Romans Graphiques

L’équipe de Métal Hurlant se confronte au métavers

Par Louis GROULT le 12 décembre 2022                      Lien  
Depuis maintenant plus d'un an, nous avons le plaisir de retrouver, en librairie ou en kiosque, le magazine Métal Hurlant tous les trimestres. Les numéros pairs sont des compilations d'histoires cultes piochées dans les archives du magazine, alors que les numéros impairs sont consacrés à la nouvelle création. Quelle belle idée pour rassembler anciens et nouveaux lecteurs autour d'un même magazine.

Après un premier numéro sur le futur proche et un deuxième sur la planète Mars, l’équipe créative rassemblée pour ce numéro 3 a travaillé sur le métavers et quelle réussite ! Le choix du métavers comme thème a permis aux auteurs de traiter des thématiques très différentes, ce qui donne un volume 5 encore plus varié que les précédents. On pense notamment à une histoire qui utilise comme ressort narratif une imprimante 3D, ou à une autre dans laquelle un robot devient un chasseur-cueilleur comme dans les plus beaux rêves de Jean-Jacques Rousseau ou d’Henry David Thoreau.

L'équipe de Métal Hurlant se confronte au métavers

La grande réussite de cette nouvelle mouture du magazine, c’est de mélanger les artistes confirmés, comme Trondheim ou Mark Waid, avec des artistes débutants. Le mélange opère très bien, et certaines histoires de « débutants », comme celle de Cantsin ou de Facundo Nehuén Lopez, se hissent presque au niveau des histoires de leurs aînés.


Métal Hurlant, c’était un magazine de bande dessinée mais aussi de textes écrits avec une liberté dingue à l’époque. On apprend, dans les numéros patrimoniaux, que les auteurs et autrices de ces textes n’avaient pas forcément de formation d’écrivain, ce qui donnait des œuvres parfois complètement expérimentales. Dans ce redémarrage de Métal Hurlant, il y aussi des textes venant éclairer le contexte des histoires que l’on lit. Une dimension quasiment éducative qui nous permet, comme doit toujours le faire une bonne histoire de science-fiction, de penser le futur.

Ce numéro 5 de la revue Métal Hurlant est donc une fois encore une grande réussite. Après sa lecture, on ne peut qu’attendre avec impatience le prochain volume qui sera de nouveau patrimonial, et se replonger dans les quatre numéros déjà parus.


Voir en ligne : Parfum de nostalgie dans le N°4 de Métal Hurlant

(par Louis GROULT)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782731628791

Les Humanoïdes Associés ✏️ Lewis Trondheim ✏️ Enki Bilal ✏️ Lisa Blumen Science-fiction
 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Ce qu’il manque de température...
    12 décembre 2022 18:54, par JPA

    J’achète un numéro sur deux, car j’ai déjà les originaux métalleux pour les numéros "historiques". Et ça fait plusieurs numéros de ce nouveau métal que j’ai du mal à lire. Tout d’abord certains scénars renouent avec ces fameuses histoires de Métal où on arrive à la fin et "ah bon, ça se finit comme ça ?". Mais ce qui me gêne le plus, c’est cette présentation type la revue qui s’appelait je ne sais plus comment, (l’immanquable ?) et faisait uniquement des prépublications.
    Ce nv. métal, à l’instar d’A Suivre n’arrive pas à donner le sentiment d’un mag. Les articles on dirait "Science & Avenir" spécial anticipation. ça me rappelle quand on devait mettre du texte pour avoir la commission paritaire. Un fanzine avait d’ailleurs présenté un "texte sociologique très intéressant pour qui sait lire entre les lignes"... en publiant des pages du bottin (et ils avaient eu leur commission paritaire). Bref dans la mise en page (?), le contenu, l’originalité des textes, la prise de risque est nulle.

    Pourquoi pas...libre à eux bien sûr. Mais pourquoi appeler cela Métal alors ? Il y avait des articles, des news, un esprit, des accrochages, bref une vie dans Feu Métal (comme dans Fluide, Pilote, etc). Je lisais tout. Là, ce numéro de Métal reste près du lit et j’oublie de finir la lecture. Et c’est tellement dommage car l’on manque cruellement de mag BD pour découvrir des auteurs et lire des histoires courtes.

    Donc, je suggère de le rebaptiser "Mercure Glacé".

    Tout en lui souhaitant longue vie tout de même.

    Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Louis GROULT  
A LIRE AUSSI  
Romans Graphiques  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD