Écrans

Frank Miller va adapter Corto Maltese en série télévisée

Par Pascal AGGABI le 29 novembre 2022                      Lien  
BRUN, EMBRUNS ET ENCRE NOIRE. Le croyez-vous ? le dessinateur américain Frank Miller à la réputation sulfureuse, parfois sombre, auteur de comics aussi incontournables et désespérés que Daredevil, Sin City, Batman : The Dark Knight Returns ou 300, sera adaptateur, scénariste et producteur exécutif d’une série télévisée avec pour protagoniste Corto Maltese. Le volontiers contemplatif Corto, brun et plein d’embruns marins créé par un autre génie de la BD et de la tache d’encre noire : Hugo Pratt !

Une première saison composée de six épisodes d’une heure est prévue. Une série Corto Maltese produite et distribuée par Studio Canal.

Frank Miller va adapter Corto Maltese en série télévisée

Enthousiaste, Frank Miller explique les raisons qui l’ont poussé à accepter la proposition pour ce projet qui tourne autour du romantique Corto, à l’univers si éloigné de sa propre vision plus apocalyptique -quoique- de la marche du monde, de la vie, des personnages qui se débattent pour rester à la surface sans se faire engloutir et, de la création :"J’ai découvert Corto Maltese pour la première fois en lisant les livres de Forbidden Planet à New York en tant que jeune homme. Puis lors de mes voyages, j’ai étudié et découvert une édition dans un kiosque à journaux à Rome.

L’œuvre était si expressive et si audacieuse qu’elle a sauté du papier journal. Elle m’a emporté. C’était plein de magie et d’aventure romantique. Le maltais est un coquin qui pouvait parler aux dieux. Pour moi, cela montrait le pouvoir de la bande dessinée où la langue n’est pas vraiment une barrière. Depuis, je suis un fan de Corto Maltese."

Miller fan de Corto. Le choc de deux univers diamétralement opposés ? Pas sûr.
© DR.

Miller lyrique comme il sait l’être poursuit : "C’est le voyage du héros dans sa forme la plus classique, et je ne pourrais pas être plus honoré d’aider à apporter à cette série le romantisme, l’héroïsme et le mysticisme sous-jacent de la création de Hugo Pratt."

Corto par Frank Miller.
© Frank Miller, Hugo Pratt, Studio Canal.

De son côté Patrizia Zanotti, directrice générale de Cong, la société qui gère tous les droits de l’oeuvre d’Hugo Pratt et collaboratrice historique du dessinateur vénitien a déclaré, sûre de la pertinence de ce rapprochement : "Hugo Pratt a toujours apprécié le travail de Frank Miller au point de publier ses histoires dans le magazine Corto Maltese en 1988. Pratt et Miller sont tous deux héritiers d’artistes américains classiques tels que Milton Caniff, avec leur utilisation de l’ombre, de l’encre à coups de pinceaux audacieux. Qui mieux que Frank Miller pour réinterpréter l’univers d’Hugo Pratt après tous les personnages et univers que nous a apporté ce créateur mythique ? Pratt serait ravi de voir son personnage de Corto Maltese ressuscité grâce à un auteur qui a l’étrange capacité de perpétuer des mythes intemporels tout en présentant des personnages emblématiques aux nouvelles générations. Pratt a dit à travers l’un de ses personnages que rien n’est écrit qui ne puisse être réécrit et je crois que personne d’autre que Frank Miller ne pourrait interpréter l’impulsion créatrice contenue dans cette phrase."

Synopsis.

Société Cong qui a déjà dévoilé le synopsis de la série, avec Frank Miller à la baguette : "Après avoir tenté d’acheter un bateau pour partir en mer, Corto Maltese est arrêté par des soldats de Belize City sur les ordres de quelqu’un à propos de qui Corto a marché sur les orteils. Les soldats attachent Corto à un radeau et l’envoient à la dérive traîné par le Gulf Stream. Ils savent que cela le transportera au large, lui accordant une mort lente et douloureuse sous le soleil tropical implacable.
Corto est miraculeusement sauvé par Raspoutine et se retrouve une fois de plus entre deux pulsions opposées : d’un côté il a une occasion en or d’échapper à ses méfaits et de s’évader, mais de l’autre il est aussi tenté par l’audace d’une nouvelle aventure et voit dans les plans de Raspoutine un moyen de conclure un marché avec son ami/ennemi."

Le brun Corto.
© Hugo Pratt, Casterman.

Normalement, la série télévisée sera plus ou moins inspirée, adaptation oblige, des aventures caribéennes de Corto. Le début de la série devrait être un hommage à La Ballade de la Mer Salée, épisode fondateur et mythique.

Avec pour décor, donc, les Caraïbes et l’Amérique centrale où croiseront quelques personnages "historiques" vus dans la bande dessinée tels que : Raspoutine, Madame Java, Bocca Dorata, Tristan Bantam, Tarao, Morgana, Tiro Fisso.
Pour l’instant aucune date de sortie n’est avancée.

(par Pascal AGGABI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Corto Maltese Casterman ✍ Frank Miller ✏️ Hugo Pratt tout public Aventure Marché de la BD : Faits & chiffres 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
38 Messages :
  • Frank Miller va adapter Corto Maltese en série télévisée
    29 novembre 2022 14:45, par Michel Dartay

    Cher Pascal, au début, j’ai cru que c’était un gag, mais nous sommes encore loin du premier avril !
    Alors oui, Miller et Pratt ont tout deux aimé l’oeuvre de Caniff à leurs débuts (enfin, surtout Pratt, pour Miller c’était surtout Eisner et Kane).
    Ce qui me semble incongru dans ce binôme imprévu, c’est le désaccord de point de vue politique. Corto Maltese est un libertarien gentiment anarchiste et rêveur, très porté sur la découverte d’autres civilisations, toujours disponible pour des amitiés intercontinentales. Alors que Miller semble porté par l’influence xénophobe du trumpisme, et divers courants réactionnaires et protectionnistes des Etats-Unis.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 30 novembre 2022 à  11:34 :

      Vous êtes plutôt gentil même… Miller a maintes fois affiché des positions frisant le fascisme. Comparé à lui, Clint Eastwood est un homme de gauche. C’est le père d’Hugo Pratt qui serait content.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 30 novembre 2022 à  12:23 :

      Bonjour Michel,

      Miller était déjà lui bien avant la montée en puissance du trumpisme, il faut lui reconnaître ça. Ce n’est pas juste un suiveur mais bien un précurseur, encore. :-)

      Corto serait un anarchiste gentiment de gauche, trop rêveur et contemplatif en effet, alors que Miller est un anarchiste de droite, beaucoup plus viscéral et désespéré, jusqu’à la hargne et l’éructation. Il n’épargne personne.

      Deux formes d’un même romantisme au fond. D’un même idéalisme aussi. Même et surtout si Miller est un "yankee" pur jus persuadé que les USA sont là pour sauver le monde et lui servir d’un exemple qui ne souffre aucune contestation. D’où certains débordements.

      Le mélange anarchiste de gauche et de droite peut être intéressant. Le genre d’évolution souhaité par Pratt pour une reprise de Corto.

      À voir en espérant que Miller soit plus affûté que pour sa version ciné du Spirit.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 30 novembre 2022 à  12:39 :

        Je ne vois pas trop ce que l’invasion de l’Irak par les USA, que Miller a largement soutenue, et les 15 ans de terreur qui ont suivi, peuvent bien avoir de romantique…

        Répondre à ce message

        • Répondu par Pascal Aggabi le 1er décembre 2022 à  15:26 :

          Détrompez-vous, la déstabilisation géopolitique, les puits de pétroles, les intérêts particuliers qui prennent en otage des états, la désinformation propagandiste, le dépit de plus en plus palpable de la plupart des continents contre l’occident et ses belles leçons de morales réservées aux autres, sont au contraire très romantique... :-)

          Répondre à ce message

      • Répondu le 1er décembre 2022 à  02:35 :

        Ah oui le fascisme est une forme de romantisme finalement ?

        Répondre à ce message

        • Répondu par Pascal Aggabi le 1er décembre 2022 à  15:46 :

          Miller n’est pas fasciste, il faut arrêter avec ces raccourcis de plus en plus ancrés dans notre époque. Rien n’est jamais simple et ne peut se résoudre avec du simplisme et des condamnations à vue.

          Vous savez, ou peut-être pas d’ailleurs : Miller a été malade, très malade et diminué, mais il se dit tout bas que sa "maladie", était en fait... Je vous laisse en substance deviner...
          Aujourd’hui Miller va mieux, plein de projets, il s’est même excusé à sa manière de quelques égarements passés.

          SVP, un peu d’indulgence et regardons plutôt en direction de demain. Miller est un révolutionnaire de la narration et ça en vaut la peine.
          Oui, Miller est un romantique et un idéaliste. À sa manière. Qui dans son cas à fait oeuvre. Et quelle oeuvre !

          Répondre à ce message

  • Frank Miller va adapter Corto Maltese en série télévisée
    29 novembre 2022 15:25, par Milles Sabords

    Si nous n’étions pas à l’approche de Noël, on pourrait croire à un poisson d’avril.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 30 novembre 2022 à  11:31 :

      Ce réchauffement climatique est une véritable misère ... :-))

      Répondre à ce message

      • Répondu par Milles Sabords le 30 novembre 2022 à  14:28 :

        M’en parlez pas, les pingouins sont désespérés !

        Répondre à ce message

  • C’est une drôle d’idée. Politiquement, Miller est aux antipodes de Pratt. Ça ne l’empêche pas d’être fan. Mais ce serait une série animée ou en prises de vues réelles ? Quelle chose me dit que le financement est loin d’être terminé…

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 30 novembre 2022 à  11:19 :

      En prises de vues réelles. De plus, Miller qui a lancé dernièrement sa société d’édition, Frank Miller Presents (FMP) dont il est président et rédacteur en chef, semble vouloir y diversifier les activités pour lui faire prendre de l’ampleur.

      Répondre à ce message

  • Frank Miller va adapter Corto Maltese en série télévisée
    29 novembre 2022 16:42, par benjamin

    vous auriez dû garder cet article pour vos publications du 1er avril.
    Fin novembre, cela fait tache.
    Peut-être allez-vous nous annoncer prochainement que c’est jean claude van damme qui incarnera le célèbre marin ? Et christian clavier qui lui donnera la réplique en tant que Raspoutine ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 30 novembre 2022 à  11:58 :

      Miller est plutôt fan de Clint Eastwood et de son "Inspecteur Harry". Si son Corto croise des Magnums, pas sûr que ce soit dans des caisses de champagne.
      Si on vous suit, Corto risque bien de se retrouver vêtu d’un collant rouge avec holster, coiffé d’un casque spartiate à la place de sa casquette de marin, le tout recouvert sous le large manteau de Carmen Cru ( Miller est fan de Lelong), vigilante prompt à faire du bateau sur l’Hudson River.

      Répondre à ce message

  • Frank Miller va adapter Corto Maltese en série télévisée
    29 novembre 2022 20:50, par Christian

    Vous ne précisez pas si c’est avec des acteurs cette série ou en dessin animé.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 30 novembre 2022 à  11:05 :

      Ce sera un film avec acteurs. Et effets spéciaux à définir.

      Répondre à ce message

  • Frank Miller va adapter Corto Maltese en série télévisée
    30 novembre 2022 06:51, par Milles Sabords

    On est visuellement plus proche de Géronimo l’Apache que de Corto Maltese.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 30 novembre 2022 à  10:36 :

      Apparemment c’est officiel puisque c’est annoncé sur le site de Corto Maltese. Patrica Zanotti a de la suite dans les idées, mais c’est quand même étonnant au regard des prises de postions politiques adoptées par Miller depuis des années. Il est très loin de partager la vision du monde de Pratt et en particulier son respect de toutes les cultures et civilisations.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 30 novembre 2022 à  11:28 :

      Miller a retrouvé une certaine tenue graphiquement, après sa longue "maladie" qui l’avait bien diminué, c’est déjà ça.
      Maintenant il dessine "son" Corto, comme il a dessiné "son" Batman, ce qui au fond reste le souhait de Pratt exprimé dans le livre de Dominique Petifaux, dixit : "Si un jour on reprenait Corto Maltese il faudrait le changer autant que Franck Miller avait changé Batman."

      Répondre à ce message

      • Répondu par Milles Sabords le 30 novembre 2022 à  14:26 :

        Le Batman de Miller emprunte les codes graphiques du Batman que le grand public connaît. Là, le marin à rouflaquettes et casquette ressemble à un indien. Un fossé aussi large que le grand canyon.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 1er décembre 2022 à  15:35 :

          A mon avis, ce n’est pas Corto mais une recherche de personnage secondaire. Par ailleurs ça fait longtemps que le dessin de Frank Miller n’est plus qu’une répétition de gimmicks difformes. Il n’a jamais été un disciple de Cannif ou de Pratt puisque contrairement à eux, il place ses noirs de façon purement décorative et non pour décrire l’ombre et la lumière. Peu importe, il n’est pas censé dessiner sur ce projet puisque ce serait une série avec acteurs. On verra bien. Il est quand même très difficile de financer un projet de série aux Usa et très improbable de la voir renouvelée pour une saison suivante. La concurrence sur les plateformes est terrible, et Corto reste méconnu là-bas, plus encore que Tintin. En un mois, je n’y crois pas du tout.

