Une légion de dessinateurs pour Fabien Nury

3 mai 2011 3 commentaires
  • Dans « Les Chroniques de Légion » (Editions Glénat), Fabien Nury prolonge le succès de « Je suis Légion » paru aux Humanoïdes Associés. Une série-chorale qui s’étend sur plusieurs siècles et qui donne une perspective nouvelle au personnage de Vlad Tepes, alias Dracula. Quatre dessinateurs se sont attachés à la mettre en images au rythme de quatre nouveautés en deux ans.
Une légion de dessinateurs pour Fabien Nury
Chroniques de Légion par Nury, Lauffray, Alberti, Xiaoyu et Tirso
Éditions Glénat

Avec Je suis Légion (3 vol., dessin de John Cassaday, aux Humanoïdes Associés), Fabien Nury s’était affranchi de son compagnonnage avec son copain de faculté Xavier Dorison sur W.E.S.T. (6 vol., dessin de Christian Rossi, chez Dargaud) puis sur les Brigades du Tigre (Une préquelle du film dessinée par Jean-Yves Delitte, chez Glénat) pour proposer un récit fantastique sur fond de vampirisme pendant la Seconde Guerre mondiale. Un genre qui le motive puisqu’il signe ensuite seul Necromancy avec Jack Manini au dessin, chez Dargaud.

Aimant les cycles dans lesquels souffle le vent de l’histoire, il signe ensuite Le Maître de Benson Gate avec Renaud Garreta (3 vol., Dargaud), L’Or et le Sang ( qu’il cosigne au scénario avec Maurin Defrance tandis que les dessins sont assurés par Merwan & par Fabien Bedouel, 2 vol., aux éditions 12bis) et surtout Il était une fois en France avec Sylvain Vallée (4 vol., Glénat) qui lui vaut de recevoir un Essentiel à Angoulême en 2011. Aimant les personnages ambigus comme Joanovici, il s’attèle ensuite à La Mort de Staline (1 vol., avec Thierry Robin chez Dargaud).

« Mon nom est Légion, car nous sommes nombreux » (Saint Marc, 5.9)

Le fantastique et l’histoire sont les deux maîtres-mots de ce nouveau cycle de quatre volumes qui entreprend de raconter le parcours de Vlad Tepes, alias Dracula, mort le 14 décembre 1476 et ses diverses réincarnations jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, mais aussi celui de Radu, son frère et son ennemi, disposant des mêmes pouvoirs que lui.

Afin d’améliorer le confort du lecteur en lui proposant une suite cadencée à son récit, Nury s’est adjoint quatre dessinateurs : L’Italien Mario Alberti, le Chinois Zhang Xiaoyu et l’Espagnol Tirso, tandis que le Français Mathieu Lauffray signe introduction et couvertures des quatre volumes à paraître aux éditions Glénat. Une légion… mondialisée !

Chroniques de Légion par Nury, Lauffray, Alberti, Xiaoyu et Tirso
(c) Éditions Glénat

Chaque séquence se passe à de périodes différentes et se distingue par les graphismes respectifs des auteurs, si bien que l’on suit très bien le développement du récit. Ponctué de voix off, il s’attache surtout à développer les psychologies de Vlad et de Radu à travers leurs réincarnations successives (ce qui permet au passage de raccrocher cette histoire au mythe fondateur de Bram Stocker) qui s’achèveront, on l’imagine, dans un impressionnant affrontement final.

Fabien Nury, l’un de meilleurs story-tellers de sa génération, lance une de ces machines infernales dont il a le secret et qui interdit aux amateurs de bande dessinée de déserter les librairies : C’est qu’ils en sont littéralement... mordus !

Chroniques de Légion par Nury, Lauffray, Alberti, Xiaoyu et Tirso
(c) Éditions Glénat


LES CHRONIQUES DE LÉGION T1 / Bande-annonce par GLENATBD

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander « Les Chroniques de Légion T.1 » sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • "il était une fois en france", 4 volumes parus.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 3 mai 2011 à  23:51 :

      Mais oui ! C’est un plaisir d’être lu par des lecteurs attentifs.

      Répondre à ce message

  • Une légion de dessinateurs pour Fabien Nury
    4 mai 2011 08:35, par El Groomo

    Y’en a marre de ces spinoff en série, ces objets éditoriaux faits par des tas de dessinateurs mercenaires sans âmes que les éditeurs promeuvent à coups de budgets pub qu’ils refusent aux véritables auteurs. On demande de belles couvs à un talentueux illustrateur pour la cohérence et dedans c’est l’incohérence de style. Et encore là c’est le même scénariste qui signe les histoires, mais parfois (comme pour Le casse chez Delcourt) ça part dans tous les sens(et c’est très mauvais).

    Répondre à ce message