Interviews

Mortelle Adèle : fin de cycle et renaissance [VIDEO]

Par Kelian NGUYEN le 1er novembre 2022                      Lien  
Avec plus de 13 millions d’albums vendus, des romans, des spectacles, des produits dérivés en tous genres…, il ne manque plus que la série télévisée - Ah, on me dit dans l'oreillette que c’est en cours de développement- pour que le phénomène « Mortelle Adèle » atteigne son apogée. Longtemps passé sous les radars du monde de la BD (y compris dans ActuaBD...) jusqu'à une récente expo au Festival d'Angoulême, ce tsunami débarque en librairie avec un 19e album placé immédiatement à la première place des ventes (voir notre Top 50 ci-dessous), pour la dernière fois sous le pavillon des Éditions Bayard. Rencontre avec Mr. Tan et Diane Le Feyer, ses auteurs, pour décrypter la nouvelle icône de nos chères petites têtes blondes.

La petite rouquine à la barre sur le front et au caractère bien trempé, accompagné par son ami imaginaire Magnus, font, une fois encore, voir de toutes les couleurs à tout les bizarres qui les entourent. Dans ce dernier album aux Éditions Bayard, avant de s’épanouir sous d’autres cieux, Adèle aborde, toujours avec malice, nombre de sujets d’actualités : l’écologie, les gestes-barrières... Rassurez-vous : ses centres d’intérêts principaux restent les bêtises surtout quand elles touchent Ajax le chat, Jade la blonde et ses propres parents.

Pour nous (et surtout pour vous) Mr. Tan (alias Antoine Dole) et Diane Le Feyer reviennent sur la genèse, les motivations et les inspirations de la coqueluche des cours de récrés.

L’activité débordante des deux auteurs ne s’arrête jamais. Et pour bien préparer les fêtes quoi de mieux que de retrouver Adèle, dans un format un peu différent : un deuxième album musical ?

Après Aldebert, c’est Mr. Tan et Vincent Blaviel qui ont composé les titres de 365 jours pour être sage. Dorothée Pousséo (VF de Margot Robbie) reprendra la voix d’Adèle, mais les auteurs prêtent aussi la leur, histoire de se marrer un peu. Pour Mr. Tan, ce sera le rôle de Geoffroy et celui de la Mère Noël pour Diane Le Feyer. Rendez-vous dans les bacs le 25 novembre 2022.

(par Kelian NGUYEN)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9791036342400

Mortelle Adèle T. 19, Face de Beurk ! - Par Mr. Tan & Diane Le Feyer - Bayard Jeunesse.

Mortelle Adèle Bayard Jeunesse ✍ Mr Tan ✏️ Diane Le Feyer tout public Humour Jeunesse musique France Marché de la BD : Faits & chiffres 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
11 Messages :
  • Adèle m’a tuer
    1er novembre 2022 20:59, par schtroumpf à lunettes

    « Je suis sage à si méprendre » (sic)

    Peut mieux faire !

    Répondre à ce message

  • Cette interview n’explique rien de ce succès commercial phénoménal.
    Le dessin est maladroit, les scénarios faibles et les dialogues bâclés. Une fois le livre refermé, qu’est-ce qu’on en retient : rien.
    Ce personnage est peut-être au niveau des enfants d’aujourd’hui. Sans doute cela qui m’échappe complètement.
    Pour moi, ce succès reste un mystère.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Olive le 2 novembre 2022 à  16:57 :

      C’est vrai que ce n’est pas bon, mais ça fait vraiment rigoler les enfants, ils adorent cet esprit irrévérencieux, d’où le succès.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 2 novembre 2022 à  20:05 :

        Ce n’est pas bon puisque c’est mauvais sur tous les plans. Mais Actua BD classe ce nouveau tome "favori de la rédaction".
        Que penser du jugement critique d’Actua BD ?
        Parce que les enfants aiment, c’est forcément bon ?

        Répondre à ce message

        • Répondu le 2 novembre 2022 à  21:29 :

          Holala les vieux barbons qui râlent parce qu’ils ne comprennent les goûts de leurs enfants… vous n’avez pas l’impression d’être un peu caricatural ? et Titeuf il y 20 ans vous trouviez ça comment ?

          Répondre à ce message

          • Répondu le 3 novembre 2022 à  09:06 :

            J’essaie seulement de comprendre pourquoi cette bande dessinée en particulier rencontre un tel succès ?

            Zep sait dessiner, mettre en scène, construire un gag avec inventivité et écrire de bons dialogues. Je comprends le succès de Titeuf. et ce qui était transgressif à l’époque et qui a trouvé une grande adhésion auprès des pré-adolescents. Mais là, je ne vois pas. J’ai lu des tas de gags de Mortelle Adèle et je ne comprends pas ce que les enfants d’aujourd’hui trouvent d’exaltant dans ce personnage plus que dans Dad et ses filles, par exemple.
            Le goût des enfants. Mais qu’est-ce que ça veut dire ?Comment est éduqué leur goût ? Quand je lis Mortelle Adèle, je me dis qu’il ne l’est pas.
            Actua BD considère cet album comme favori de la rédaction. Son droit. Pour quelles qualités ? Aucune explication, à part que cette série a un énorme succès commercial. Mais est-ce un critère de qualité ?
            Je n’ai ni l’intelligence ni le savoir des rédacteurs d’Actua BD. Éclairez ma lanterne : pourquoi c’est si bien que ça ?

            Répondre à ce message

            • Répondu le 3 novembre 2022 à  14:01 :

              Mais rien ne fait jamais l’unanimité et il n’y a rien à y comprendre. Vous n’aimez pas Mortelle Adèle, c’est votre droit. Personnellement je trouve ça mieux que Titeuf, moins bien que Pico Bogue et beaucoup moins bien que Calvin et Hobbes, Mafalda et Peanuts. Il n’y a rien à expliquer. Ulysse de James Joyce est considéré comme un immense chef d’œuvre de la littérature mais la majorité des gens le trouvent illisible. C’est ainsi.

              Répondre à ce message

              • Répondu le 3 novembre 2022 à  15:23 :

                Comparer Ulysse de Joyce à Mortelle Adèle d’Antoine Dole. Risible !

                Personnellement, je trouve Mortelle Adèle moins bon que Titeuf et Titeuf, pas terrible : pipi caca, zizi fesse. Ça ne vole pas haut.
                Pico bogue est calqué sur les Peanuts et Mafalda. Le concept de Calvin & Hobbes est fort. Mais Calvin & Hobbes n’existeraient pas sans The Peanuts. The Peanuts a ma préférence parce que c’est une œuvre extrêmement dense et inventive : il n’y a pas de concept. Des personnages qui évoluent à travers de nombreuses variations. Du grand art !

                Mortelle Adèle : bien sûr qu’il y a à comprendre !
                Que j’aime ou pas Mortelle Adèle, n’est pas le problème. Je ne comprends pas l’engouement des enfants pour ce personnage. Ou plutôt, cet engouement ne me plaît pas sur ce qu’il me dit de notre époque. Sur le plan artistique et littéraire, ce n’est pas bon mais ça leur plaît. C’est leur droit puisque l’enfant est roi. Mais ils sont où leurs parents pour ?
                Quand on vend Treize millions d’exemplaires, ce n’est pas anecdotique. Le cas Mortelle Adèle mérite d’être analysé.

                Répondre à ce message

                • Répondu le 3 novembre 2022 à  20:11 :

                  Analysez-le si ça vous amuse, moi ça ne m’intéresse pas. Puisque la référence à James joyce ne vous plait pas, je vais en prendre une plus triviale : pendant près de 3 décennies, TF1 était la chaîne de télévision la plus regardée en France. Elle distançait ses concurrentes de plusieurs millions de téléspectateurs tous les soirs de l’année : est-ce que ça faisait pour autant de ses programmes les meilleurs ? Non. Qu’est-ce que ça disait de l’époque (de plus inquiétant, pour le coup, que le succès de l’inoffensive Adèle) ? Je vous laisse l’analyser, c’est une problématique du même tonneau. Encore un exemple ? La Danse des Canards, et ses différentes traductions, a été le 45 tour le plus vendu en Europe pendant des années au début des années 80. Est-ce que c’était pour autant la meilleure chanson de cette époque ? Non. Qu’est-ce que ça disait de cette époque ? Je vous laisse l’analyser. Bonne soirée.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu le 4 novembre 2022 à  08:28 :

                    Qu’Actua BD classerait "La dans des canards" favori de la rédaction et qu’à partir du moment où quelque chose se vend énormément, on lui prête des qualités artistiques et intellectuelles qu’il n’a pas.
                    Enfin, les enfants sont en majorité comme la majorité de leurs parents : des goûts de chiottes !

                    Répondre à ce message

                    • Répondu le 5 novembre 2022 à  09:19 :

                      Vous ne révélez en fin de compte que votre misanthropie. Mais pourquoi pas, ça m’arrive aussi de désespérer de l’espèce humaine. Mais il y a des raisons plus sérieuses de le faire que de constater que certaines BD ont un succès qui nous échappe. Je n’ai pas lu attentivement Mortelle Adèle, mais quand quelque chose touche autant de gens, il y a toujours une raison, un truc qui fait tilt.

                      Répondre à ce message

PAR Kelian NGUYEN  
A LIRE AUSSI  
Interviews  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD