Falcon & le Soldat de l’hiver : un nouveau Captain America pour un nouveau monde

26 avril 2021 0
  • Après six semaines intenses, la diffusion de la série "Falcon et le Soldat de l'hiver" arrive à son terme sur Disney+. Cette seconde série de Marvel Studios nous promettait de s'attaquer à l'héritage de Steve Rogers, le premier Captain America, désormais retiré suites aux évènements de "Avengers : Endgame". Après un début en fanfare mais relativement dans les clous des précédentes productions du MCU, il est désormais temps de dresser un bilan de la série qui vient tout juste de s'achever. Qui se montrera digne de porter le bouclier ? Attention spoilers majeurs à venir dans cet article.

À rebours de sa prédécesseure WandaVision, Falcon et le Soldat de l’hiver entamait sa saison de manière très classique avant de prendre une route plus surprenante sur ses derniers épisodes. Dans la droite lignée des films Captain America : The Winter Soldier et Captain America : Civil War la série de Malcolm Spellman nous était tout d’abord apparue comme une énième production Marvel Studios sans véritable surprise à l’horizon. Cependant, ce n’est pas par des retournements de situation inattendus que la série a su nous surprendre, mais par son traitement de sujets sociaux qui risque fort de faire grincer les dents d’une certaine frange du grand public.

Sans surprise, le sixième et dernier épisode Falcon et le Soldat de l’hiver nous montrait Sam Wilson, fidèle bras droit de Steve Rogers, enfiler l’uniforme de Captain America. Cette issue logique et attendue concorde donc bien avec le final de Avengers : Endgame dans lequel Steve transmettait le bouclier étoilé à son collègue et ami. Il était toutefois clair que Marvel Studios n’aurait pas donné une tournure différente au final de la série afin de ne pas déboussoler le spectateur qui n’aurait pas forcément vu Falcon et le Soldat de l’hiver.

Falcon & le Soldat de l'hiver : un nouveau Captain America pour un nouveau monde
Guerre d’héritage.

Le début de la série nous présentait un Sam Wilson opérant toujours sous l’alias de Falcon et refusant d’endosser l’héritage de Captain America, allant même jusqu’à restituer le bouclier au gouvernement américain pour qu’il prenne sa place dans un musée. Cependant, l’objet iconique du héros à la bannière étoilée ne prendra pas la poussière très longtemps puisqu’un nouveau porteur du costume sera désigné : John Walker. Soldat exemplaire décoré par de nombreuses médailles, Walker montre rapidement qu’il n’est pas à la hauteur de l’héritage qu’il lui a été confié.

En 2011, dans "Captain America : The First Avenger", le professeur Erskine - créateur du sérum du super-soldat -, tenait ces mots à Steve Rogers : "Surtout restez ce que vous êtes, pas un soldat exemplaire, mais un type bien". Des propos qui, dix ans plus tard, résonnent particulièrement avec l’introduction de ce nouveau Captain America, car c’est en effet ce qu’est John Walker, un soldat exemplaire. Là où Steve Rogers s’est toujours battu pour le bien commun - et cela même quand cela allait à l’encontre de la politique de son pays, son successeur est avant tout « un bon soldat » qui, comme il le dit lui-même, aura tout donné à son pays, peut-être même trop...

Très rapidement, ce nouveau Captain croise donc la route de Sam Wilson (Falcon) et Bucky Barnes (le Soldat de l’hiver) qui ne sont pas très heureux de voir ce militaire prendre la relève de leur ami. Les trois personnages ont pour but commun la traque des Flag Smashers, un groupe anti-nationaliste animé par des idéaux nobles mais qui se dirigent vers une voie dangereuse en devenant des terroristes. Les différences entre Sam et John s’illustrent au cours de cette mission et ce dernier franchit une limite qui entachera lourdement le symbole de Captain America. Sam comprend alors qu’il lui faut endosser l’héritage de Steve Rogers...

John Walker, un soldat (trop ?) exemplaire.

