Albums

Conan le cimmérien T. 12 : L’Heure du dragon – Par Julien Blondel & Valentin Sécher – Glénat

Par David SPORCQ le 8 février 2022                      Lien  
Pour le douzième tome de cette collection devenue incontournable pour les amateurs du héros culte de la littérature fantastique, les Éditions Glénat marquent un grand coup…

Trois nobles à l’ambition démesurée ont décidé de ramener à la vie Xaltolun, un empereur décédé il y a trois mille ans et doté d’immenses pouvoirs magiques dans le but d’éliminer le seul obstacle à leur plan de domination. Le roi Conan va jouer non seulement son armée mais aussi son trône et sa vie : il va en baver comme jamais. Sa force, sa détermination, son courage légendaires ne pourront rien sans une intervention providentielle qui bouleversera son avenir !

Conan le cimmérien T. 12 : L'Heure du dragon – Par Julien Blondel & Valentin Sécher – Glénat

L’Heure du dragon étant sans doute l’une des aventures les plus emblématiques de la saga, celle-ci constituant le seul roman écrit sur le héros de Robert E. Howard. L’auteur avait rédigé cette histoire en vue d’être édité en Angleterre et devait ainsi présenter Conan à un public qui ne le connaissait pas encore. Plutôt exercé à l’écriture de nouvelles publiées dans les Weird Tales (magazines de littératures populaires des années 1930), l’auteur texan repiqua des idées çà et là parmi les épisodes antérieurs afin d’en constituer un volume plus conséquent selon les souhaits de l’éditeur anglais.

Ce ne sont ni plus ni moins que deux spécialistes de la bande dessinée fantastique, Julien Blondel (scénariste d’Elric) et Valentin Sécher (dessinateur du Méta-baron) qui se sont attelés à cette adaptation. La gageure était de nous conter pour la énième fois cette histoire certes passionnante, mais néanmoins archi-connue des fans, en la remettant au goût du jour sans la trahir. Le pari osé est amplement réussi. Il en résulte un superbe album.

Déjà la sublime couverture interpelle. Elle s’inspire du maître absolu du genre, Frank Frazetta. Ce dernier a souvent représenté Conan de dos, dans cette position désespérée où il devra se redresser et défendre chèrement sa peau face à ses plus grandes menaces de toujours : les monstres et la magie.

Après les pages de garde traditionnellement ornées d’une carte de l’Age hyborien, on est conforté sur la qualité de l’intérieur de l’album dès les premières planches. Des édifices à l’architecture majestueuse, des scènes de batailles épiques à couper le souffle, des attitudes de personnage théâtrales, des physionomies détaillées : on a droit à du grand spectacle ! Le tout agrémenté d’une colorisation remarquable faisant la part belle à un subtil jeu d’ombres et de lumières qui plonge littéralement le lecteur dans l’univers obscur de l’« Heroic Fantasy ».

Le scénariste dépoussière l’œuvre de Robert E. Howard écrite en 1934, déjà adaptée en comics dans les années 1970 par les illustres américains John Buscema, Gil Kane et Roy Thomas (Marvel). Julien Blondel la modernise par de multiples changements de plan parfaitement cadencés, intégrant également des séquences muettes, respirations nécessaires à une approche contemporaine du récit. Du grand cinéma sur papier !

Cet épisode est sans conteste le meilleur moyen d’attirer le bédéphile qui ne se serait pas encore converti au mythe hyborien. En effet, aucun prérequis n’est obligatoire à sa compréhension. Il lui prouvera par ailleurs que Conan n’est pas dénué d’une certaine poésie sous-jacente, charme qui en assure la longévité, voire l’éternité.

Et à propos de charme, cette aventure voit apparaître trois dignes représentantes de la gente féminine : Zénobia, Zelata et Albia. On regrettera toutefois la furtivité de ces apparitions, car leur rôle initial était pourtant important. Robert E. Howard avait l’art d’aguicher son lectorat subjugué par leur prestance. Les couvertures des Weird Tales (pulps – magazines de littérature populaire des années 1930 au sein desquels étaient publiés les récits de Conan) comportent toutes des illustrations de ces protagonistes en tenues légères, si pas totalement nues. Il est donc un peu dommage que cet aspect n’ait été davantage exploité, d’autant que le talent du dessinateur aurait permis de belles séquences. Sans nuire au récit, cela manque. Il existe bien quelques cases pour satisfaire notre sensibilité masculine, mais ce sel est répandu trop parcimonieusement, car la sensualité est un ingrédient indissociable des histoires de Conan.

En dehors de cette considération, cette version portera assurément le sourire aux lèvres de l’adepte le plus blasé, pointilleux et exigeant, puisque l’histoire d’origine est respectée dans son ensemble, fortes des ambiances propres au genre. Nous sommes bien sur le terrain du Sword & Sorcery classique.

L’album se referme comme de coutume sur un dossier sérieux et intéressant rédigé par l’éminent spécialiste Patrice Louinet qui nous en apprend toujours tant et plus. Il nous donne par exemple des précisions sur le contexte dans lequel ce roman a été écrit. Les reproductions de couverture des Weird Tales de l’époque sont aussi un bonus appréciable.

(par David SPORCQ)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782344035498

Lire d’autres chroniques de Conan le Cimmérien :
- Les chroniques des tomes 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 et 10 de la collection Conan le Cimmérien
- Notre entretien avec Ronan Toulhoat et Anthony Jean
- Glénat et Marvel font revenir Conan sur le devant de la scène BD
- Aux sources de Conan, une nouvelle collection chez Glénat
- Conan le Cimmérien - Le Colosse noir - Par Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat - Glénat

Toutes les illustrations de cet article sont tirés de Conan le cimmérien : © Blondel, Sécher – Glénat, 2021.

Conan le cimmérien Glénat ✍ Julien Blondel ✏️ Valentin Sécher à partir de 13 ans Heroic fantasy 🛒 Acheter 📖 Feuilleter  
Participez à la discussion
9 Messages :
  • Beaucoup d’effets de matières et de lumières sur Photoshop mais on est loin, très loin du talent graphique et narratif de John Buscema et Gil Kane.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jacques le 9 février à  13:32 :

      ça ressemble pas mal à du Vicente Segrelles je trouve.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 9 février à  15:35 :

        En beaucoup moins bien.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Jacques le 9 février à  17:56 :

          Ou du Loïc Malnati en mieux.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Anne Teuf le 10 février à  19:49 :

            Oh ! Pas assez de donzelles dénudées dans cet album ? Quelle frustration ! J’espère, pour rattraper ce manque, qu’on voit un peu les fesses de Conan.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 10 février à  22:28 :

              La couverture est très loin de Frank Frazetta aussi…

              Répondre à ce message

              • Répondu le 11 février à  09:21 :

                Tant mieux, c’est horrible Frazetta, bien ringard et pompier.

                Répondre à ce message

                • Répondu le 11 février à  12:33 :

                  Ce n’était pas un grand maître de la Bd, c’est certain, mais ses peintures à l’huile sont d’un autre niveau que cette couverture.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par David SPORCQ le 12 février à  08:15 :

                    Merci pour vos réactions. Je vais tâcher d’y répondre globalement.

                    Les comics de Gil Kane, John Buscema et Roy Thomas sont gravés dans le marbre à tout jamais. Je les relis régulièrement. Il n’empêche que cette nouvelle adaptation m’a beaucoup plus.

                    Alors, j’ai vérifié. On ne voit pas les fesses de Conan dans cet épisode. Par contre, son torse musclé et ses superbes abdos sont exhibés tout au long de l’album. Il y en a pour tout le monde. Blague mise à part, les aventures de Conan étaient déjà appréciées dans les années 1930 en partie pour la nudité qu’elles dévoilaient. Je préfère en voir là où elle est attendue plutôt qu’elle apparaisse dans des séries où elle n’a rien à y faire et où elle est même dérangeante.

                    En ce qui concerne la couverture et ma comparaison avec Frank Frazetta, je vous invite à regarder sa peinture intitulée "Chained" réalisée en 1967 et qui était une commande pour la couverture de "Conan The Usurper" (lancer 1967). La source d’inspiration y est flagrante.

                    Merci de m’avoir lu et au plaisir de vous lire.

                    Répondre à ce message

PAR David SPORCQ  
A LIRE AUSSI  
Albums  
Derniers commentaires  
Newsletter ActuaBD