Alcante : "Van Hamme est pour moi le Ronaldinho du scénario"

29 août 2008 0 commentaire
  • Après le succès de {Pandora Box}, il aura fallu attendre deux ans pour qu'Alcante refasse parler de lui, mais ce sera avec une actualité chargée : une nouvelle série, {Jason Brice}, et l'adaptation d'un téléfilm signé par un certain ... Jean Van Hamme ! Il prévoit aussi un album chez Aire libre, un autre chez Soleil, ainsi que des histoires plus courtes et une spin-off de {XIII}.

Pouvez-nous nous faire le pitch de votre nouvelle série, « Jason Brice » ?

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, à Londres, certains médiums et autres spirites abusent des mères ou épouses éplorées en leur proposant de "communiquer" avec leur fils ou mari disparu. Jason Brice est un détective cartésien qui propose sa lucidité et ses services à ces femmes prêtes à tout croire. Il démonte les trucs, astuces et arnaques de ces marchands de l’occulte, pour qui le paranormal est un fonds de commerce très lucratif. Désabusé par l’inhumanité des uns et la naïveté des autres, Jason Brice ne croit plus en grand-chose, et certainement pas aux forces obscures ! Jusqu’au jour où une jeune et jolie femme lui demande d’enquêter sur un mystérieux livre où est raconté par le menu son proche assassinat...

Alcante : "Van Hamme est pour moi le Ronaldinho du scénario"
© Jovanovic/Alcante

Quelles ont été vos influences pour créer ce personnage ? Le cadre historique et fantastique rappelle ceux d’Harry Dickson… ?

Non, je ne connais que très mal ce personnage. L’influence principale pour cette série est un film de 1988, Angel Heart, réalisé par Alan Parker et dans lequel jouent Mickey Rourke et Robert de Niro. J’ai d’ailleurs écouté la musique de ce film quasiment en boucle durant l’écriture de mon scénario. D’autres influences en vrac : la série télé Lost, le manga Monster et l’Appel de Cthulhu, un jeu de rôle inspiré de l’œuvre de l’écrivain américain Howard Philips Lovecraft.

Dans ce premier tome, l’héroïne-victime voit les signes avant-coureurs de son meurtre se présenter à elle, sans qu’elle ne puisse les contrecarrer. Plutôt flippant !

L’étincelle qui a allumé la flamme de mon imagination pour cette histoire, c’est une anecdote réelle ! En 1898, un écrivain avait écrit un roman dans lequel il décrivait une catastrophe maritime incroyablement ressemblante avec celle du Titanic, qui s’est produite 14 ans après. Et cet auteur, dans son roman, avait appelé le bateau le "Titan" ! [1] Partant de là, je me suis demandé : «  Et si cet auteur avait prédit la mort de quelqu’un qui existe réellement dans un de ses romans, comment réagirait cette personne ?  ». Tout le reste découle de là !

Si le fantastique n’est pas marquant dans ce premier tome de Jason Brice, on sent qu’il s’y fait une place insidieusement !

C’est exactement ce que je voulais ! Le lecteur se retrouve ainsi dans la même position que Jason Brice lui-même : il pense que tout ce qui se produit est certes étrange et intriguant, mais probablement explicable rationnellement. Puis il commence à douter... Plutôt que de bombarder le lecteur avec des éléments trop marqués, je préfère flirter sur la limite entre réel et paranormal afin de titiller son imagination.

Prémice du second tome de Jason Brice © Jovanovic/Alcante

Comment vont s’articuler les aventures de Jason Brice ?

Le premier album est une histoire complète dans le sens où il a une vraie fin. Mais en même temps, il va lancer un premier cycle dont la trame globale est déjà écrite et qui comprendra 4 ou 5 tomes. Ensuite on fera le point avec l’éditeur et Milan Jovanovic, le dessinateur, à qui on doit déjà Secrets – le serpent sous la glace de Frank Giroud. Ce dernier a un dessin classique réaliste incroyablement détaillé, et parvient à retranscrire à merveille des ambiances. J’espère que les lecteurs accrocheront, car j’ai vraiment envie de développer cette série sur le long terme !

Plus de deux ans se sont écoulés entre la sortie des derniers tomes de Pandora Box et celle de Jason Brice, c’est plutôt long pour un jeune auteur !

Oui, c’est vrai. Mais cela s’explique par plusieurs facteurs. Tout d’abord, durant cette période, j’avais un autre travail à mi-temps (comme économiste). À partir du premier septembre cependant, je fais le grand saut et deviens scénariste à plein temps ; j’espère que mon rythme augmentera donc ! Mais de toutes façon, je suis un scénariste qui a besoin de temps pour développer ses histoires, je me torture pas mal les méninges. Et puis n’oubliez pas qu’une fois qu’un scénario est prêt, il faut encore qu’un éditeur l’accepte, puis trouver un dessinateur, un coloriste. Et ensuite, bien sûr, il faut laisser au dessinateur le temps nécessaire pour son boulot. Quand on voit le travail de Milan Jovanovic par exemple, on comprend que cela ne se fait pas en un clin d’œil !

