Newsletter ActuaBD

Hergé : féru de sciences ou pétri d’occultisme ?

  • Aussi différents dans leur forme et leur présentation, que dans les thématiques abordées, deux récentes publications continuent de jeter un œil averti sur la personnalité plurielle de l'auteur de Tintin : la monographie "Hergé Occulte" d'Arnaud de la Croix, et le numéro 8 de "Tintin c'est l'aventure".

Hergé : féru de sciences ou pétri d'occultisme ?Voici deux ans que Moulinsart et Géo nous font voyager aux côtés de Tintin , explorant autant de facettes parfois méconnues de l’auteur que des lieux reculés et des personnalités marquantes de l’histoire. Le nouveau numéro de Tintin c’est l’aventure est cette fois focalisé sur la science, un sujet qui a toujours fasciné Hergé, moteur d’intrigues et de voyages insoupçonnés, jusqu’à la Lune.

Un numéro qu’on vous invite à entamer une fois de plus par la très belle rubrique Panorama, qui continue à tisser de subtils (mais bien réels) liens entre les cases d’Hergé et les très belles photos des reporters de Geo. Une véritable démonstration à chaque fois.

Le cœur-même de la thématique de ce numéro se dévoile dans un passionnant dossier de quarante pages qui analyse en détail le rapport entre Hergé et la science, au travers des progrès techniques de son temps. Un propos éclairant, car il rassemble beaucoup d’aspects différents tout en restant très abordable.

Bien entendu, le mythique Professeur Tournesol est à l’honneur, via plusieurs focus et quelques-unes de ses inventions les plus notables. Le numéro s’intéresse aussi aux positions scientifiques du héros à la houppe, le considérant comme un pur rationaliste, qui s’agrémente quelquefois d’une part plus irrationnelle dans ses dernières aventures, ce qui nous renvoie à la lecture d’Hergé Occulte (voir ci-dessous). Ce dossier qui prend les atours d’une petite petite monographie justifie à elle-seule déjà l’achat de cette publication.

Mais l’intérêt de ce numéro ne s’arrête pas là, car il continue de sillonner le globe dans les pas du reporter : un très beau portrait en images de Philippe Gougler, des Trains pas comme les autres sur France 5 et Faut pas rêver sur France 3 ; un regard historique sur la guerre du Chaco (1932-35) qui secoua l’Amérique du Sud et inspiraL’Oreille cassée ; et un passionnant article sur le tourisme de la désolation, avec cette tendance un peu malsaine d’aller visiter des lieux bouleversés par un drame. Citons encore ce bel article qui évoque la passion amérindienne de Tintin que nous avons déjà évoquée présentant entre autres la rencontre avec le fameux "moine belgo-sioux" [sic], le Père Gall, cet ecclésiastique, connaissance d’Hergé, féru des civilisations indiennes.

Comme de coutume, nous nous sommes passionnés sur les croquis plus ou moins inédits sortis des archives de Moulinsart : des visions déformantes des Dupondt, un bleu de coloriage de la fusée, une couverture du Journal Tintin, etc. Pour notre part, nous avons surtout été séduits par la couverture inédite des Jo, Zette et Jocko, Le Rayon du mystère réalisée par Hergé à la gouache juste avant la guerre. Enfin, les lecteurs qui ne les connaîtraient pas, pourront découvrir deux planches d’On a marché sur la Lune publiées dans Le Journal Tintin, mais retirées par Hergé de la version définitive en album.

Le récit de Miles Hyman réalisé spécialement pour l’occasion.

De BD, il est encore largement question dans ce numéro avec une interview de Miles Hyman qui nous présente un récit d’anticipation inédit de dix pages où l’auteur nous entraîne dans l’exploration lunaire agrémentée d’extraits poétiques, mais aussi d’une vision plus sombre de notre avenir. Un beau retour aux sources car rappelons que Miles Hyman avait signé la première couverture de Tintin Reporter, un magazine à la vie éphémère, mais qui trouve avec ce numéro de Tintin, c’est l’aventure un remarquable aboutissement.

Outre une interview de Cy qui permettra aux lecteurs qui n’ont pas encore fondu sur Radium Girls de disposer d’un bel avant-goût de cet album, ce numéro présente également un beau portrait d’Emmanuel Guibert qui nous parle de la réédition du Pavé de Paris que nous vous présentions en début d’année. L’occasion d’une belle balade avec l’auteur, à propos de Tintin et d’autres de ses influences, le tout illustré par un très beau dépliant graphique.

Quant au prochain numéro qui paraîtra à la fin du mois d’août, il portera sur le fascisme. Un sujet brûlant qui sous-tend bien des Aventures de Tintin. Pour notre part, le rendez-vous est pris.

Hergé Occulte

Une autre facette du créateur d’Hergé est abordée très en détails dans le livre Hergé occulte – La Ligne sombre qui vient de paraître chez l’éditeur « Camion noir ». Son auteur Arnaud de la Croix, longtemps éditeur chez Casterman (et un temps plus bref au Lombard), ne se limite pas à cerner l’attrait du paranormal sur l’auteur, comme le titre de l’ouvrage semblerait l’indiquer : il s’y lance dans une analyse assez complète de l’état d’esprit d’Hergé et de ses sources ésotériques pour la création de chacune des aventures de Tintin.

La préface de l’expert-hergéologue Numa Sadoul démine astucieusement tous les préventions qu’appelle un tel sujet : « Des livres sur Hergé, en francophonie, il en existe presque autant que d’adorateurs de Tintin. […] J’étais évidemment méfiant quand Arnaud de la Croix m’a parlé de son projet de livre : un énième sur la question ? Bof ! On ne me la ferait plus, à moi qui suis l’auteur de la probable première étude exhaustive sur « Les Phénomènes paranormaux dans l’œuvre de Hergé », et qui suis un peu lassé de toutes ces tentatives farfelues de faire dire au père de Tintin un tas de choses qu’il n’a probablement jamais voulu dire. »

Et de continuer : « Et puis, finalement, ce livre ne s’envole pas dans le délire. […] Il reste dans une zone de raison qui confronte une œuvre aux expériences de son auteur, à ses idées, voire à ses croyances plus ou moins « décalées ». Tout cela figure dans « Hergé Occulte », mais à chaque fois frotté à la réalité des témoignages vécus, aux documents historiques et à l’œuvre publiée. […] On ne développe pas de thèses spiritualistes que l’on impose, on effleure plutôt, en s’appuyant sur une documentation rigoureuse, tout ce qui, chez Hergé, interpellait vers une dimension occulte à laquelle il était sensible. »

Le premier attrait de cette analyse est qu’elle demeure très abordable : outre le prélude dans lequel Arnaud de la Croix raconte comme le jeune Georges Remi a décroché un pendu à 17 ans, chaque chapitre se focalise chronologiquement sur un album de Tintin, des Soviets aux Picaros sans oublier les aventures inachevées comme L’Alph-Art, mais également Tintin et les Peaux-rouges, ou encore l’inédit Thermozéro.

Hergé s’est certainement inspiré de ce dessin (basé sur les V2) pour les couleurs de sa fameuse fusée. Fait rare, il représente d’ailleurs le livre ainsi qu’un extrait dans "L’Affaire Tournesol".

Le second avantage du livre est d’étayer solidement ses propos sans s’enliser sur des explications à rallonge. Féru de littérature, Arnaud de la Croix s’est notamment renseigné sur les livres qu’Hergé a lus (d’après ses dires) ou aurait lus pour démontrer les réflexions qui animaient l’auteur au moment de la création de chaque album, et qui ont dès lors marqué profondément plusieurs générations de lecteurs.

Inévitablement, en appui de sa thèse, Arnaud de la Croix se base sur des sujets qu’il maîtrise en spécialise, pour leur avoir consacré d’autres ouvrages (la chevalerie ; le Moyen-âge, ou encore le gauleiter belge, nazi de la première heure, Léon Degrelle). Ainsi, il décrit l’amitié née entre le créateur de Tintin et le fondateur du parti fasciste Rex qui collabora activement avec le régime d’Hitler, jusqu’à pousser ses partisans combattre aux côtés des troupes allemandes. Mais les deux collaborateurs du Vingtième Siècle s’étaient brouillés bien avat la guerre, au sujet d’un dessin réalisé par Hergé et utilisé par Degrelle sans son consentement..

Arnaud de la Croix revient également en détail sur l’influence politique (et certainement néfaste avec le recul) de l’abbé Léon Wallez sur le jeune dessinateur : « L’idée fondatrice [des Aventures de Tintin], c’est encore et toujours à Wallez que Hergé la doit – et Degrelle, pour une bonne partie, la lui doit également : « l’abbé » a été son mentor comme il a été celui du jeune Georges Remi. Cette idée fondamentale, c’est que le monde est régi dans la coulisse, par des forces occultes, au premier rang desquelles on trouve les juifs, les francs-maçons, les bolcheviques. »

L’ouvrage ne se veut pourtant pas nécessairement polémique, car il continue d’aborder des sujets parfois connus des lecteurs, mais pas toujours, pour les contextualiser avant de passer à un autre propos. Ce qui permet à tout lecteur, qu’il soit un grand spécialiste de l’œuvre, ou seulement un lecteur assidu des albums, de trouver des points d’entrée. En effet, Arnaud de la Croix a surtout souhaité comprendre quels ont été les centres d’intérêt d’Hergé, les lectures et les rencontres qui l’ont amené à développer certaines thématiques dans ses albums.

Arnaud de la Croix
Photo : JJ Procureur.

De là à penser qu’Hergé Occulte n’apportait pas vraiment de nouveauté, son auteur s’en défend : « Je pense apporter du neuf au moins sur trois points : ainsi que l’indique un commentateur sur Internet, mon livre "démonte le mythe suivant lequel Hergé aurait été franc-maçon. Il explique également pour la première fois de façon convaincante la raison pour laquelle, dans Le Lotus Bleu, on voit associée l’idée de « trouver la Voie » avec celle de « couper la tête » du héros. Ou encore, il rapporte dans quelles curieuses circonstances aurait été prise la décision de publier les brouillons de L’Alph-Art." »

Souhaitant connaître le sentiment d’un des collaborateurs de Hergé à ce propos, nous avons contacté Roger Leloup qui a travaillé aux Studios Hergé pendant quinze ans : « Hergé était à la fois intéressé et très crédule par rapport à tout ce qui sortait de l’ordinaire, nous a-t-il expliqué. Je me rappelle que quelqu’un lui a un jour annoncé la découverte en Asie d’hommes qui possédaient un troisième œil au milieu du front, et il a immédiatement pris cette information assez étonnante, pour argent comptant. »

« C’est un trait de caractère intéressant de la part d’Hergé, dont la personnalité était largement tournée vers "l’étrange", nous commente par la suite Arnaud de la Croix. Qu’il ait pris au sérieux un personnage comme Jacques Bergier (alias Mik Ezdanitoff dans Vol 714 pour Sidney) est par exemple assez significatif : l’homme, co-auteur du fameux "Matin des magiciens" avec Louis Pauwels, apparaît comme un fumiste aux yeux des savants "sérieux". »

Cette photo d’un prétendu scalp de yéti, illustre le chapitre consacré à "Tintin au Tibet".

Beaucoup plus documenté que ce que son titre laisse apparaître, Hergé Occulte est donc un excellent pendant au numéro estival de Tintin c’est l’Aventure, afin de mieux comprendre l’homme et l’auteur qu’était Hergé, et surtout de continuer à découvrir des éléments autour des aventures qui ont vibrer tant de lecteurs.

Quant à savoir si Hergé était davantage versé dans la science que dans le paranormal, chaque lecteur trouvera sa réponse au vu des nombreux documents présentés. Pour notre part, nous pensons qu’Hergé était avant tout un curieux et surtout un passionné !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay.

"Tintin, c’est l’Aventure" 8, disponible en kiosque, en librairie et chez les marchands de journaux.

Acheter Tintin c’est l’Aventure en ligne, c’est également possible :
- le premier numéro (Le Premier Pas sur la Lune) sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le deuxième numéro dédié aux îles sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le troisième numéro consacré à la montagne sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le quatrième numéro consacré à l’Amérique sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le cinquième numéro consacré à la Chine sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le sixième numéro consacré à l’étrange sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le septième numéro consacré à la jungle sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le huitième numéro consacré à la science sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

Acheter Hergé Occulte par Arnaud de la Croix chez Camion noir sur BD Fugue, FNAC, Amazon.978-2810430239

Sur le même sujet, lire nos articles consacrés :
- au premier numéro : Moulinsart et GEO lancent un nouveau magazine : "Tintin, c’est l’aventure"
- aux numéros 2 et 3 : "Tintin, c’est l’Aventure"... des profondeurs aux sommets !.
- aux numéros 4 et 5 : Des USA à la Chine : Tintin, c’est toujours l’aventure !
- au numéro 6 : Tintin, c’est l’Aventure... aux frontières de l’étrange !
- au numéro 7 : Tintin et Corto, partenaires dans l’aventure

Les images extraites de l’œuvre d’Hergé sont la propriété exclusive de Moulinsart SA et sont © Hergé - Moulinsart 2021.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Hergé à l’Abbaye de Scourmont (Chimay)
    27 juillet 13:59, par Garitte Claude

    "Citons encore ce bel article qui évoque la passion amérindienne de Tintin que nous avons déjà évoquée présentant entre autres la rencontre avec le fameux "moine belgo-sioux" [sic], le Père Gall, cet ecclésiastique, connaissance d’Hergé, féru des civilisations indiennes."

    Le RP Gall n’était pas Belge,mais d’origine Suisse,et vivait en Belgique à l’Abbaye de Scourmont !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Arnaud de la Croix le 27 juillet à  17:59 :

      Dans "Hergé occulte", on j’indique que que le père Gall (1906-1991), Eric Schuon de son vrai nom, était le frère aîné de Frijthof Schuon(1907-1998), qui s’est fait un nom dans la littérature ésotérique.

      Répondre à ce message

  • Petite coquille : et certainement cnéfaste avec le recul

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 27 juillet à  19:41 :

      C’est corrigé. Merci.

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD