Ralf König, figure allemande de la BD d’humour gay, réalise un Lucky Luke

24 février 2021 15
  • L’expression "L'homme qui tire plus vite que son ombre" prendrait-t-elle une connotation particulière sous la plume de l'auteur de "Conrad et Paul" ? Il semblerait. C'est du moins ce que les premiers extraits laissent paraître ! Un choc dans l'univers très convenable de cette icône de la bande dessinée franco-belge...

Ralf König, figure allemande de la BD d'humour gay, réalise un Lucky LukeDans la mouvance des reprises de personnages célèbres sous la forme de one-shots atypiques comme « Une Aventure de Spirou et Fantasio par... » un vent nouveau souffle sur la bande dessinée depuis quinze ans. Il est désormais possible pour un auteur de rendre hommage à une série et à ses héros emblématiques tout en conservant son propre univers et son style.

On l’a encore vu récemment avec le hors-série de Blake et Mortimer réalisé par de François Schuiten, Le Dernier Pharaon. Autre figure mythique du franco-belge, Lucky Luke est également crédité de plusieurs attentions dans le même registre : un premier album signé par Mathieu Bonhomme (avec un second est en préparation), ainsi qu’un autre hommage signé Guillaume Bouzard.

L’édition portugaise de l’hommage réalisé par Mawil, dont la version francophone sera publiée lé 4 juin prochain.
© Mawil, Egmont 2019.

Ce qu’on ignore par contre, c’est que l’éditeur allemand Egmont (Ehapa) a également publié un hommage au cow-boy chanceux sous le crayon de Mawil, auteur célèbre outre-Rhin mais également (un peu) connu chez nous car une demi-douzaine de ses albums sont traduits en français. Il faut dire qu’en Allemagne, Lucky Luke, à l’instar d’Astérix et de Mickey Mouse, est un des rares personnages de BD populaires et trangénérationnels. Dans cette aventure de Lucky Luke, notre cow-boy troque son fidèle Jolly Jumper contre un vélo, afin de réaliser la première course cycliste du Pays en reliant Columbia à San Francisco. Sa mission : protéger des bandits et autres foies jaunes l’invention d’Overmann, la première bicyclette qui possédait deux roues de diamètre identique.

Lucky Luke, par Mawil
© Mawil, Egmont 2019.
L’homme qui regonfle son vélo plus vite que son ombre
Lucky Luke, par Mawil - © Mawil, Egmont 2019.

Publié en 2019 en Allemagne, ce récit a notamment été traduit en anglais et en Portugais... mais pas encore en français ! L’éditeur Lucky Comics aurait-il validé l’album sans penser qu’il pouvait toucher un public francophone ? Non, cet album paraîtra bien en France, mais avec deux ans de retard, soit le 4 juin prochain, et sera intitulé Lucky Luke se recycle.

Que dire alors du prochain hommage germanophone de Lucky dont la couverture fait bruisser toute la toile depuis quelques jours : la reprise du célèbre cow-boy par le non moins célèbre Ralf König, chantre allemand de la BD humoristique gay ?

Prix du meilleur scénario 2005 au FIBD d’Angoulême

Prix du meilleur scénario 2005 à Angoulême pour Comme des lapins, plusieurs fois prix Max und Moritz à Erlangen, le "Bretécher gay" détaille depuis le début de sa carrière le quotidien et les mœurs du milieu homosexuel masculin. König a eu plus d’une fois le don de nous surprendre comme nous l’évoquions déjà en 2007 à la suite de son incursion dans l’univers des Mille et Une Nuits avec le diptyque de Djinn djinn prétexte courageux pour aborder des sujets quelque peu clivants : la place de la femme dans la société, le droit d’ironie et de caricature des différentes religions, l’interprétation de la parole divine sur les sujets de société et surtout la dénonciation de la burka au moment où ce sujet était en pleine polémique. Avec humour, il nous offrait sa vision corrosive des milieux intégristes, quelle que soit leur religion.

JPEGAprès avoir revisité avec autant de réussite le mythologique récit de L’Odyssée, König s’est attaqué à La Bible dans une trilogie toujours aussi impertinente, dénonçant à nouveau l’intolérance, en particulier celle à l’égard des homosexuels. Plus récemment, en 2016 dans son interprétation de la légende de Sainte Ursule et des Onze Mille Vierges, il relisait le dogme chrétien d’un point de vue gay aussi décapant qu’amusant. L’année dernière, il nous livrait une version du Père Noël assez chaude pour faire fondre un bonhomme de neige !

On l’aura compris, avec Ralf König, on peut s’attendre à tout, dans un cocktail d’humour, d’audace et de torses velus ! Dès lors, comment imaginer sa reprise de Lucky Luke annoncée pour le 75e anniversaire du héros créé par Morris en 2022 ? Va-t-il maintenir ce malicieux mélange d’irrévérence et d’intelligence qui le caractérise ? Réponse au travers de ces quelques exemples glanés sur ses comptes Twitter et Facebook pour annoncer cette reprise.