Vous avez donc eu tout le temps pour réaliser de nouveaux projets !

Effectivement, j’ai écrit un one-shot, que Dupuis a choisi d’insérer dans Aire Libre et pour lequel je recherchais un dessin capable de faire passer des émotions. Sur le stand de Paquet à Angoulême en 2006, j’ai flashé sur l’album Elle de Fanny Montgermont : un dessin élégant et des remarquables couleurs directes. Pour moi, c’est un mélange très agréable entre un dessin de manga et celui d’Emmanuel Lepage. Je l’ai contactée pour lui proposer mon histoire. Elle y travaille depuis le printemps 2006 ! Mais comme l’album fait 78 planches, et que Fanny y fait ses couleurs à l’aquarelle, cela prend forcément du temps. L’album sortira début décembre, en clôturant l’année des 20 ans d’Aire Libre. Fanny et moi en sommes très fiers !

© Montgermont/Alcante

Quelle sera la trame de cet album ?

Il s’agit d’un drame intimiste mettant en scène Xavier, un jeune patron d’une PME dans l’infographie, qui apprend l’existence de son fils caché Julien, un garçon de 13 ans. Sacré choc, d’autant plus que celui-ci est atteint d’une maladie génétique dégénérative, la progéria, qui lui donne l’aspect d’un vieillard de 75 ans ! Toute l’histoire se joue entre Xavier qui est un fêtard invétéré aimant être le centre de toutes les attentions, et sa rencontre forcée avec ce fils qui, d’un certain point de vue, a beaucoup plus de maturité que lui. Ils n’ont rien en commun… si ce n’est que l’un est le père de l’autre ! L’album devait initialement s’intituler le Gamin et son Vieux, jouant sur cette différence de personnalité, mais ce titre a finalement été abandonné, pour Quelques jours ensemble.

Avez-vous encore d’autres surprises dans vos cartons ?

Si vous saviez ! (rires) Tout d’abord, en mars 2009, devrait paraître chez Dupuis, une histoire en 24 planches sur le thème des vampires, intitulée les âmes meurtries. Il s’agit de l’adaptation d’une nouvelle de l’écrivain Pierre Pelot qui sera également adaptée pour la télé. Cinq autres nouvelles (d’autres écrivains) seront également l’objet d’une adaptation pour les huitième et neuvième arts. En BD, on ne sait pas encore exactement sous quel format ce sera publié : soit une histoire par album avec des bonus divers ; soit un recueil avec plusieurs histoires. Le dessinateur de la nouvelle que j’ai adaptée est Matteo Alemano, à qui on doit ProTecto chez Dupuis.

Les âmes meurtries © Matteo/Alcante

En août 2009, on devrait avoir le tome 2 de Jason Brice (le scénario est totalement terminé depuis quelques mois et Milan a déjà réalisé une dizaine de planches). Ce sera la suite immédiate du premier album et il devrait s’intituler « Le Pacte des démons ».

L’illustration incriminée ...

Au second semestre 2009 paraîtra également un one shot chez Soleil, dans la collection « Hanté » dirigée par Christophe Bec. Comme son nom l’indique, cette collection accueille des histoires se déroulant dans des lieux hantés, mais qui existent réellement. Christophe Bec m’avait contacté l’année passée pour me proposer de participer au projet. En cherchant sur Internet, je suis tombé sur une image spectaculaire du phare de Southstack, au Pays de Galles. C’est alors que j’ai su que je choisirais cet endroit comme décor de mon histoire ! Celle-ci se basera sur des évènements historiques : la nuit du 25 octobre 1859, une effroyable tempête survint sur les côtes britanniques.

... et son interprétation © Matteo/Alcante

Pas moins de 200 bateaux coulèrent dans ce qu’on appela « la tempête du siècle » ! Et le plus gros de ces navires coula à proximité du phare. Cette même nuit, l’assistant du gardien du phare est décédé en recevant une pierre sur la tête (pierre qui s’était détachée de la falaise surplombant le phare). Cela, ce sont les faits historiques ; partant de là, j’ai construit ma fiction un peu comme un bon petit film d’horreur.

Cette histoire sera également illustrée par Matteo Alemano. Ensemble, nous sommes allés visiter ce fameux phare pour nous imprégner de l’ambiance et ramener de la documentation. Même quand on a le cœur bien accroché, le vide et la force des vagues impressionnent !

