Actualité

Décès de François Corteggiani, le caméléon du scénario

Le rideau tombe sur un cliffhanger qu’on n’avait pas vu arriver. À 69 ans, le scénariste hyperactif François Corteggiani nous a réservé un dernier et étonnant retournement de situation dont on se serait bien passé. Omniprésent depuis cinquante ans dans le petit milieu de la bande dessinée, tout le monde le connaissait et l’appréciait. C’est dire l’impact que suscite sa disparition…

Si la génération actuelle associe directement le mot de scénariste à celui de François Corteggiani, il ne faudrait pas oublier qu’il a commencé sa carrière comme dessinateur. C’est d’ailleurs sous la forme d’un storyboard assez poussé qu’il livrait ses histoires. Comme l’indique aujourd’hui Thierry Capezzone : « Tout était déjà fait, y avait plus qu’à recopier. »

Monté à Paris en 1972, ce Niçois d’origine fait d’abord ses armes dans la publicité et dans l’illustration. Réalisées entre 1974 et 1976, ses premières bandes dessinées seront pour les éditions SEPP, une société lyonnaise qui publiait surtout de petits formats : Pastis et Patchouli dans SuperRex, Rex Badaboum dans Rex, Rol Mops dans Services Secrets et Casse-Cou, etc.

Décès de François Corteggiani, le caméléon du scénario
François Cortegianni par Jean-Luc Muller

En 1975, il entre chez Pif Gadget pour y réaliser tout d’abord quelques dessins d’annonce. Très vite, Michel Motti le prend sous son aile, et le jeune François reprend la série Pif dès 1976 tout d’abord en dessin, puis au scénario. Christian Godard l’encourage à se spécialiser dans cette voie, où ils n’étaient pas si nombreux à cette époque. Une activité qui le pousse à diversifier son registre. Alors qu’il ne travaillait que pour la série Pif depuis trois ans, 1979 marque un tournant : non seulement il commence à aider Bara pour le scénario de quelques gags de Cro-Magnons dans Super As, mais il lance également une nouvelle série Marine avec Pica (Pierre Tranchand) chez Pif Gadget. Et il continue à dessiner en réaliser en solo la série Pastis !

Avec Cavazzano sur Pif

Marine, avec Pierre Tranchand

Les années qui suivent vont montrer la capacité de François Corteggiani à se démultiplier : ce sont des centaines de pages de scénario qui tombent chaque année, toujours chez Pif Gadget bien entendu, chez Super As jusqu’à la fin de ce magazine, puis dans Gomme !, la nouvelle revue de Jacques Glénat, sans oublier Circus. Les collaborations continuent au même rythme, soit avec de nouveaux auteurs comme le prometteur Philippe Bercovici, soit avec des amis déjà fidèles comme Pica dans les nouvelles séries que sont Chafouin et Baluchon à partir de 1980, Bastos et Zakpusky dès 1981 ainsi que Smith et Wesson à partir de l’année suivante.

Bastos et Zakouski avec Pierre Tranchand

La veine réaliste

En 1985, Jacques Glénat lance le magazine historique Vécu et Corteggiani est bien sûr de la partie. Le registre très réaliste de cette revue lui demande pourtant de changer radicalement sa pratique, lui qui s’était globalement cantonné dans l’humoristique. Qu’à cela ne tienne, le scénariste (qui continue toujours à dessiner pour son propre compte) se rajoute une casquette et se lance dans une saga historique centrée sur la mafia et intitulée De Silence et de Sang, une série qu’il débute avec Marc Malès avant de la prolonger avec Jean-Yves Mitton. Les deux auteurs s’étaient effectivement retrouvés au Journal de Mickey avec L’Archer blanc et avaient décidé de prolonger leur collaboration… qui va durer près de vingt ans, avec notamment Noël et Marie, les deux héros de la Révolution française.

"De silence et de sang", avec Marc Malès, puis Jean-Yves Mitton

Le scénariste prolifique n’en oublie pas l’humoristique, créant quatre autres séries avec Pica, comme Thimothée Titan avec le réputé Giorgio Cavazzano ! Mais c’est le réaliste qui vient de nouveau frapper à sa porte : lorsque le grand Jean-Michel Charlier s’éteint en juillet 1989, c’est François Corteggiani que l’on appelle à l’aide pour terminer le sixième album de La Jeunesse de Blueberry. À une époque où les tomes de la série-mère se font attendre, Corteggiani devient ainsi le scénariste attitré d’une des plus fameuses séries de western, alignant tout d’abord trois albums avec Colin Wilson, puis douze albums avec Michel Blanc-Dumont.

La Jeunesse de Blueberry, avec Michel Blanc-Dumont

Un territoire qu’il ne cessera d’explorer, dépassant toujours ses limites. Bientôt on le voit œuvrer sur des séries d’aviation (Thunderhawks), sur l’Egypte ancienne (L’Horus de Nékhen),sur la vie des Grands peintres->art18619] au Japon médiéval au XVIe siècle (Saïto->art26892]) en passant par la voluptueuse Tatania K. avec Félix Meynet. Sans oublier ses reprises : Bob et Bobette, Sybilline, Les Pieds Nickelés et bien d’autres, qui témoignent de sa grande maîtrise de la bande dessinée populaire.

Sybilline, avec André Taymans, sur les pas de Macherot

Mentor

Lorsque Pif le Journal cesse sa publication fin 1993, Corteggiani se tourne naturellement vers Mickey Magazine avait qui il collaborait déjà intensivement depuis une dizaine d’années. Ce caméléon fait à nouveau merveille, réalisant des scénarios des histoires de Mickey, Dingo, Génius, Picsou, les Castors Juniors, etc. Sa passion pour Pif ne l’a jamais abandonné et c’est ainsi qu’il devient le rédacteur en chef de la nouvelle formule de 2004 à 2008.

Arrive le temps où il se met à aider plein de jeunes auteurs, leur prodiguant des conseils, ou les mettant en relation avec les bonnes personnes pour se lancer. Comme en témoigne Stéphane Louis : « Générosité : c’est le mot qui me restera de François. Que ce soit pour ses proches et amis ou pour sa passion pour son travail. Je lui dois beaucoup, dont mes premiers pas dans la BD. »

Organisateur du Bistro-BD de Carpentras où les auteurs et amateurs de bande dessinée pouvait se rencontrer sans chichis, François Corteggiani restait un travailleur acharné doué d’une incroyable polyvalence : créateur pendant dix ans de figurines Kinder, animateur de Pif le chien dans L’Humanité sous le nom de Kort et plus récemment capable de reprendre le personnage de Lefranc et d’Alix créés par Jacques Martin.

Alix, avec Marco Venanzi, dans les pas de Jacques Martin.

François Corteggiani faisait preuve d’une grande sociabilité : dans les festivals où il connaissait tout le monde, sur Facebook où il ne cessait de souhaiter la bonne journée ou la bonne nuit chaque jour via des dessins qui ne manquaient d’éveiller des réactions, ou lorsqu’il présentait avec humour des apparitions surgies de la rivière Auzon qui coulait au fond de son jardin. Ce mélange de pertinence et de malice qui n’appartenait qu’à lui va beaucoup nous manquer. Heureusement, il nous laisse des milliers de pages de bande dessinée, qui nous démontrent si nécessaire l’immense auteur qu’il était, au propre comme au figuré. Ciao l’artiste !

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

✍ François Corteggiani tout public Décès 2022 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • C’est une bien bien triste nouvelle. Au delà de son oeuvre prolifique, un homme (un ours ?) faussement bourru à la gentillesse désarmante, à la générosité rare et avec un sens de l’amitié chevillé au corps....toutes mes condoléances à sa famille et proches.

    Répondre à ce message

    • Répondu par lorentzo.B le 23 septembre à  07:46 :

      Abasourdi, choqué et très triste à l’annonce de l’affreuse nouvelle par un ami qui le connaissait ! Si l’homme apparaissait pour beaucoup comme quelqu’un de bourru, j’ai personnellement très apprécié nos échanges entre passionnés de BD, et lui suis très reconnaissant de m’avoir permis de rencontrer M. Cavazzano - dont le Fantomiald était un héros de mon enfance - en sus de la découverte d’une belle filière italienne avec le regretté Sergio Tisselli, Lele Vianello et d’autres.. Beaucoup d’estime également pour son engagement citoyen, à une époque où les artistes "se mouillent" de moins en moins.. Mes sincères condoléances pour sa famille et ses proches.

      Répondre à ce message

  • C’était un grand Monsieur… D’une folle érudition, ami de Tesuka, collectionneur émérite (avec une passion pour cette bande dessinée populaire dont il fut un des dignes représentant)… Nous pouvions échanger tout autant sur Cliff Sterrett, le génial Claude Marin que sur de petits maîtres italiens. Il avait eu la gentillesse de m’offrir des originaux de quelques une de ses BD (c’était un dessinateur que j’aimais beaucoup)… C’est une grande perte pour la BD… Sad Day :(

    Répondre à ce message

Dans la rubrique Actualité
Derniers commentaires
Agenda BD août 2022
Du 25 août au 23 septembre (...)
du 25/08/2022 au 23/09/2022
Exposition-vente virtuelle - Romain Baudy - à la galerie Comic Art Factory (Bruxelles)
Festival
du 27/08/2022 au 28/08/2022
11e Festival BD "De Bulles en Bulles" (Hotton, Belgique)
Agenda BD septembre 2022
Exposition
du 10/09/2022 au 17/09/2022
Exposition Pascal Graffica à Strasbourg
Exposition
du 15/09/2022 au 1er/10/2022
Expo - Coco : dessins félins et autres bestioles (Paris)
Dedicace
du 21/09/2022 au 21/09/2022
Séance de dédicace avec Libon et Julien Solé
Exposition
du 22/09/2022 au 8/10/2022
Exposition "Ana & l’Entremonde" de Cy.
Salon
du 24/09/2022 au 25/09/2022
Salon "La BD prend l’air", 23e édition
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
8e Festival BD de Sainte-Livrade-sur-Lot
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
1er Salon de la BD Jeunesse à Paris 15
Agenda BD octobre 2022
Exposition
du 5/10/2022 au 5/10/2022
GIBERT dédicace : Ruben del Rincon
Festival
du 5/10/2022 au 16/10/2022
Festival Caribulles à Baie Mahault (Guadeloupe)
Du 6 au 22 octobre 2022, (...)
du 6/10/2022 au 22/10/2022
Exposition-vente - Laurent Bidot - à la Galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Festival
du 8/10/2022 au 9/10/2022
La Foire aux Images - Festival BD Lagrasse (Aude)
Exposition
du 14/10/2022 au 16/11/2022
Rencontre avec Elene Usdin à Villemonble (93)
Salon
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Fête de la BD de Jeumont
Festival
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Festival de la BD engagée du Choletais
Du 27 octobre au 12 novembre
du 27/10/2022 au 12/11/2022
Exposition-vente - Benjamin Benéteau - à la galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Agenda BD novembre 2022
Du 17 novembre au 3 décembre
du 17/11/2022 au 3/12/2022
Exposition-vente - Hugues Labiano - à la Galerie de La Bande Dessinée (Bruxelles)
Newsletter ActuaBD