Collectors

Les vacations Maghen cumulent les invités de marque

Par Charles-Louis Detournay le 6 juin 2024                      Lien  
Il y a des ventes que l'on attend impatiemment et celles organisées par Daniel Maghen font très certainement partie du lot. Non seulement pour la qualité des pièces que l'expert parvient à rassembler, mais aussi pour les catalogues dévolus spécifiquement à des auteurs prestigieux. Et cette fois, ce ne sont pas deux, mais bien trois artistes de renom qui sont invités : BAR2, Steve Cuzor et l'incontournable Jean-Pierre Gibrat !

D’entrée de jeu, difficile de ne pas tomber en admiration devant la couverture du catalogue général de cette vente de ce samedi 8 juin : une des plus fameuses couvertures d’album de Gaston, lorsque celui passa de la cour des petits à celles des grands (formats bien entendu). Cette pièce muséale situe directement tout l’univers : la douce créativité du gaffeur s’affiche dans son sourire, tandis que le portrait de Fantasio se fendille en conséquence. Une pièce d’exception qui donne d’entrée le « la » de la vente : le niveau est très haut, et ce n’est que le début.

De Franquin à Fournier et Batem, le relais est à nouveau passé ! Mais quelles pièces ! Rien de moins que le lot des cinq planches de la dernière aventure que le Breton dessinait lorsque les événements l’ont poussé à jeter l’éponge. Sur un scénario supervisé par Franquin et Will, le début de l’histoire fait la part belle à Champignac avant que le groom et ses amis ne prennent le relais. Tout le dynamisme de Fournier y apparaît, tant dans les crayonnés qu’à l’encrage. Un punch qui est également de mise avec le Marsupilami de Batem, dans une planche pleine de vivacité !

Les vacations Maghen cumulent les invités de marque
Première planche du lot de cinq, présentant le début de cette aventure inédite de Spirou par Fournier

L’école de Marcinelle est à l’honneur lors de cette vacation : une des dernières planches de Spirou dessinée par Jijé en côtoie une de Maurice Tillieux et une autre de Will. Ce dernier est d’ailleurs à l’honneur avec un patchwork de femmes à la silhouette filiforme reconnaissable d’un coup d’œil. Victor Hubinon rejoint ses collègues avec une magnifique planche de Buck Danny dans lequel le dessinateur s’implique sans compter dans trois grandes cases impressionnantes.

Astérix et Obélix par Uderzo

Difficile de citer tous les pièces présentes, car chacune d’entre elles mériterait un article à part entière. Epinglons tout de même ce qui constitue à nos yeux la plus belle planche du Parfum invisible de Manara ; la première page de Kung-fu Glacial de Superdupont par Gotlib ; une illustration d’Astérix et Obélix signée par Uderzo ; deux incroyables double planches de Requiem d’Olivier Ledroit qui fait un retour en force ; un festival signé Vance avec plusieurs très belles pièces et une couverture tirées de la série Bruce J. Hawker, trois issues de XIII dont une planche du Jour du soleil noir avec la mort de Martha sous une pluie diluvienne comme seul Vance savait les représenter ; une fameuse illustration de François Schuiten représentant un bibliophile entourés de piles de livres ; une planche de Peter Pan (Loisel) ; une autre de Valérian (Jean-Claude Mézières), une illustration de Bilal ; l’une des plus belles pages des Jardins d’Edena (Moebius) ; deux illustrations de Caza... On ne sait plus où donner de la tête !

XIII, par William Vance et Jean Van Hamme

Le western est également à l’honneur avec pêle-mêle trois planches de Blueberry dont une très belle avec Chihuahua Pearl et une illustration couleur de Mike sur son cheval (Jean Giraud) ainsi qu’une autre réalisée par Jijé au moment où Giraud était à l’ouest ; l’une des plus belles pages de Furie Rebelle (Comanche par Hermann) dont il s’inspira pour la couverture de l’album ; une magnifique page du premier tome d’Undertaker tirée de la scène conclusive sous la pluie, sans doute la plus intense de tout l’album ; sans oublier d’autres pièces de Toppi et Jijé. Le maître de Marcinelle que l’on retrouve également avec une planche de Tanguy & Laverdure.

Le clou de la vente reste bien entendu cette magnifique couverture couleur du Petit Vingtième. Hergé y présente une vision très dynamique de Tintin en costume écossais pour L’Île noire. Une magnifique pièce dont la rareté est soulignée par le fait qu’elle fut mise en couleur par Hergé lui-même, ce qui est assez exceptionnel à cette période des années 1930.

© Tintinimaginatio

Puis Daniel Maghen n’oublie pas les précédents auteurs qui ont déjà bénéficié de catalogues spécifiques lors de ventes précédentes : quatre planches d’Hermann dont deux en couleurs directes et une très belle extraite de son dernier album de Bernard Prince à l’encre (Le Port des fous) ; l’illustration originale de la page de titre de l’intégrale de L’Épervier (Pellerin) : deux planches de Rosinski dont une très belle de Thorgal qui rassemble quatre personnages phares de la série dont la gardienne des clés ; ainsi que quatre pièces de Juillard dont l’emblématique couverture du tome 3 de Plume aux vents.

BAR2, Cuzor et Gibrat à l’honneur

Comme de coutume, Daniel Maghen dédie spécifiquement des parties de sa vente à des auteurs en particulier, profitant de l’occasion pour publier ce qui s’apparente à de belles monographies. Et pour ce 8 juin, ce ne sont pas deux, mais bien trois artistes qui sont mis en exergue.

Certes ce n’est pas la première fois que Jean-Pierre Gibrat profite de ce coup de projecteur, mais on doit avouer rester sous le charme de son travail sans aucune lassitude ressentie. Les peintures (comme les appelez autrement ?!) sont tirées du Sursis et du Vol du Corbeau : à ses héroïnes au charme éternel, le peintre ajoute de véritables scènes de la vie parisienne pendant l’Occupation et à la Libération.

Sa série Mattéo est bien entendu présente, avec un projet de couverture, six planches et surtout la couverture originale de ce sixième et dernier opus qui rassemble les personnages principaux de cette saga. Le tout est ponctué d’autres illustrations et pages tirées de ses albums afin d’atteindre un total de seize pièces proposées ainsi aux collectionneurs. Une valeur sûre !

Le Sursis, illustration originale, Gibrat, 2023.

Rares sont les séries humoristiques de sport moteur à s’être rapidement et durablement implantées dans le paysage du neuvième art. Joe Bar Team fut et reste l’une de ces exceptions, il suffit pourtant de se plonger dans la lecture des planches rassemblées à cette occasion pour se rendre compte des qualités qui ont permis à BAR2 de se hisser à ce niveau si prisé : des trognes croquées avec truculence, des gags qui sentent le vécu (et le cambouis), un lettrage soigné qui participe pleinement à l’ambiance de chaque scène, sans oublier un dynamisme omniprésent dans toutes les cases.

Si BAR2 est un auteur talentueux, ses planches originales sont rares sur le marché. Aussi faut-il saluer le fait de rassembler ici dix gags tirées des deux seuls albums de Joe Bar Team qu’il a réalisés, à savoir les tomes 1 et 5. Le tout est complété par deux illustrations couleurs réalisées pour un agenda.

Joe Bar Team, tome 5, BAR2

C’est dans un vacarme tout aussi assourdissant, mais presque sans onomatopées, qu’on passe au dernier coup de projecteur, à savoir Le Combat d’Henry Fleming de Steve Cuzor. L’auteur a effectivement relevé le défi d’adapter cette bataille de la guerre de Sécession en jouant sur les dessins pour faire passer la fureur des combats. Grâce à sa technique de noir et blanc, on sent le souffle des boulets, l’odeur acre de la poudre, les débris propulsés par les explosions et surtout la détresse des hommes.

Les quinze pièces proposées sont tirées de cet album qui a marqué ce début d’année. Il s’agit principalement d’une sélection opérée parmi les plus belles planches de l’album, mais il y a également les originaux de la couverture ou de la jaquette de luxe, sans oublier parfois une case que l’auteur a réalisée sur le côté, montrant l’importance qu’il apporte à chaque détail.

Première case de la planche n° 42 de l’album du Combat d’Henry Fleming
Steve Cuzor

Une fois de plus, la sélection de Daniel Maghen fait côtoyer les plus grands, dans une grande diversité de styles ; elle est surtout représentative du large panel d’auteurs qui constitue le neuvième art. Qui récoltera le plus les faveurs des collectionneurs ? Rendez-vous samedi 8 juin dès 14h30 pour le savoir.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Exposition publique à la galerie Daniel Maghen du mardi 4 juin au vendredi 7 juin de 10:30 à 19:00, ainsi que le samedi 8 juin, de 10:30 à 13:00
Galerie Daniel Maghen (Entrée libre.)
36 rue du Louvre, 75001 Paris

VENTE AUX ENCHÈRES
Samedi 8 juin 2024 à 14:30 (entrée libre)
Maison de la Chimie - Salle 162
28 Rue Saint-Dominique 75007 Paris

Télécharger le catalogue de la vente
Attention, les catalogues ne sont plus disponibles en librairie, uniquement à l’achat auprès de la galerie Daniel Maghen.

Avant la vente : pour déposer un ordre, envoyer une demande par email
à contact@danielmaghenencheres.com ou déposer les ordres d’achat directement via le site internet de la vente danielmaghen-encheres.com.

Pour participer à la vente par téléphone, ou pour enregistrer les ordres d’achat le jour de la vente : +33 (0)1 42 84 38 45 ou contact@danielmaghenencheres.com

À propos de Daniel Maghen, lire :
 Daniel Maghen Enchères : Hermann et Rochette mis à l’honneur
 Deux nouvelles expositions à la Galerie Daniel Maghen (Paris)
 Vacation d’été pour Daniel Maghen Enchères
 La vacation Daniel Maghen : une exposition muséale temporaire
 Daniel Maghen met Pellerin et Batem à l’honneur
 André Juillard et Matthieu Bonhomme sont les guest stars de la vacation Maghen de cette fin d’année
 Enchères : Daniel Maghen présente sa vacation de l’année
 Trois catalogues et une prestigieuse vente publique en ligne pour Daniel Maghen
 En dépit du confinement, visitez l’exceptionnelle exposition Rosiński à la Galerie Maghen
 Pari gagné pour la première vente de Daniel Maghen Enchères
 Daniel Maghen Enchères et Expertises lance sa première vente
 Une interview de Daniel Maghen : « Il manque un vrai musée de la bande dessinée à Paris. »
 Daniel Maghen crée sa maison d’édition

Médaillon de l’article : illustration de Franquin.

Logo de survol : Illustrations de Gibrat, BAR2 et Cuzor.

Daniel Maghen tout public France Marché de la BD : Faits & chiffres
 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • On est ravis pour la douzaine de millionnaires qui ont fait exploser les côtes depuis 20 ans et qui vont pouvoir se servir allègrement. Quant aux humbles amateurs, ils se contenteront de regarder les prix plancher stratosphériques, les enchères s’envoler, et les œuvres partir en Suisse ou dans les ports francs. Sniff

    Répondre à ce message

    • Répondu par Capitaine Kérosène le 7 juin à  11:04 :

      Pour faire "exploser les côtes" d’un dessinateur, il faudrait lui porter un coup très violent.
      "Cote" de prend pas d’accent sur le "o" lorsqu’il s’agit d’une valeur.
      La présence de l’accent change le sens et la prononciation :
      Une côte de porc ou de bœuf, la Côte d’Azur, etc.
      Parfois, j’ai l’impression que plus aucun Français ne sait employer les accents circonflexes correctement.
      Chez Maghen on fait grimper les cotes, tandis qu’au Tour de France les cyclistes grimpent les côtes.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Gina Vanilla le 8 juin à  20:24 :

        hihi Capitaine Kérosène, bien d’accord avec vous !

        Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Charles-Louis Detournay  
A LIRE AUSSI  
Collectors  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD