Inouï : un 4e Prix pour "Peau d’homme" d’Hubert et Zanzim, le Grand Prix de la Critique l’ACBD 2021.

1er décembre 2020 8 Actualité par Klara LESSARD
Éditeur : Glénat Scénariste : Hubert Dessinateur : Zanzim
Acheter cet album
  • C'est une belle histoire pour un bien bel album : une pluie de prix s'abat sur l'album "Peau d'homme" d'Hubert et Zanzim (Ed. Glénat). Après le Prix Wolinski du Point, le Prix RT et le Prix Landerneau, l'album rafle le Grand Prix ACBD. C'est du jamais vu ! L'album n'est plus qu'à un Prix du grand Chelem puisqu'il figure dans la sélection officielle d'Angoulême. Il faudra attendre jusqu'au 29 janvier 2021 pour savoir s'il a réalisé l'exploit !

C’est l’album de l’année 2020, une année de la BD très spéciale où il fait bon de voyager à travers les livres et en particulier celui-ci. Emprunt de tolérance, de féminisme, de modernité, c’est un conte du Moyen-âge qui fait écho à notre siècle. Avec sa collection de prix, Peau d’homme va-t-il entrer dans l’Histoire de la bande dessinée ?

Inouï : un 4e Prix pour "Peau d'homme" d'Hubert et Zanzim, le Grand Prix de la Critique l'ACBD 2021.

« Les Prix de l’ACBD ont pour ambition de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, des livres de bande dessinée, publiés en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquants par leur puissance, leur originalité, la nouveauté de leur propos ou des moyens que les auteurs et autrices y déploient... » dit le communiqué. ils seront remis lors de la première partie du festival d’Angoulême fin janvier où l’on découvrira peut être une cinquième bonne surprise !

Pour rappel, quatre autres albums étaient en liste :

Anaïs Nin : Sur la mer des mensonges, de Léonie Bischoff, éditions Casterman
Carbone & Silicium, de Mathieu Bablet, éditions Ankama
Longue vie, de Stanislas Moussé, éditions Le Tripode
Un Travail comme un autre, d’Alex W. Inker, éditions Sarbacane

©Zanzim-Glénat

Un parcours incroyable dont le scénariste, Hubert, subitement décédé le 13 février dernier ne pourra pas profiter.

Une histoire originale, à la fois légère et profonde qui déjoue de nombreux clichés. On pouvait lire dans nos pages : « C’est en quelque sorte la BD-testament du scénariste Hubert, récemment décédé, que nous tenons entre les mains « Peau d’Homme » un conte philosophique qui aborde la question des genres -masculin et féminin- et le poids des conventions qui pèsent sur nos sociétés depuis des temps antédiluviens sans qu’on n’en comprenne plus ni l’origine, ni le sens, mais qui recouvrent des vrais enjeux de pouvoir. Le tout exprimé avec légèreté et grâce par le dessin lumineux de Zanzim. » Avec ce mot de conclusion : « Incontournable. »

De fait. Il ne lui manque que deux prix : le Prix des Libraires et un prix à Angoulême pour emporter le super grand Chelem !

(par Klara LESSARD)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Pour le super grand Chelem, vous oubliez le prix Ouest-France Quai des bulles ;-)

    Répondre à ce message

    • Répondu par kyle william le 2 décembre 2020 à  09:58 :

      Alors que pensent les complotistes habituels du triomphe de cet album ? C’est de la bayday ou de la bd ? C’est de l’élitisme parisien ou de la grande BD populaire ? C’est des indés bobos subventionnés ou un gros éditeur mainstream ?

      Répondre à ce message

      • Répondu le 2 décembre 2020 à  12:25 :

        Et vous, vous en pensez quoi ?

        Répondre à ce message

        • Répondu par kyle william le 2 décembre 2020 à  13:05 :

          Je vous répondrai si vous utilisez un pseudo. On ne peut pas avoir de dialogue suivi avec les gens sans pseudo.

          Répondre à ce message

      • Répondu le 2 décembre 2020 à  20:38 :

        C’est simplement un chef-d’œuvre de la bande dessinée.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Milles Sabords le 3 décembre 2020 à  09:43 :

          On parlera de chef-d’oeuvre si l’album traverse le temps, les générations et les modes. Là, c’est encore un peu tôt...

          Répondre à ce message

    • Répondu par BHLG le 2 décembre 2020 à  12:57 :

      et lauréat du Prix Ti’Zef 2020 décerné dès fin septembre aux Rencontres brestoises de la BD (Brest, Bretagne)

      Répondre à ce message

    • Répondu par Anne Teuf le 2 décembre 2020 à  20:45 :

      Il me semble que l’album "Mauvais genre" de Chloé Cruchaudet avait aussi raflé quatre grands prix de festival.

      Répondre à ce message