          Répondre à ce message

        • Répondu par Pascal Aggabi le 1er décembre 2022 à  15:52 :

          Miller avait certainement moins de marge de manoeuvre avec Batman qu’il en a aujourd’hui avec Corto. Surtout, il est maintenant un créateur et surtout un dessinateur qui ont beaucoup évolué. Vers beaucoup plus de liberté.

          Aujourd’hui Miller se fout de tout, il avance.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 2 décembre 2022 à  14:16 :

            Je voulais dire : en un mot, je n’y crois pas du tout.

            Répondre à ce message

  • Frank Miller va adapter Corto Maltese en série télévisée
    30 novembre 2022 14:32, par Christian

    La BD européenne (et surtout ses ayant-droits) ont toujours le complexe du corn flake, ils pensent toujours que les américains vont faire mieux question adaptation. Ce n’est jamais le cas (comme avec Tintin).

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 1er décembre 2022 à  15:56 :

      Gardez à l’esprit le coup de com que représente cette annonce et le gros bénéfice à en tirer pour tout le monde.

      Seul Corto est un vrai romantique contemplatif. :-)

      Répondre à ce message

      • Répondu par lorentzo.B le 2 décembre 2022 à  09:18 :

        M’ouais... Les adaptations avec acteurs, pourquoi pas ? Mais il faut garder la sève. Comme Sherlock Holmes ou James Bond, même si ce dernier fait dans la crise existentielle depuis quelques temps, c’est resté un séducteur et un cogneur de première avec tous ses gadgets délirants. Miller, je ne connais que son Batman et son Daredevil (que je n’aimais pas, je suis trop marqué par la période Gene Colan). Je ne sais pas s’il est facho, terme que l’on galvaude un peu, mais qui signifie quand même que la personne a certains penchants, disons, bien arrêtés et bien réactionnaires... J’espère seulement que si la série se fait, le romanesque marin ne suivra pas cette "mode" malsaine que l’on retrouve dans les médias et autres émissions de divertissement (qui banalisent ce qui ne doit pas l’être)...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Pascal Aggabi le 2 décembre 2022 à  11:45 :

          Effectivement le Daredevil de Gene Colan c’est quelque chose. Colan un talent assez unique. Ses pages d’ouvertures sont souvent des petites merveilles.

          De quelle "mode" malsaine parlez-vous ?

          Il est certain que Miller a mal encaissé le 11 septembre 2001 et en a été tout chamboulé, certitudes en vrac, avec une analyse bien plus viscérale que réfléchie. À l’image de son oeuvre.
          Mais regardez, il y prend souvent le parti de l’humain, dénonce les arrangements, les monopoles, incite à un certaine forme de résistance. Tout en étant lui-même un candidat du système, d’un dispositif de pensée, disons "vernaculaire", qui sent le renfermé. Ce qui ne suffit pas, trop sommaire et paresseux, à le classer parmi les "fachos". Trop simple. Et Miller est tout sauf simple. Et c’est tant mieux.

          Rappelez-vous le classement des observateurs pour ces deux révolutionnaires de la même époque : Miller = viscéral (les tripes),
          Alan Moore = cérébral (le cerveau).

          Certainement encore un raccourci facile.

          Mais l’époque est aux raccourcis faciles, aux condamnations sans appel. Aux condamnations sans appel à priori. Quand on pense que partout on fait la promotion de l’esprit d’ouverture... "Plus ça change, plus c’est la même chose", citation d’Alphonse Karr reprise dans la série X-Men par l’autre grand révolutionnaire comics des années 80, Chris Claremont, qui dénonçais l’autoritarisme, la propagande, les agendas, la négation, la peur de l’autre.

          Si le projet se concrétise, Miller va faire un Corto Maltese et ce sera un Corto à la sauce Miller. C’est inévitable. Ou alors il ne fallait pas choisir un créateur avec une telle personnalité.

          Pratt semblait apprécier la personnalité de Miller, chantre de l’autodétermination. Encore un thème bien dans l’époque, promu tout azimut par, justement, une bonne partie de ceux qui accablent Miller.

