Malgré le virus, la Fête de la BD décerne ses Prix Atomium

17 septembre 2020 3 commentaires
  • La Fête de la BD résiste, mais ne se rend pas ! Après avoir transformé son festival en expérience immersive, la Fête de la BD de Bruxelles est bien décidée à célébrer la bande dessinée malgré la situation actuelle, en primant auteurs, albums et jeunes talents.

Définitivement, la Belgique fait de la résistance face au Coronavirus et refuse de se laisser abattre. Non seulement, la Fête de la BD a triplé son ouverture en se transformant en une expérience immersive pour une demi-douzaine d’univers orientés vers la jeunesse, mais en plus ils ont décidé de bien décerner leurs fameux prix Atomium pour leur quatrième édition.

Des prix reconnus dans la profession, car avec un total de plus de 100.000 €, ils restent les plus dotés, un paramètre important pour soutenir la création et les vocations, dans une période toujours très difficile pour les auteurs.

Malgré le virus, la Fête de la BD décerne ses Prix Atomium

Sans plus attendre, voici les lauréats :

Prix Raymond Leblanc de la jeune création : Julia Reynaud pour Nico à paraître chez Casterman

Ce prix permet à son lauréat de recevoir 20.000 € ainsi qu’un contrat d’édition de son album auprès d’une des trois maisons qui soutiennent ce prix. Plus qu’un coup de pouce, c’est un vrai départ que propose cette dotation et ce contrat d’édition. L’autrice récompensée en 2018 nous ayant d’ailleurs gratifié d’un superbe roman graphique Tanz ! paru il y a quelques jours au Lombard. La prochaine maison d’édition à accueillir le lauréat 2020 sera donc Casterman, une troisième maison qui est venue s’ajouter au Lombard et à Futuropolis.

Cette année, le jury a souhaité récompenser Julia Reynaud pour son projet intitulé Nico, du nom de cette jeune femme très sûre d’elle, mais qui ne souhaite pas s’engager dans une relation sérieuse avec son amoureux Noa, même s’ils passent du bon temps ensemble. Pour plaire à Nico et gagner son amour, Noa va chercher à transformer son corps pour correspondre à tout prix aux standards de beauté masculine renvoyés par les médias et les réseaux sociaux. Jusqu’où cela va-t-il le mener ?

Maurane Mazars, Prix Raymond Leblanc 2018 pour son projet "Tanz" avec Fadila Lanaan, Ministre-Présidente du Collège de la Commission communautaire française (COCOF) et Thierry Tinlot, maître de la cérémonie (bilingue !) des Prix Atomium.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

« Diplômée de l’école Estienne et de Saint-Luc en illustration et bande dessinée, détaille le jury, Julia Reynaud aime raconter en images des histoires intimes et émouvantes, avec une attention particulière pour les détails du quotidien et du monde dans lequel elle évolue. C’est une autrice complète au style graphique à la fois original et accessible. Son histoire est moderne, elle interroge les stéréotypes liés aux rôles masculins et féminins traditionnels. Le jury a apprécié le ton juste et naturel qu’elle a adopté dans son récit et la mise en place d’un univers personnel fort cohérent. C’est un récit intimiste et introspectif, tout en finesse et en nuances, qui correspond aux attentes d’une large part du lectorat de BD actuel. »

Prix de la Fédération Wallonie-Bruxelles en bande dessinée : Dominique Goblet

Ce prix de 10.000 € en partenariat avec le ministère de la culture est destiné à récompenser un travail d’auteurs de la Fédération Wallonie- Bruxelles ayant développé une création originale et innovante. Le prix est attribué sur proposition de la Commission d’aide à la bande dessinée, instance d’avis culturelle composée de professionnels du secteur.

Dominique Goblet en novembre 2018 lors de la conférence de presse du FIBD 2019 dont elle a été la présidente du jury.
Photo : Didier Pasamonik

Faisant suite au Grand Prix Töpffer 2020 qui lui avait déjà été attribué en décembre dernier, Dominique Goblet est à nouveau récompensée pour son œuvre. Plébiscitée ces derniers temps, l’autrice de bandes dessinées, illustratrice et plasticienne belge présidait en 2019 le jury du FIBD d’Angoulême et a également été l’une des invités d’honneurs du festival parisien SoBD en décembre dernier dont elle a d’ailleurs réalisé l’affiche.

Faire semblant c’est mentir

Personnalité atypique du monde la bande dessinée, l’autrice nous livrait cette année une œuvre hors normes avec Dominique Théate : « L’Amour dominical ». Un ouvrage « impressionnant, tant par son processus de création que par son esthétique inclassable et les sentiments qu’il provoque. (...) il conjugue art brut et finesse de réalisation, tout en brouillant les limites entre les arts mais aussi les artistes. » selon les mots de notre rédacteur Frédéric Hojlo. Cet album co-édité par le Frémok et Knock Outsider est d’ailleurs en compétition dans la sélection officielle du FIBD 2020.

L’artiste nous avait déjà marqué avec les Hommes-Loups et Souvenir d’une journée parfaite aux éditions FRMK, ou bien évidemment avec Faire semblant, c’est mentir, publié en 2008 chez L’Association et qui vient d’être édité cette année en Russie !

Dominique Goblet est aussi impliquée dans La « S » Grand Atelier, une association qui œuvre à décloisonner la bande dessinée en faisant interagir différents types d’arts et d’artistes, ainsi qu’en proposant des ateliers à des artistes mentalement déficients.

Prix Atomium de Bruxelles : Sisco T. 11 par Legrain & Benec – Le Lombard

N’étant jamais mieux servi que par soi-même, c’est la quatrième fois que le Prix Atomium de Bruxelles, en partenariat avec la Région de Bruxelles-Capitale, récompense avec 7.500 € des auteurs qui ont su mettre en avant Bruxelles dans leur travail. Et cette fois, le jury a décidé de récompenser le onzième tome de la série Sisco au titre prédestiné : Belgian Rhapsody

“Le scénariste français Benec a eu la bonne idée d’amener son héros dans la capitale belge, épicentre des relations diplomatiques en Europe, pointe le jury. De plus, le dessin de Thomas Legrain, dessinateur belge, était très fidèle aux différents lieux emblématiques bruxellois représentés dans la BD. Il est possible à chacun des lecteurs de reconnaître les rues de Bruxelles. La précision était telle que même l’emplacement des lignes blanches a été calculé pour que ce soit le plus vraisemblable possible.”

Prix Prem1ère du roman graphique : Les oiseaux ne se retournent pas de Nadia Nakhlé – Delcourt.

Le titre ne comporte pas de faute de frappe : ce sont bien les auditeurs de la radio "La Prem1ère" qui choisissent avec des libraires et des personnalités de la radio ce lauréat par une dotation de 20.000 € en espace publicitaire, sans oublier une mise en avant sur l’antenne de la radio.

Le prix récompense le très bel ouvrage Les Oiseaux ne se retournent pas dont notre rédacteur David Taugis nous avait déjà vanté les qualités : « Parcours d’exil, d’un pays en guerre vers le Paris des cultures partagées. Aussi beau dans la forme qu’universel sur le fond, si bien qu’il est difficile de dissocier l’un de l’autre dans ce récit qui habille de rêves et de poésie une trajectoire d’exil désormais universelle. Des ornements de bord de page à la qualité du papier, de la finesse des visages aux ombres qui menacent chaque planche, l’album présente un écrin splendide pour une trame dramatique éclairée par la musique. »

Les Oiseaux ne se retournent pas" de Nadia Nakhlé - Delcourt

Prix Cognito de la BD historique : Django main de feu par Efa & Rubio – Aire Libre

Comme les années précédentes, le Prix Cognito de la BD historique est remis par la Fondation Cognito et récompense la meilleure bande dessinée à caractère historique à hauteur de 3.000 €. Cette fondation privée a pour vocation de faire découvrir ou redécouvrir l’histoire à travers la bande dessinée. Ils ont donc choisi de récompenser Django main de feu par Efa & Rubio paru chez Aire Libre (Dupuis).

“Le jury a été sensible à la manière dont les auteurs ont fait revivre toute une époque, restituant la personnalité attachante et complexe de Django Reinhardt à travers ses années de formation, ont-ils expliqué. Le récit toujours clair et vivant est soutenu par un dessin qui évoque à merveille l’atmosphère de la communauté manouche dont la tradition musicale a irrigué la création du guitariste. Le dessin nous fait revivre la lutte d’un créateur autodidacte pour s’imposer dans un milieu qui, au départ, ne soupçonnait pas son génie.”

Django main de feu par Efa & Rubio – Aire Libre

Le Prix Le Soir de la BD de reportage : La Chute de Jared Muralt – Futuropolis

Le quotidien de la presse belge Le Soir cherche chaque année à mettre en exergue le traitement du monde par un reportage en bande dessinée, via 20.000 € d’espace publicitaire et une présentation au sein du journal. Or, cette année, il s’agit d’un récit hautement prémonitoire, car La Chute de Jared Muralt présentait le confinement du virus avant que celui-ci ne soit répandu.

« Le récit d’une pandémie renversant notre société, titrait notre collaborateur Tristan Martine. Rarement un album aura paru aussi ancré dans son temps, rarement une vision du futur aura semblé aussi actuelle… »

Un avis partagé par le jury du Soir : “Publié le 4 mars, Jared Muralt avait écrit le scénario du pire, en anticipant dans son récit le traumatisme qu’un virus extrêmement contagieux pourrait avoir sur l’équilibre de la société humaine du XXIe siècle. Le Soir a voulu récompenser du Prix Atomium de la Bd d’actualité la force visionnaire de cette œuvre ultra-réaliste, inscrite dans l’histoire contemporaine de la pandémie qui a déstabilisé la planète en 2020.”

La Chute de Jared Muralt – Futuropolis

Le Prix Atomium Spirou junior : Air Tropique par Raphaël Vicat

Ce nouveau prix récompense des histoires courtes en BD (maximum 4 planches) qui mettent en scène Spirou et Fantasio, et est destiné aux moins de 18 ans. Son premier lauréat est un jeune français de 14 ans, Raphaël Vicat, qui reçoit un abonnement d’un an au Journal Spirou.

