Le formidablement drôle "Formica" de Fabcaro

18 septembre 2019 0 commentaire
  • Depuis "Zaï zaï zaï zaï", chaque nouveau livre de Fabcaro est impatiemment attendu par ses lecteurs, devenus d'ailleurs très nombreux. Une telle attente peut susciter de la frustration voire de la déception. Un piège une nouvelle fois évité avec "Formica", édité par 6 Pieds sous terre, pièce de théâtre tragi-comique dessinée qui confirme la vis comica du dessinateur et écrivain.

Le repas en famille du dimanche midi ! C’est à la fois une joie et une tradition voire une institution. Est-ce pour autant une sinécure ? Fabcaro, et nous sommes de son avis, ne le pense pas. Malgré les retrouvailles et les victuailles, les souvenirs et les bons mots, l’ennui et l’hypocrisie guettent. Un manuel de survie en repas de famille ne serait pas du luxe...

Ce n’est cependant pas ce que nous proposent Fabcaro et 6 Pieds sous terre. Au contraire, ils condensent dans Formica - sous-titré Une tragédie en trois actes - toutes les horreurs qui peuvent survenir dans ces moments de (pseudo ?) convivialité. La première d’entre elles n’est pas la moins grave. Il s’agit de trouver un sujet de conversation. Car sans lui, tout le repas est gâché. Un moment d’empathie familiale transformé en cauchemar triste et honteux.

De quoi pourrions-nous donc parler ? De la météo (c’est consensuel), des plats (c’est réjouissant), de politique (c’est risqué) ? Qui pourrait nous venir en aide ? Les voisins (qui font leur propre repas), les enfants (qui sont plein d’imagination) ? L’angoisse monte. Des débuts de conversations émergent. À peine débutées, elles échouent lamentablement, la faute à une réplique mal placée ou à un commentaire à côté de la plaque. On s’enlise. Le dimanche vire au fiasco.

Le formidablement drôle "Formica" de Fabcaro
Formica © Fabcaro / 6 Pieds sous terre 2019

Heureusement, Fabcaro est là pour sauver la situation. Pas pour les convives de ce repas dominical, non. Ils peuvent s’attendre au pire, car la seule limite de l’humour est la mort. Mais pour les lecteurs, qui s’ils n’ont rien à se mettre sous la dent peuvent pourtant se pourlécher les babines. Formica est en effet une bande dessinée qui satisfait les appétits pour le rire. Le bon rire, le franc du collier, qui surprend et fait se secouer les épaules.

Ce n’est pas si fréquent en bande dessinée. À la lecture d’un ouvrage, nous pouvons nous distraire, réfléchir, sourire, admirer un trait, goûter l’ironie. Mais pour faire rire aux éclats, il y a peu de candidats réellement valables. Fabcaro en fait partie. Difficile d’expliquer précisément comment il s’y prend sans révéler quelques-uns de ses tours. Il a le génie du comique.

Formica © Fabcaro / 6 Pieds sous terre 2019

Dans Formica, bande dessinée construite comme une pièce de théâtre, les formes d’humour sont diverses. Au long des trois actes, dont l’unité de temps et de lieu est à peine fissurée par un dialogue dans une cabine de pilotage qui se révèle étonnamment lié au repas qui nous inquiète, une jolie panoplie de gags est déployée.

Le comique de situation est roi, mais les jeux de mots, les absurdités et running gags ne sont pas absents. Dialoguiste orfèvre, Fabcaro parvient à rendre crédibles des textes pourtant absurdes ou exagérés. Il trouve, surtout, ces petites choses qui les rendent drôles et surprenants.

Quelques fines références viennent attester de la contemporanéité du récit - de la pièce sommes-nous tentés d’écrire. Les personnages, simplement caractérisés de façon à en faire des types universalisables, ne sont pas épargnés. Nous ne savons s’ils sont frappadingues ou ultra-réalistes. Leurs comportements et leurs relations trahissent nos défauts et révèlent la vacuité des repas de famille. Du moins, si nous ne voulons pas être trop durs avec nous-mêmes, de la plupart d’entre eux.

La ligne fine et les couleurs délicates du dessinateur contrastent avec l’ambiance qui oscille entre satire et grand-guignol. Elles soulignent le vide des existences tout en dédramatisant les horreurs qui surviennent. La composition en gaufrier renforce l’impression d’assister à une pièce de théâtre - mais il ne s’agit pas de mauvais boulevard. Quelques dessins viennent malgré tout briser le rythme et empêcher la lassitude que pourrait provoquer la répétition d’un dispositif.

Fabcaro n’est donc pas seulement l’auteur de Zaï zaï zaï zaï ! Il est aussi celui de Formica, entre autres ouvrages dont il ne faudrait pas se priver.

Formica © Fabcaro / 6 Pieds sous terre 2019

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?