          Non, décidément rien n’est simple.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 2 décembre 2022 à  14:22 :

            Pratt appréciait peut-être le travail de Miller, mais c’était avant Sin City, avant 300, avant Holy Terror et bien avant que Frank Miller soutienne aveuglément la guerre en Irak de George W. Bush et les néocons américains. SI le mot fasciste vous semble galvaudé, convenez au moins que Miller, à qui vous semblez pardonner tout, est devenu un ultra-réactionnaire. C’est notamment l’avis d’Alan Moore qu’on ne peut pas qualifier d’avoir une pensée simpliste.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Pascal Aggabi le 5 décembre 2022 à  12:37 :

              Diaboliser Miller semble pour vous une mission assez... capitale. Pourquoi pas si ça soulage vos angoisses, qui exigent des coupables, partout.

              - "Pratt appréciait peut-être le travail de Miller, mais c’était avant Sin City, avant 300, avant Holy Terror"

              Vous arrivez donc à savoir ce que Pratt aurait pensé ou fait ? Félicitation. Mais attention, pente savonneuse tout de même.

              - "les néocons américains"
              Vous parlez des quels ?
              Parce qu’il y en a et franchement, même avec la meilleure volonté du monde, on s’y perd un peu. Trop de mimétisme peut-être.

              - "Si le mot fasciste vous semble galvaudé, convenez au moins que Miller, à qui vous semblez pardonner tout, est devenu un ultra-réactionnaire."

              Je ne pardonne rien à Miller, qui pense et dit, ou pas, ce qu’il veut à partir du moment où il ne m’oblige pas à penser de même ou m’interdit d’en rire. Mais la guillotine ne m’intéresse pas non plus tant les bourreaux, de tous bords, ont tendance à se ressembler.

              Des "ultra-réactionnaires" il y en a aux droites et gauches extrêmes, d’où la question, pertinente avouez, sur les "néocons". Ils font du bruit en ce moment vous ne trouvez pas ? On parle même pas de la tendance, assez collante, qu’ils ont à s’exporter.
              Tout ce joli monde va penser ce qu’il veut, éventuellement Miller et Moore compris, et nous allons, en les écoutant tous pour nous édifier et nous donner un point de vue global, cultiver avec gourmandise notre libre arbitre. Conscients de la complexité du monde.

              Complexité, tiens, encore un mot dont le sens tend à s’annuler. Même le "diabolique" Miller n’est jamais allé aussi loin.

              Répondre à ce message

              • Répondu le 6 décembre 2022 à  15:38 :

                Je ne me lancerai pas dans un débat politique avec vous, vu que je trouve déjà que vous faites trop de politique ici, et que politiquement, je ne suis pas de votre bord, ni de celui dans lequel vous me rangez sans me connaître. Juste pour préciser 2 notions : "néo-cons" c’est les néo-conservateurs américains qui dominaient le Parti Républicain américain au début des années 2000. Ce n’étaient pas des fascistes, ni des trumpistes, "néo-cons" renvoie à une période précise de l’histoire des USA. Par ailleurs, "Ultra-réactionnaire" ne désigne jamais des gens de gauche, ce qui ne veut pas dite qu’il n’y a pas des gens conservateurs à gauche. Voilà. J’en reste là. Je préfère vraiment quand vous parlez des comics, mais avec une info pareille réunissant des gens aussi dissemblables que Pratt et Miller, il fallait s’attendre à ce que les commentaires parlent de politique.

                Répondre à ce message

                • Répondu par Pascal Aggabi le 7 décembre 2022 à  18:50 :

                  - "Je préfère vraiment quand vous parlez des comics"

                  Moi aussi.

                  - "Je ne me lancerai pas dans un débat politique avec vous"

                  Tant mieux, les guillotines me font froid dans le dos, quel que soit le bord d’où elles viennent.

                  Là où vous voyez de la politique, il n’y a que des réponses à des commentaires pour distiller quelques petites infos, destinées à permettre humblement à chacun d’ouvrir son point de vue. Rien de plus.
                  Même si pour vous c’est déjà suspect.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu le 7 décembre 2022 à  23:44 :

                    Il n’y a rien de suspect. Vous semblez continuer à admirer Miller malgré son positionnement politique, (ou peut-être à cause de lui), et c’est votre droit le plus absolu. Pour ma part, j’ai cessé de l’admirer bien avant, dès Sin City, voire même dès qu’il a cessé d’être encré par Klaus Janson… par conséquent, sa vision de Corto Maltese m’indiffère totalement, si jamais cette série se faisait, ce dont je doute. A part ça, c’est vous qui parlez de guillotines, pas moi. J’ai plusieurs amis dont je ne partage pas les idées, mais je n’ai jamais souhaité leur élimination physique. Cordialement.