Le Prix Atomium Spirou jeunes auteurs : Jimanju de Jean Sébastien Duclos

Charel Cambré
Photo : C. Missia Dio.

Autre nouveau prix, cette fois ouvert aux plus de 18 ans (ayant publié max. 3 albums) qui doivent mettre en scène les mêmes héros (Spirou et Fantasio) dans le même format d’un court récit de quatre planches. L’histoire primée de Jean Sébastien Duclos (Québec) sera publiée par le journal Spirou et payée au tarif professionnel de la publication.

Le Prix Bronzen Adhémar : Charel Cambré

Depuis 1977, ce prix biennal est la distinction la plus importante dans le domaine de la bande dessinée en Flandre. Il distingue un auteur flamand pour son œuvre et c’est cette fois le très estimé Charel Cambré qui est ainsi récompensé par dix mille euros et une exposition qui lui sera consacrée. Une distinction hautement méritée à nos yeux, car Cambré parvient à jouer avec les différents styles, passant de l’humoristique au plus réaliste, tout en mettant en avant les célébrités du neuvième art issues de la culture flamande. On conseillera entre autres la formidable adaptation de Bob & Bobette : Amphoria.

Le Prix Atomium des Enfants : Lucien et les mystérieux phénomènes - par Delphine Le Lay et Alexis Horrellou – Casterman

Annoncé lors de la remise des prix de l’année dernière, ce nouveau Prix Atomium des Enfants 2020 a pour objectif de récompenser une bande dessinée pour son caractère pédagogique, afin de promouvoir la bande dessinée comme outil didactique ainsi que la lecture auprès des plus jeunes. Le jury se chargeant du choix du lauréat est habituellement composé d’élèves d’une sélection d’écoles bruxelloises. Cette année, suite à la fermeture des écoles entre mars et juin pour cause de crise sanitaire, c’est un jury d’adultes qui s’est attelé à la tâche.

Il récompense pour cette première fois Lucien et les mystérieux phénomènes - par Delphine Le Lay et Alexis Horrellou paru chez Casterman. Un prix totalement justifié pour notre collaborateur Jacques Schraûwen : « Lucien et les mystérieux phénomènes reste dans l’air du temps sans être tape-à-l’œil. De la bande dessinée intelligente, qui renoue avec des valeurs simples sans jamais être simplistes, éducative à sa façon mais de manière souriante, toujours de manière « libre » ! »

Les auteurs reçoivent 3.000 euros en espèces, ainsi que 7.500 euros qui serviront à la création d’une exposition itinérante entièrement dédiée à l’album primé et accompagnée d’un dossier pédagogique, le tout étant réalisé par le Centre Belge de la Bande Dessiné. Cette exposition sera disponible gratuitement pour les écoles et les bibliothèques belges qui en feront la demande.

Lucien et les mystérieux phénomènes - par Delphine Le Lay et Alexis Horrellou – Casterman

Voilà qui clôture cette quatrième remise de prix, certes peu académique à cause des conditions actuelles, mais qui démontre comment les Prix Atomium savent se renouveler, en consacrant de véritables pointures tout en motivant les jeunes auteurs à croire en leur talent.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La Fête de la BD reconvertie en "Expérience" reste ouverte jusqu’au 20 septembre 2020
Lieu : Gare Maritime de Tour & Taxis (Bruxelles)
Prix : gratuit et sur inscription obligatoire (créneau horaire à réserver)

Lire également :
- Quand la Fête de la BD de Bruxelles devient "expérience"..
- Marc Filipson (Librairie Filigranes) : « Les auteurs dédidaceront bien pendant la Fête de la BD de Bruxelles »

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Malgré le virus, la Fête de la BD décerne ses Prix Atomium
    18 septembre 08:50, par Philippe Dachouffe

    Prix de la Fédération Wallonie-Bruxelles en bande dessinée : Dominique Goblet

    Le prix est attribué sur proposition de la Commission d’aide à la bande dessinée, instance d’avis culturelle composée de professionnels du secteur.

    Et quand on ouvre la page de la commission d’aide à la bande dessinée , le 1° membre de ladite commission est ...DOMINIQUE GOBLET !!!

    Répondre à ce message

    • Répondu par MERCKX le 19 septembre à  07:19 :

      Bonjour, une précision pour cette édition 2020 et du Prix Atomium-Fédération Wallonie-Bruxelles
      Compte tenu de la réforme des instances d’avis culturelles en Belgique francophone, la "Commission d’aide à la bande dessinée" est arrivée au terme de ses activités et une nouvelle instance se met en place.
      Ce Prix Atomium a été délibéré cette année par un Jury et la lauréate n’a évidemment pas été impliquée dans le processus.

      Bien cordialement,

      Br Merckx (FWB)

      Répondre à ce message

  • quels albums étaient nominés ?
    18 septembre 15:22, par curieuzeneus

    Y a-t-il eu différents nominés dans chaque catégorie comme les années précédentes ? Ce serait intéressant de les connaître également !

    Répondre à ce message