Lefranc, T. 31 : La Rançon - Par Régric & Seiter, d’après Jacques Martin - Casterman

12 septembre 2020 0 commentaire
  • Le journaliste créé par Jacques Martin signe son retour dans l'Alsace de "La Grande Menace", mais c'est pour mieux repartir dans l'Afrique du Sud où règne l'apartheid. Un récit dépaysant, davantage orienté vers le thriller que vers le complot mondialiste du premier album.

En vacances dans une Alsace enneigée, Jeanjean et Lefranc font la connaissance d’Eline Van Dijck, une jeune fille native d’Afrique du Sud, que son grand-père Geert a envoyée en Europe pour l’éloigner de sa propriété. En effet, de l’autre côté du globe, dans le Bush, d’étranges événements ont lieu dans le parc Van Dijck, un lieu de protection et de découverte de la vie sauvage. Des animaux y sont abattus et les touristes se font de plus en plus rares...

À Strasbourg, alors qu’ils se reposent après leur journée de ski, Jeanjean et Lefranc sont réveillés en pleine nuit par des cris : Eline vient d’être enlevée et sa perceptrice a failli être assassinée. Alors que l’horreur de l’apartheid est à son zénith en Afrique du Sud, pourquoi cette jeune fille s’est-elle faite enlever ? Qui donc aurait intérêt à faire chanter Geert Van Dijck ? Cela aurait-il un lien avec le peu scrupuleux homme d’affaires Fischer ?

Lefranc, T. 31 : La Rançon - Par Régric & Seiter, d'après Jacques Martin - Casterman

Alternance oblige, après Lune Rouge de François Corteggiani & Christophe Alvès, c’est au tour de Roger Seiter et de Régric de nous proposer leur nouvelle aventure du journaliste Lefranc. Un nouvel album qui fait d’ailleurs souffler un vent de fraîcheur et de nostalgie sur la série.

Une fraîcheur qui provient de la mise en place de l’intrigue, plus douce et calme que de précédents opus, surtout que Lefranc n’est pas confronté à un complot mondial comme cela a été le cas dans bon nombre des précédents albums. On se rapproche davantage de Cuba Libre réalisé par les mêmes auteurs, où le journaliste se retrouve dans un lieu du globe où les événements sont exceptionnels, à savoir la mise en place de l’apartheid, poussé par la société secrète Broederbond alors au faîte de sa puissance

La nostalgie est aussi présente dans cet album, essentiellement dans la première partie où l’Alsace joue un rôle important. Comme dans La Grande Menace et Le Mystère Borg, mais aussi dans certains récits dessinés par Gilles Chaillet : L’Apocalypse, ou La Cible, etc. Tout le mérite de ces madeleines de Proust revient à Régric qui maîtrise parfaitement les codes graphiques de la série, même si la gent féminine continue à se faire discrète. Nostalgique, dépaysant ainsi qu’intéressant dans les liens présentés entre l’ANC et le KGB, La Rançon devrait plaire aux fans inconditionnels de la série.

Concernant la suite des aventures du reporter, le tome 31 prévu pour 2021 « se déroulera dans trois pays européens et aura pour toile de fond la falsification des tableaux de maître d’une certaine époque et leur trafic », nous avaient précédemment expliqué Christophe Alvès et François Corteggiani.

Quant au tome 32 qui marquera les 70 ans de la création du personnage, il va rendre hommage à Jacques Martin en repartant du synopsis de son dernier projet, intitulé Scandalor. Celui-ci, qui devait être dessiné par Francis Carin en 2008, évoquait un ancien avion de la Grande Guerre qui resurgit aujourd’hui, porteur de lourdes menaces. Un projet qui n’a finalement jamais vu le jour, car la ligne contemporaine de Lefranc s’était arrêtée avec La Momie bleue, au profit d’albums se déroulant dans les années 1950. Et c’est d’ailleurs dans cet esprit vintage que le Scandalor sortira finalement en 2022.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Concernant cet album de La Rançon, lire également l’interview des auteurs Régric & Seiter : « En tant que journaliste, Lefranc visite l’histoire du vingtième siècle dans la période 1952-1959 »

À propos de Lefranc, lire également sur ActuaBD.com :
- Quand Jacques Martin évoquait déjà dans Lefranc un « super-virus » dès 1964…
- Tome 30 : Lune rouge dans Objectif Lune pour Lefranc et notre interview de François Corteggiani & Christophe Alvès : « Nous aimons changer d’univers entre chaque album, quitte à surprendre le lecteur »
- Tome 27 : L’Homme-oiseau avec notre article : Régric, héraut de l’École de Bruxelles
- Tome 26 Mission Antarctique avec l’interview de Christophe Alvès & François Corteggianni : "Il faut rester cohérent avec l’esprit de Jacques Martin"
- La chute du Reich vue par "Les Reportages de Lefranc"
- Guy Lefranc T25 : Cuba Libre - Par Régric et R. Seiter, d’après Jacques Martin - Casterman
- Lefranc, T24 : L’Enfant-Staline - Par Régric & Robberecht - Casterman
- Tome 23 : L’Éternel Shogun avec notre interview de Régric : "L’influence de Bob De Moor est très forte dans mon travail"
- [Les Reportages de Lefranc - La Bataille des Ardennes-<br5987]
- Tome 21 : Le Châtiment avec l’interview d’André Taymans & Erwin Drèze : « Nous dessinons Lefranc à la manière d’un studio »
- Décès de Jacques Martin : la BD au service de l’Histoire
- Tome 20 Noël noir : Guy Lefranc, sauveteur des Corons
- Tome 19 Londres en péril et Pourquoi le scénariste Alain De Kuyssche n’est-il pas crédité sur le dernier Lefranc ?
- L’interview de Jacques Martin : « Hergé était un homme madré et rusé… »
- Tome 18 La Momie bleue
- Tome 17 Le Maître de l’atome et Taymans signera un Lefranc et un Sibylline en fin d’année
- L’équipe de Jacques Martin s’agrandit
- Tome 16 L’Ultimatum avec notre article : Carin reprend Lefranc
- Jacques Martin multiplie les « voyages » de ses héros
- Jacques Martin et Casterman choisissent la continuité

  Un commentaire ?