Il lui faut au préalable affronter ses doutes, surtout après sa rencontre avec Isaiah Bradley. Vétéran de la guerre du Vietnam, Bradley est un super-soldat envoyé au front pour combattre les ennemis de l’Amérique - dont le Soldat de l’hiver. Cependant, il n’aura pas l’honneur de devenir le symbole de l’Amérique et son histoire sera effacée, il sera utilisé comme un rat de laboratoire, à des fins scientifiques, meurtri par son propre pays pour reproduire la formule qui coule dans son sang. À l’inverse de Steve Rogers ou de John Walker, Isaiah, tout comme Sam Wilson n’est pas un homme blanc, blond aux yeux bleus. "Ils ne laisseront jamais un homme noir être Captain America. Et même s’ils le faisaient, aucun homme noir qui se respecte ne le voudrait jamais »." déclarait alors Bradley à Sam.

Des paroles qui marquert très fortement Falcon et qui résonnent malheureusement un peu trop avec l’histoire ancienne et moderne des États-Unis d’Amérique. C’est là où la série prend une voie différente et plus inhabituelle que ce à quoi nous avait habitué Marvel Studios. Rarement des œuvres du MCU n’avaient aussi frontalement abordé des thématiques sociales et actuelles, à l’exception notable du Black Panther de Ryan Coogler qui se retrouve d’ailleurs liés à la série. Même si une partie du public semble vouloir l’oublier ou le nier, les comics ont toujours eu une dimension politique et Marvel ne fait pas exception.

Sam choisit cependant de montrer à Bradley que les choses peuvent être différentes et assume finalement de porter le costume et le bouclier de Captain America. L’épisode final est d’ailleurs marqué par un discours fort et interprété avec justesse par Anthony Mackie dans lequel il remet en question l’ordre établi et porte un regard critique envers les gouvernants du monde, remettant notamment en question le rapport entre gentils/méchants au sein de la série. Malgré une rédemption express, John Walker a prouvé qu’il n’était pas digne de porter le bouclier et accepte de laisser sa place à Sam Wilson, pas un soldat exemplaire, mais un type bien.

Sam Wilson, un type bien.

Il ne faudrait cependant pas oublier que la série met en scène d’autres personnages et en premier lieu Bucky Barnes alias le Soldat de l’hiver, seconde moitié du duo qui donne son nom à la série. La quête de rédemption du personnage incarné par Sebastian Stan évolue en parallèle de l’action principale mais reste moins marquante que l’évolution de son partenaire. On retrouve aussi avec plaisir Sharon Carter toujours campée par Emily VanCamp que l’on avait plus revue depuis Civil War en 2016, le personnage prend un chemin bien éloigné de ce que la bande dessinée a fait du personnage et on se demanderait presque s’il ne s’agirait pas d’un.e skrull infiltré maintenant que l’on sait qu’une série Secret Invasion est en préparation chez Disney+.

Du côté des vilains, Daniel Brühl fait son grand retour sous le long manteau de Helmut Zemo. Bien différent des comics lors de son apparition dans Civil War, le personnage se rapproche ici de son homologue de papier, en reprenant notamment le titre de Baron et son masque violet. Le personnage fait le show et sa quête pour réduire à néant la population de surhommes « pour le bien de l’humanité  » continue et permet de mettre en évidence ses nombreuses compétences. Manque toujours à l’appel sa fidèle épée et l’historique nazi du personnage, peut-être pour plus tard ?

Après une courte apparition dans le second opus la trilogie Captain America Batroc, refait son apparition toujours sous les traits du champion de MMA George St. Pierre, tertiaire à l’intrigue, il est toujours agréable de revoir ce genre de personnage, démontrant ainsi l’ampleur de l’univers développé par Kevin Feige et consorts.

Baron Zemo, Sam Wilson, Bucky Barnes et Sharon Carter, un quatuor rassemblé par la nécessité.

Parmi les nouveautés, on notera le personnage de Karli Morgenthau incarné par la prometteuse Erin Kellyman - déjà aperçu dans Solo - A Star Wars Story - jeune révoltée à la tête du groupe des Flag-Smasher un personnage intéressant mais qui souffre du syndrome de l’antagoniste générique que l’on retrouve encore un peu trop souvent dans le MCU.