Annonce publiée par Ralf König sur son compte Facebook (Trad. par l’auteur)
1.- Buffalo Bitch voit à l’horizon un cowboy à chemise jaune éclatante !
- Hm !
2. - Sitting Butch ne voit même pas d’horizon !
3. - Gilet noir, Foulard rouge, Jeans bleus, chapeau blanc ! Cheval blanc !
- Buffalo Bitch a les yeux d’un jeune faucon !
4. - Postérieur sexy, toison sexy sur une nuque sexy...
- Oui, c’est bon, on a compris !
1. - Un bain ! La légende se baigne !
2. - Allez, on lui pique ses sous-vêtements !
- Pourquoi les sous-vêtements ?
- Ben... Ceux d’un cow-boy. Excitant !
À moins que...
3. - PAN PAN !!
4. - Les légendes se baignent avec leur colt !
1.
2. - Qu’est-ce qu’il dit ?
- Ralf... König... dessine... Homme... qui tire... plus vite... que... son ombre...
- Hein ?
3. - Ah, super ! Il n’y a plus rien de sacré pour personne !
4. - Hm. Ça promet d’être intéressant !

Voici comment König commente son envie de se lancer dans ce rodéo qui s’annonce endiablé : « J’avais le béguin pour le cow-boy quand j’étais enfant. Il était vraiment sexy avec ses fins cheveux noirs sur la nuque, explique-t-il. Maintenant que c’est officiel, je me dois me concentrer sur l’album. J’en suis à la page 38, mais toujours sans arrière-plan, ni couleurs. Le style occidental est compliqué et mes chevaux ressemblent à des concombres de mer sur pilotis, mais quel chouette boulot ! »

Ralf König
Photo : © D. Pasamonik (L’Agence BD)

« Bien sûr, mon Lucky Luke aura quelque chose dans son pantalon, explique l’auteur à nos collègues de Comic-Denkblase. Quiconque connaît mes bandes dessinées ne sera pas surpris. Pour moi, c’était même une condition préalable pour pouvoir dessiner "une Cow-boy love-story" [...]. Le responsable de la licence trouvait que c’était également une bonne idée, mais Lucky Luke ne devait pas être gay ! Ce que je n’avais eu l’intention de réaliser. Notre cowboy est asexué dans les albums, il n’a de relations avec personne. Alors pourquoi serait-il soudainement devenu gay ? »

Après la cigarette et l’épi de blé, Lucky Luke serait-il devenu accro au chocolat ?

L’auteur compte également utiliser le personnage de Calamity Jane : « Je connaissais la bande dessinée par cœur à l’époque, une des premières que j’ai vraiment étudiées avec enthousiasme. J’ai trouvé que Calamity était un super "type", alors on devait le retrouver dans mon album de Lucky Luke ! Mais cela ne sera pas le cas des Dalton malgré les attentes des lecteurs. Je les trouve un peu sur-utilisés. »

Annoncé pour le 2 juin 2021 en version allemande, difficile de savoir ce que donnera cette version de Lucky Luke à la sauce Rakf König... Et encore plus d’imaginer la réaction des puristes de la première heure ! En tout cas, pour notre part, on a hâte de découvrir cela... En espérant qu’il ne faille pas attendre là encore deux ans pour la version française, Monsieur l’éditeur !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Commander Lucky Luke se recycle par Mawil (Lucky Comics qui paraît ce 4 juin 2021 sur BD Fugue, FNAC, Amazon.Le compte Facebook de Ralf König

Lire l’article de Comic-Denkblase

Toutes les illustrations sont : ©Lucky Comics 2021 – All Rights reserved by Ralf König

 
Participez à la discussion
15 Messages :
  • Entre les épisodes officiels signés Jul et Achdé, les atroces films avec Terence Hill ou Dujardin et toutes ces parodies ineptes, Lucky Luke n’a vraiment pas de chance. Seule la version de Mathieu Bonhomme rend un hommage honnête au personnage et aux grands albums dessinés par Morris. Quant au génie de Goscinny, on en est désormais bien loin.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 24 février à  12:54 :

      tiens ? un aigri ;)

      Répondre à ce message

      • Répondu par Milles Sabords le 24 février à  14:04 :

        Je ne suis pas contre les reprises lorsqu’elles valorisent l’œuvre originale, ou qu’elles apportent un plus. Mais très franchement, les reprises sont rarement réussies : la licence Blake et Mortimer s’en sort pas trop mal, Spirou et son univers c’est pas toujours ça à part le travail du trio Béka-Etien et celle d’Emile Bravo, Lambil revient vers ses Tuniques Bleues (heureusement), Bob Morane et Ric Hochet sont un ratage complet (d’où l’arrêt du nouveau Bob Morane), idem pour Blueberry et Tif et Tondu qui frisent l’arnaque totale ! Heureusement, d’autres reprises ont su apporter un souffle nouveau tout en restant cohérentes avec leur matrice : Tanguy & Laverdure, Buck Danny, Bruno Brazil, Le Scorpion, Alix Senator, Astérix et Obélix. Seul Matthieu Bonhomme s’en sort avec les honneurs. C’est quoi la prochaine pantalonnade pour Lucky Luke ? Un livre de recettes typiques de l’Ouest Sauvage, Bison et fayots à toutes les sauces ? La rencontre entre Freud et Lucky Luke pour s’épancher sur le statut du Cow-Boy solitaire dans la société Américaine ? Si c’est pour en faire un tiroir-caisse, il vaut mieux qu’une œuvre reste figée, comme pour Tintin. Au moins l’original ne déçoit pas et continu à se transmettre à d’autres générations avec le même plaisir de lecture.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Drappier le 24 février à  18:43 :

          La rencontre entre Freud et Lucky Luke pour s’épancher sur le statut du Cow-Boy solitaire dans la société Américaine, c’est déjà fait, et c’est un des meilleurs albums : La guérison des Dalton.

          Répondre à ce message

      • Répondu par kyle william le 24 février à  17:08 :

        Je ne crois pas être aigri. Il y a des reprises réussies, qui me font attendre les albums avec impatience. Par exemple les Corto Maltese dessinés par Pellejero. Lucky Luke, lui, est mal loti jusqu’à présent.

        Répondre à ce message

    • Répondu le 24 février à  16:23 :

      sauf que sur l’album de bonhomme on ne se marre pas une seul fois, ce qui est navrant quand on a un lucky luke dans les mains

      Répondre à ce message

      • Répondu le 24 février à  17:05 :

        C’est normal, ce n’est pas un album humoristique.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Milles Sabords le 24 février à  17:08 :

        En effet, c’est pour cela qu’il reste néanmoins réussi, car c’est une relecture qui apporte une autre dimension au personnage. Dans les autres cas, nous sommes dans des pastiches, pas réussis du tout.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 25 février à  07:57 :

          "une relecture du personnage" bien sur, bien sur.
          Discours type art concontemporain. Bref, on attends avec impatience le nouveau blake et mortimer humoristique, le gaston parlant de son moi, type roman graphique.

          Ceci dit, c’est pour quand les nouveaux héros ?

          Répondre à ce message

          • Répondu par Milles Sabords le 25 février à  09:57 :

            Posez la question aux éditeurs... vous voyez bien que depuis des années ils ne sortent plus de série, ou très peu, ou très courte (ne dépassant pas les 3 exemplaires), quant à de nouveaux personnages, ce sont aussi les achats du public qui alimentent les politiques éditoriales.

            Répondre à ce message

            • Répondu par RDevelder le 25 février à  12:22 :

              Tous ces héros increvables (sous respirateurs artificiels) ont mis des années à s’imposer, 7, 10, 15, 20 ans parfois. On ne laisse plus autant de temps aux auteurs, il faut que ça cartonne au premier tome et que ça confirme au deuxième, sinon il n’y a jamais de troisième. Avec cette politique à court terme on n’aurait ni Tintin, ni Spirou, ni B&M, ni Titeuf, ni Astérix, ni les Schtroumpfs (parce que pas de Johan et Pirlouit), ni Lucky Luke (10 albums avant de trouver sa forme).

              Répondre à ce message

      • Répondu par FranckG le 25 février à  12:12 :

        Tout à fait d’accord. Bien que j’ai relativement apprécié cet album, il était assez loin de l’esprit Lucky Luke. Alors en faire une "référence" de reprise... wow.

        Répondre à ce message

    • Répondu par jb681131 le 25 février à  12:15 :

      En quoi Mathien Bonhomme rend un meilleur hommage que les autres au personnage ?

      Pour moi l’histoire qui a raconté n’avait rien d’un Lucky Luke de Morris. Et sont style graphique est trop dans le sérieux pour être du Lucky Luke.

      Répondre à ce message

      • Répondu par kyle william le 25 février à  17:51 :

        Le Lucky Luke de Mathieu Bonhomme est une relecture réaliste du tout premier Lucky Luke, celui écrit et dessiné par Morris seul. Ce n’est pas un hommage à Goscîny et par dessus tout, ce n’est pas une parodie.

        Répondre à ce message

  • Il ne faudrait plus inscrire Dargaud (ou Egmont) en bas des nouveaux albums de Lucky Luke mais Dalton.

    Répondre à ce message