"Wanted Lucky Luke" : le "lucky-mythe" du western revu par Matthieu Bonhomme

16 avril 2021 9
  • Lucky Comics (groupe Dargaud) nous apporte une seconde adaptation de Lucky Luke signée Matthieu Bonhomme, qui avait déjà visé juste il y a cinq ans avec "L'Homme qui tua Lucky Luke " qui déconstruisait déjà le cinéma hollywoodien.

[Nous vous l’avions annoncé en début de cette année : après le succès populaire et critique de L’Homme qui tua Lucky Luke en 2016, grande était notre attente de découvrir la seconde adaptation signée Matthieu Bonhomme.

Surtout que les visuels savamment distillés depuis des mois présentent notre fine gâchette accompagné de trois jeunes femmes (blonde, brune et rousse) et aux prises avec un ennemi invisible. Qui sont ces « Drôles de Dames » du Far-West, et quels dangers affrontent-elles auprès de Luke, décidément chanceux d’être aussi bien entouré ?

"Wanted Lucky Luke" : le "lucky-mythe" du western revu par Matthieu Bonhomme

Action !...

Dès la première case, le ton est donné : Matthieu Bonhomme va nous divertir en jouant avec les codes du récit de western, mais aussi avec ceux élaborés au cours de la série. Ainsi, le lecteur sait qu’une aventure de Lucky Luke se finit traditionnellement avec notre cow-boy chevauchant Jolly Jumper en chantant vers le soleil couchant, parodie des Singing Cowboys des années 1930 et 1950. À rebours de cette icône, l’auteur débute cette fois le récit avec cette séquence, la caméra face au héros. Une manière d’annoncer au lecteur qu’il va nous entraîner de l’autre côté du miroir, dans une aventure qui devrait nous surprendre et nous en apprendre plus sur « L’Homme qui tire plus vite que son ombre. »

Après cette entame originale, la dizaine de pages suivantes est menée tambour battant : Lucky Luke, qui vient d’être attaqué par un chasseur de primes, apprend que sa tête est mise à prix ! Pour quelle raison ?... À peine a-t-il le temps de digérer la nouvelle qu’il doit voler au secours de trois sœurs aussi ravissantes qu’intrigantes, en bien mauvaise posture : leur convoi de bétail est attaqué par les Apaches.

En dépit de son tout nouveau statut de fugitif dont la tête est mise à prix, Lucky Luke reste gentleman avant tout et propose d’escorter les trois cow-girls et leur troupeau jusqu’à leur destination finale. Reste que les jeunes femmes ont de la ressource à revendre... et que la récompense promise pour la capture de Luke ne les effraie pas. Un mauvais garçon opère toujours d’un certain charme... « Au jeu de l’amour, c’est chacun pour soi », édictent les trois sœurs : « À la première qui l’embrasse. » Entre les chasseurs de prime et les ravisseuses de cœur, Lucky Luke aura fort à faire, même au milieu du désert. Et pour cet invétéré fumeur, toujours pas une cigarette à l’horizon...

Matthieu Bonhomme ne peut plus profiter de l’effet de surprise de sa première adaptation. Difficile cependant de bouder son plaisir à la lecture de ce second opus. L’intrigue générale reste du même acabit que dans L’Homme qui tua Lucky Luke : elle est divertissante sans être marquante, mais propose un réel plaisir au large public d’une série internationalement reconnue.

C’est sur sa mise en page et ses cadrages qu’en revanche Matthieu Bonhomme a monté en gamme. Comme il l’analyse lui-même, on recueille l’expérience acquisel sur Charlotte Impératrice, certaines cases pouvant presque glisser d’un album à l’autre, même si Wanted Lucky Luke possède sa propre atmosphère, son ton et son rythme. Reste qu’un grand nombre de cases sont vraiment magnifiques dans leur composition et méritent d’être sorties de l’album pour être agrandies. On retrouve là une caractéristique commune avec le créateur de la série, le très stylisé Morris.

Charlotte et Cherry : un air de famille...
Une case extraite de Charlotte impératrice T.1 et dont on retrouve un cadrage similaire dans Wanted Lucky Luke.

...codes...

Morris encore et toujours dans l’analyse et l’utilisation des couleurs. Elles sont encore plus travaillées que dans le premier album. Au point que l’on ne retrouve peu de cases en "lumière naturelle". Quasiment tout l’album se déroule à la lumière contrastée des orangés du soleil couchant et des lampes à pétrole, ou dans le bleu profond des nuitées. Outre la rythmique qu’elle instaure, cette transition d’effets chromatiques apporte une formidable lisibilité, qui s’apparenterait presque à un exercice de style s’il ne retrouvait les codes instaurés progressivement par Morris lui-même.

De codes et de références, il en est d’ailleurs fort question dans Wanted Lucky Luke, plus encore que dans le tome précédent. DInspirés de la série elle-même bien entendu, avec ses jeux de références, notamment grâce à la dizaine de personnages secondaires que le lecteur prendra plaisir à retrouver, du fils de Phil Defer à la bande de Joss Jamon, en passant par les Apaches de Patromino ou la fameuse cavalerie du colonel O’Nollan.

D’autres références à la série sont disséminées dans le récit, de Dalton City/La Ville fantôme au Cavalier blanc et bien d’autres. Un jeu de lecture et relecture qui amusera le connaisseur de l’univers sans nullement déboussoler le novice.

L’auteur ne limite pas pourtant son jeu de références au personnage de Morris. Les références au cinéma sont manifestes : Il était une fois dans l’Ouest, Silverado et bien d’autres.

Alors que Luke ne parvenait jamais à se rouler sa cigarette dans le premier tome, Lucky a maintenant pris la décision d’arrêter de fumer. Un choix de raison sans doute, mais qui génère quelques hésitations à des moments pas toujours propices. Il est en de même avec l’aspect solitaire du héros, incarné ici par ces jeunes femmes dont la richesse intérieure dépasse (si c’était possible) les atours extérieurs.

...et réflexions

Ce faisant, Matthieu Bonhomme opère une réflexion intéressante sur ces icônes du 9e Art, dont les reprises sont à la fois souhaitées et vues d’un œil suspicieux par les lecteurs. Dans un marché où une majorité d’auteurs ne gagnent pas leur vie, et où les reprises marchent souvent bien mieux que les créations originales, Matthieu Bonhomme ne transige pas avec la création.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Wanted Lucky Luke - Par Matthieu Bonhomme - Lucky Comics.

Concernant le même album, lire également notre interview de [Matthieu Bonhomme- : « Avec "Wanted Lucky Luke", je voulais réfléchir à la propriété d’un personnage »>art27526]

Sur le même sujet, lire également nos précédents articles :
- "Wanted, Lucky Luke ! " de Matthieu Bonhomme, des images en rafale
- Un deuxième album de Lucky Luke par Matthieu Bonhomme
- En 2016, la première adaptation de Matthieu Bonhomme avec L’Homme qui tua Lucky Luke, ainsi que son interview : « Lucky Luke est ma référence fondatrice, la série qui m’a guidé vers le western. »

Tous les visuels sont © Lucky Comics.

 
Participez à la discussion
9 Messages :