Merwan Chabane : "Pour l’Empire" est prétexte à une histoire un peu métaphysique"

12 mai 2010 0 commentaire
  • {{Merwan Chabane}} s’est associé à {{Bastien Vivès}} pour une odyssée fantasmée et métaphysique découpée en trois tomes pour la collection {Poisson Pilote} des éditions Dargaud. Il emmène un bataillon d’élite sur une terre inexplorée par l’Empire. Ses membres vont être confrontés à une expérience à laquelle ils n’ont jamais été préparés. Le doute s’installe… Merwan Chabane évoque avec nous {[Pour l’Empire->10193]}

Merwan Chabane : "Pour l'Empire" est prétexte à une histoire un peu métaphysique"Vous venez de publier le premier tome de « Pour l’Empire » avec Bastien Vivès. Comment est née cette collaboration ?

De manière naturelle. Nous travaillons en face l’un de l’autre dans un atelier. Nous n’avions pas encore collaborés ensemble, mis à part sur un film d’animation. Pour l’Empire est né suite à une envie graphique. Je ne vous en dirai pas plus, car on touche à l’un des éléments essentiels du troisième et dernier tome de cette histoire. Nous avons eu un grand délire pendant une heure où Bastien et moi-même parlions de cette envie. Bastien avait rendez-vous chez Dargaud quelques jours après. Nous nous sommes pris au jeu. Pourquoi ne pas transformer ce délire en une histoire ?

Il est mentionné dans l’album que vous avez chacun participé au scénario et au dessin.

C’est exact. Nous avons tous deux dessiné une moitié de l’album. Nous avons écrit les séquences et fait le découpage ensemble. Ensuite, nous étions comme deux enfants qui se partageaient un jouet dans une cours de récréation… Nous nous sommes distribué les scènes selon nos envies et nos affinités.

Le lecteur n’a pourtant pas l’impression qu’il y ait une rupture graphique dans l’album…

C’était notre principal objectif. Nous avons utilisé la même technique, et la coloriste, Sandra Desmazières, a uniformisé l’ensemble.

Pourquoi un péplum ?

C’était l’envie de Bastien. Pour ma part, cela ne me dérangeait pas. Leurs uniformes étaient plutôt parlants, et ce genre m’a rappelé les odyssées que me lisait ma tante lorsque j’étais enfant. Nous avons toutefois enlevé les détails temporels. Ce n’est pas un récit historique. Pour l’Empire est prétexte à une histoire un peu métaphysique… À un rêve.

Extrait du T1 de "Pour l’Empire" - Planche 1

Au bout de la vingtième page, l’ambiance devient étrange, pesante.

Oui. Nous prenons un malin plaisir à utiliser des contrepieds de la narration classique. Dans les premières pages, nous suivons un bataillon d’élite, qui transforme chaque combat en une victoire. Le lecteur s’attend donc à ce que ces hommes se battent et sortent victorieux de la mission suivante. Bastien et moi-même racontons une histoire qui est déplacée par rapport à l’attente de nos personnages, et donc des lecteurs. Or, la narration continue et l’histoire suit son cours. Les personnages sont déroutés, car chacune de leurs réactions est hors-propos...

Les membres de ce bataillon ont tous un caractère fort. Était-ce facile de les définir en quelques pages ?

Non. Nous somme parti du principe que ce corps d’armée était, à l’instar d’un corps humain, composé de différents membres : les bras, le ventre, la tête. D’ailleurs le nom des personnages se rapproche de certains organes. Graphiquement, ils ressemblent également à des organes humains. Ce corps ne fait qu’un au début de l’histoire, puis il va avoir certains dysfonctionnements organiques.

La couleur a également une grande importance. Sandra Desmazières a apposé des effets de matières rougeâtres et verdâtres évoquant le bronze et le cuivre…

Nous voulions que l’album soit accompagné par une coloriste talentueuse. Nous étions deux hommes à dessiner cet album qui traite d’une mission d’un bataillon. Les ambiances étaient donc on ne peut plus viriles. Il fallait que Sandra y apporte une touche féminine. Elle devait « nouer » la couleur, presque comme une couturière. Elle a donné au récit un côté antique et intemporel. On reste, grâce à elle, dans l’inconscient.

Extrait du T1 de "Pour l’Empire" - Planche 1

Quand paraîtront les prochains albums ?

Le deuxième tome de Pour l’Empire paraîtra en septembre, et le troisième et dernier, en avril 2011.

Quels sont vos projets ?

Je travaille avec Fabien Bedouel sur L’Or et le Sang chez 12Bis. Un récit écrit par Maurin Defrance et Fabien Nury. On boucle le deuxième tome pour l’instant. J’ai lu cette histoire sans savoir que Fabien Nury était attaché au projet. Cette histoire m’a plu tout de suite. Fabien est un kador, on ne sait jamais où il va nous emmener.
Je suis également réalisateur de courts métrage d’animation : Biotope et Clichés de soirée. J’espère continuer à en réaliser. J’ai également écrit une histoire contemporaine et j’en ai dessiné quelques pages. Je vais me mettre à la recherche d’un éditeur.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


Lire la chronique de Pour l’Empire

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

Photo : (c) N. Anspach
Illustrations : (c) M. Chabane, B. Vivès & Dargaud.

  Un commentaire ?