Aérodrome de Sunderland © Matteo/Alcante

Plus ou moins à la même époque devrait paraître, dans cette même collection, un recueil d’histoires courtes sur ce thème des lieux hantés. J’en ai écrites trois : la première se déroule dans l’aérodrome de Sunderland, et ce sera encore Matteo au dessin ; la seconde, dessinée par Pasquale Fridenda, se déroule au sein de la Villa Grimaldi, un des centres les plus importants de détention et de torture sous la dictature de Pinochet ; enfin la troisième prend carrément cadre à la Maison Blanche ! Elle sera mise en images par Corentin.

© Corentin/Alcante

Tout ça nous mène déjà à 2010, année durant laquelle devrait paraître maspin-off de XIII sur le Colonel Amos, qui sera illustrée par François Boucq. Comme je l’ai déjà dit, mon scénario est fini depuis plus d’un an, mais je dois attendre que François ait terminé les Bouncer et Janitor pour qu’il s’y mette.

Qu’avez-vous ressenti à l’appel de Jean Van Hamme ?

Je suis très, très fier d’avoir été choisi par lui : j’avais dévoré tous ses livres durant ma jeunesse et travailler avec Jean Van Hamme est pour moi un immense honneur et un plaisir, dont je n’aurais même pas osé rêver il y a encore peu de temps ! Quand il m’a contacté pour faire un XIII, j’étais un peu dans le même état que serait mon gamin si Ronaldinho lui proposait de faire un match avec lui (rires).

Vous serez peut-être amené à de nouveau collaborer avec lui …

Terreur à la Villa Grimaldi © Fridenda/Alcante

Mais c’est déjà le cas. Il a écrit un feuilleton en huit épisodes pour France 2 (via le producteur français Son et Lumière qui avait déjà produit Les Maîtres de l’Orge, également pour France 2). Yves Sente lui a demandé de l’adapter en BD pour le Lombard. Il a donné son accord, mais il n’avait pas le temps de s’en occuper lui-même. Comme il avait apprécié mes Pandora Box et ma spin-off de XIII, et que notre collaboration sur ce dernier projet a été très agréable, il a eu la gentillesse de repenser à moi pour cette adaptation. C’est Francis Vallès, avec qui il avait précisément fait Les Maîtres de l’Orge qui en assurera les dessins. Il y aura autant d’albums que d’épisodes télévisuels, c’est à dire huit.

Devez-vous coller à la série télé ?

La seule inconnue qui demeure est de savoir si, après la suppression partielle de la pub à France Télévision, France 2 aura encore les moyens de tourner la chose. En principe oui, car, a dit le producteur, ce feuilleton de "prestige" (selon l’intéressé) reste prioritaire pour leur département fiction. Jean Van Hamme en saura plus le 12 septembre lors de la réunion qui se tiendra à France 2 avec le producteur exécutif du projet. Le casting n’est pas encore déterminé, ce qui est un grand avantage pour la BD puisque le graphisme des personnages sera indépendant de toute ressemblance avec les comédiens.

Quel sera le thème de Rani ?

En reprenant les paroles de son auteur [2], c’est une histoire très “Angélique, marquise des Anges”, mais sur fond d’Inde au XVIIIe siècle, parce qu’il y a eu quelques années durant lesquelles l’Inde a failli devenir française, et non anglaise... Et ça a tenu à peu de choses. Ce serait bien d’avoir ça en arrière-plan, avec une héroïne, et puis tout le machin des feuilletons : trahison, amour, vengeance, un peu à l’ancienne... Le personnage principal sera une jeune femme, Jolane, qui vivra moults aventures (y compris sentimentales donc) qui l’amèneront de la France jusqu’en Inde au moment où celle-ci fait l’objet de convoitises tant de la part des Anglais que des Français. J’ai déjà découpé entièrement le tome 1 (en 46 planches) sur la base du synopsis de Jean Van Hamme. Le premier des huit albums devrait sortir en juin 2009.

Vous avez donc déjà fini l’écriture de ces différentes réalisations, mais qu’en est-il de vos projets, à proprement parler ?

Là, par exemple, je travaille sur une histoire en un tome pour Fanny Montgermont – une histoire d’amour - et sur une série que je vais lancer chez Dargaud pour laquelle on cherche encore un dessinateur. Il s’agit d’un thriller avec un petit côté science-fiction, qu’on pourrait comparer à des films comme Face Off » ou Déjà vu, à savoir une technologie imaginaire un peu spéciale qui donnera le piment à l’histoire. Le premier cycle comportera deux tomes.

Bon, nous sommes donc rassurés, plus de crainte de vous voir passer sous silence pendant deux ans !

Je l’espère ! (rires)

© Montgermont/Alcante

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire les chroniques des Pandora Box : l’orgueil, la paresse, la gourmandise, l’avarice, l’envie et la colère.

Visiter le site Fanny Montgermont

[1Plus d’infos à ce sujet via wikipedia.

[2Lire l’interview de Jean Van Hamme, réalisée par Arnaud Claes et Laurent Boileau, pour 1001 scénaristes.

  Un commentaire ?