Mais le gros morceau de la série était bien évidemment le personnage de John Walker, incarné avec brio par Wyatt Russell - fils de Kurt Russell - et voir sa progression vers la folie, puis la rédemption, était une bonne chose. Le personnage est ainsi solidement intégré dans le MCU et peut ressortir au moment opportun. Le U.S. Agent du MCU se révèle plus héroïque que prévu tout en conservant sa part sombre. Plus surprenant la série a aussi permis l’introduction de la talentueuse actrice Julia Louis-Dreyfus qui prête ses traits à la Comtesse Valentina Allegra de la Fontaine, une proche de Nick Fury qui fut un temps Madame Hydra dans les Comics. On ne sait pas encore quel est son alignement au sein du MCU, mais on peut s’attendre à quelque chose de plutôt sombre au regard de ses entretiens avec John Walker.

L’un des gros points noirs de la série réside paradoxalement dans son écriture, car malgré des qualités indéniables, les différentes trames narratives peinent parfois à s’emboiter les unes dans les autres, le tout ne fonctionnant pas de manière très organique. On regrette aussi l’absence de contexte qui aurait pu nous aider à mieux cerner les motivations des différents protagonistes. En effet, la série s’attarde sur les conséquences causées par l’absence puis le retour après cinq ans de la moitié de la population mondiale, mais nous ignorons absolument tout de la manière dont a tourné le monde durant ces quelques années et comment il essaye de se reconstruire. Un contexte qui manque donc cruellement à la série.

En devenant l’U.S. Agent, John Walker trouve un rôle davantage à sa mesure.

Dans l’ensemble, Falcon et le Soldat de l’hiver est une franche réussite, en dépit d’un récit parfois bancal,. La série trouve sa force dans le développement de ses différents personnages et quelques jouissives séquences d’action. On espère toutefois que Marvel poursuivra dans la voie "consciente" initiée par la série. Malgré toutes les qualités de Steve Rogers, ce dernier était une homme hors du temps, tandis que Sam incarne une version plus moderne et en phase avec son époque du héros au bouclier.

Bien qu’il ait reçu un accueil plutôt chaleureux de la part des fans, ce nouveau Captain America doit aussi faire face à l’hostilité d’une partie du public. Le propos d’Isaiah Bradley : "Ils ne laisseront jamais un homme noir être Captain America", nous revient alors à l’esprit. Le combat ne fait que commencer pour Sam Wilson - et Anthony Mackie - mais l’acteur comme le personnage ont les épaules assez larges pour y arriver et un film Captain America 4 tout juste annoncé laisse présager d’un développement inattendu.

Captain America et le Soldat de l’hiver, parés pour de nouvelles aventures...

Voir en ligne : Retrouvez Falcon & le Soldat de l’hiver sur Disney+

(par Vincent SAVI)

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Falcon & The Winter Soldier – Créée par Malcolm Spellman et réalisé par Kari Skogland – Avec Anthony Mackie (Falcon / Sam Wilson), Sebastian Stan (Winter Soldier / Bucky Barnes), Daniel Brühl (Helmut Zemo), Emily VanCamp (Sharon Carter), Wyatt Russell (John Walker), Erin Kellyman (Karli Morgenthau), George St-Pierre (Batroc), Adepero Oduye (Sarah Wilson), Danny Ramirez (Lt. Torres), Clé Bennett (Battlestar / Lemar Hoskins), Florence Kasumba (Ayo), Carl Lumbly (Isaiah Bradley), - 6 épisodes - depuis le 19 mars 2021

Photos : © Marvel Studios

Le MCU sur ActuaBD :
- Lire "Avengers : Endgame" : des adieux déchirants et un nouveau départ
- Lire "Spider-Man : Far From Home" : le tisseur, nouveau roi de l’univers... et d’Hollywood !
- Lire Découvrez l’intégralité de la Phase IV de Marvel Studios
- Lire Kit Harrington, Black Panther II et Moon Knight : Récap de la D23 !
- Lire WandaVision : le commencement d’une nouvelle ère pour Marvel Studios
- Lire WandaVision : un nouveau départ réussi pour Marvel Studios ?
- Lire Falcon et le Soldat de l’Hiver : l’héritage de Captain America

  Un commentaire ?