                    Répondre à ce message

                    • Répondu le 8 décembre 2022 à  11:27 :

                      Tout d’abord, je me fous des idées politiques de Miller - il parait que c’est moi qui parle trop de politique ici, miller que je n’admire pas mais à qui je laisse sa chance.

                      Des siennes, supposées, et de toutes les idéologies en général : manichéennes, providentielles, révolutionnaires, importées ou exportées, propagandistes, castratrices, stigmatisantes, à géométrie variable. Puisque inévitablement, ce sont les plus faibles qui les prennent sur le coin de la figure.

                      Ensuite :

                      - "et c’est votre droit le plus absolu"
                      Et comment ! Et je compte en user, en abuser et sévèrement le défendre, ce droit.

                      _"Pour ma part, j’ai cessé de l’admirer bien avant, dès Sin City, voire même dès qu’il a cessé d’être encré par Klaus Janson… "
                      C’est votre droit.

                      - "par conséquent, sa vision de Corto Maltese m’indiffère totalement,"
                      Très bien, dans ce cas vous ne regarderez pas. D’autres le feront.
                      ... C’est leur droit.

                      - "c’est vous qui parlez de guillotines"
                      J’en parle et c’est vous qui les utilisez - voir votre subtile allusion-sentence au "positionnement" politique de Miller, miroir, et raison de ma toute aussi supposée et aveugle, ou tendancieuse, admiration.

                      - "J’ai plusieurs amis dont je ne partage pas les idées"
                      Bravo. Probablement un de chaque bord, chaque groupe social, chaque couleur, etc... Vous êtes ouvert d’esprit et il faut que ça se sache, se voit. Un, mais sans doute pas plus... parce que quand même...

                      Dire que Miller perd en vous un admirateur...

                      Très cordialement également -sans qu’il n’y ait rien de suspect.

                      Bon, et si on parlait de BD, de Corto, de plaisir et tout ça ?

                      Répondre à ce message

                      • Répondu le 10 décembre 2022 à  11:38 :

                        Le plaisir, ce sera de relire un vieux Corto plutôt.

                        Répondre à ce message

          • Répondu par lorentzo.B le 2 décembre 2022 à  15:48 :

            Encore une fois, je ne connais que sa version des deux super-héros et il faudrait que je relise son Batman, plus lu depuis sa sortie... Par "mode malsaine" j’entends cette banalisation de l’extrême droite ; je n’ai pas envie de relancer le débat sur Bolloré & cie mais l’époque a bien changé, on ose dire et afficher des choses qu’on cachait jusqu’ici... Même dans le milieu dans lequel je travaille (Ed. Nat.). Bref, je m’indigne et je flippe. Mais passons.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 2 décembre 2022 à  22:39 :

              Je découvre le message qui précède : quand je dis "galvaudé" je ne parlais pas de Miller à qui je ne pardonne rien du tout puisque vous m’apprenez son soutien à Bush etc.. Le néo-fascisme monte et je ne m’étendrais pas sur le sujet sur ce site (j’avais d’ailleurs été critiqué sur un site "voisin" pour avoir osé parlé du passé pour le moins trouble de Dimitri), je me bats suffisamment en tant que citoyen. Donc Corto : j’espère qu’il gardera son âme, point ! PS : A. Moore, j’adore.

              Répondre à ce message

  • Frank Miller va adapter Corto Maltese en série télévisée
    21 décembre 2022 14:13, par PierreD

    Pfffffiou... Je sais pas quand même...
    Je me rappelle de sa précédente adaptation d’une BD / comics qui n’était pas la sienne, le film The Spirit et c’était vraiment très très mauvais, et beaucoup plus proche de l’univers de Miller que de celui de Will Eisner.
    Franchement ça fait peur, ça ne parait pas être une très bonne idée...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 21 décembre 2022 à  15:40 :

      Non, ce n’est pas une bonne idée. Parfois des choses réussies surviennent avec une mauvaise idée au départ mais c’est très rare. Attendons déjà de voir le casting… si le tour de table financier est bouclé, ce qui n’est pas gagné à mon avis.

      Répondre à ce message

PAR Pascal AGGABI  
A LIRE AUSSI  
Écrans  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD