôdansha et le mangaka ont averti avec détermination du durcissement des actions contre le piratage, alors que les éditeurs nippons ont enfin obtenus du parlement japonais qu’il adopte des amendements à la loi sur le droit d’auteur, qui visent à empêcher le téléchargement illégal, comme pour les films et la musique : :"Kodansha travaille actuellement à l’identification des origines de ces fuites. Tous les autres téléchargements illégaux sont en cours de discussion avec la police. Nous espérons que vous continuerez de profiter de nos produits officiels." alerte le communiqué.

Gare aux pirates plus voraces que les titans, ils sont prévenus !

Nous arrivons donc à la fin de L’ Attaque des Titans, doit-on s’attendre à un final sombre à l’image de la série jusqu’ici, avec des personnages principaux peu épargnés par une mécanique narrative assez impitoyable ; ou à un peu d’espoir et de perspectives pour l’humanité ? Plus que quelques semaines de patience...

Quelle fin attendre ? Cataclysmique ou avec un peu d’espoir ? Pour cette l’humanité, prête à basculer.
© Isayama/Kodansha.Pika Édition.

Quoi qu’il en soit nous avons la certitude d’avoir à faire ici à une œuvre majeure, avec sa capacité à faire sans cesse résonner une partie de chacun, au regard de sa propre réalité.

Ainsi, la série vient en parfait écho avec la situation actuelle, avec les conséquences de la pandémie et la crise du Coronavirus. Comme une réflexion sur l’enfermement volontaire, le confinement ; une cage, avec comme un goût de fin d’un monde, un sentiment de stagnation et d’impuissance face à la fatalité, de régression, qui angoisse une humanité contrainte à vivre cloisonnée, au ralenti, sans trop de perspectives à court terme.

Mais plus que tout il y a, aussi, le désespoir et le sentiment de sacrifice de la jeunesse, sa peur soudaine et quasi panique du lendemain, les troubles psychologiques qui vont avec, plus ou moins diffus... Étonnant, non ? Qui l’eût cru au moment de la création de la série en 2009 ? C’est là toute la magie de L’ Attaque des Titans , de sembler se calquer parfaitement sur tout une gamme de situations, à l’effet-miroir.

Horizon bouché, sans perspective, l’incertitude avance. Virus ou géants cannibales, même combat.
© Isayama/Kodansha.Pika Édition.

Oui, pour sa première œuvre d’envergure, où il a parfaitement su jouer de ses troubles, les faire partager, avec, tel les plus grands, une iconographie inspirante pour tout un tas d’artistes, Hajime Isayama a réussi un coup de maître. 

(par Pascal AGGABI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :