Albums, jeu, traduction US et dessin animé : Lastman revient en force !

26 octobre 2015 1 commentaire
  • Après dix mois d'attente, le nouvel épisode de "Lastman" dévoile le second cycle d'une des séries les plus innovantes de la décennie. Entre la production du dessin animé et les derniers boulons à resserrer sur le jeu, les auteurs ont le temps de faire une exposition à Angoulême !

Les auteurs de Lastman avaient terminé en force le 6e tome de leur série, sortie fin 2014, marquant également la conclusion du premier cycle de six albums, ainsi qu’ils l’avaient conçu au départ. Michaël Sanlaville, Balak & Bastien Vivès avaient travaillé d’arrache-pied pour réussir à fournir trois tomes par an pour un premier cycle de six albums.Après un moment de calme retrouvé, rien ne laissait pas présager une nouvelle séquence, laquelle vient fondamentalement rebattre toutes les cartes abattues tout au long des 1200 pages du précédent cycle.

Ce revirement n’a finalement rien de surprenant vu le fait que la qualité et la diversité de la série primée a convaincu jusqu’au jury d’Angoulême. Les questions ouvertes par cette annonce trouvent leurs réponses quatre mois plus tard.

Or, au lieu de sortir en mars 2015 pour suivre le plan de parution initial, le septième tome, qui entame donc le second cycle, était d’abord prévu pour juin 2015, avant d’être finalement postposé pour la rentrée 2015. Bastien Vivès nous explique les raisons de cette replanification : « Ce tome 7 devait sortir en juin, mais c’est vrai que nous consacrons aussi du temps au jeu vidéo et la série de dessin animé en plus des albums. Nous étions donc en train de mettre les bouchées doubles afin de tenir les délais, mais Didier Borg notre éditeur, a préféré qu’on ne rate pas la sortie de la nouvelle saison, et nous a proposé de le décaler un petit peu, ce qui nous a permis de reprendre de l’avance sur le tome 8. »

Albums, jeu, traduction US et dessin animé : Lastman revient en force !
Voici une shortlist des personnages de "Lastman". Amusez-vous à découvrir à quelles célébrités font référence leurs patronymes de ceux-ci...

Le jeu dévoile les origines de la série

Comme vous avez pu le lire précédemment, l’équipe de Lastman adopte en effet la méthode transmédia pour exploiter son univers. Impliqués dans ces nouvelles créations, ils tiennent cependant à maintenir la qualité de leurs bandes dessinées d’origine. Dès lors, un légitime décalage se met en place, et c’est pour cela qu’il n’y aura donc qu’un seul tome de Lastman qui sortira en 2015. Mais, l’année 2016 sera Lastman ou rien !

Tout d’abord parce que le jeu Lastfight déjà proposé en tests à divers salons (dont le récent We Do BD) doit sortir l’année prochaine. On retrouve Richard Aldana, le héros de Lastman, près de dix ans avant le premier album. Le roi du ring tente de sortir la drogue des rues de Paxtown, ce qui donne lieu à quelques solides bastons. Dans la petite vidéo ci-dessous, Bastien Vivès développe le contexte de cette aventure, et explique également comment on fait rajeunir Richard, dessins à l’appui !

Vous pouvez également retrouver ci-dessous un échantillon du jeu Lastfight : de quoi permettre aux gamers de dépenser des calories !

Une série de 26 épisodes de dessin animé

L’autre grande nouvelle de 2015, qui permet de mieux comprendre pourquoi les albums arrivent plus lentement, est la mise en production d’une série de dessins animés inspirés par Lastman. Bastien Vivès et surtout Balak s’y impliquent à fond, veillant à s’assurer que le ton et l’univers de la série soient bien respectés dans cette adaptation « sans concession », comme ils l’ont expliqué lors de notre dernière rencontre.

Le pitch de cette série d’animés revient également sur la jeunesse de Richard, avant qu’il n’arrive dans la Vallée des Rois : « Dans la capitale de Paxtown, une ville ivre d’hypermédiatisation, déchirée par les inégalités et rongée par la mafia, les embrouilles sont comme une loi de la nature, aussi inévitables que la gravité. C’est le territoire de Richard Aldana, un débrouillard sans attache ni ambition mais avec une bonne droite. »

À l’heure actuelle, tous les scénarios des épisodes sont écrits, les voix sont enregistrées, les story-boards sans doute finalisés afin que la production de dessins se mette en place. La diffusion est prévue pour la rentrée 2016 sur France 4. Il s’agira de ne pas louper le début, car l’intrigue se développera d’un épisode à l’autre. Et au vu des albums, on s’attend à de sérieuses surprises pour cet animé ado-adulte !

Voici quelques images issues du compte Instagram de Jérémie Périn, le réalisateur de la série :

Etude de personnages pour le dessin animé "Lastman"
Le dessin animé "Lastman"

USA et Angoulême

Une couverture destinée au marché américain

Lastman pérégrine également en dehors de nos frontières, car la collection a été vendue en 2014 aux États-Unis à l’éditeur First Second ! Les trois premiers titres étaient disponibles en mars dernier, au prix très attractif de 8,99 $, un effort apprécié par les auteurs. Pour cette occasion, de nouvelles couvertures ont été réalisées, telle que celle que vous pouvez retrouver ci-contre.

Balak, Sanlaville et Vivès n’en oublient pas la France. Ainsi, nous pourrons découvrir une exposition ludique et interactive lors du prochain festival d’Angoulême qui propose de nous immerger dans l’univers si particulier de Lastman. Casterman explique préparer une événement d’ampleur : on s’attend à des démonstrations en live, et pourquoi pas des combats ou des cosplays (voir ci-dessous la photo d’une Marianne venue à la rencontre de Vivès & Balak lors de la Fête de la BD de Bruxelles) ? Ce sera notamment l’occasion de découvrir les dessous de la création d’une œuvre qui fait désormais référence.

Cette annonce officielle a été illustrée par un dessin de Lewis Trondheim, qui présente sa mascotte dans la tenue d’Adrian, le jeune héros de la série. Notez également la première version de l’affiche de l’exposition, sur laquelle le héros Richard Aldana ne s’était pas séparé de sa clope au bec. Un détail qu’il a fallu revoir pour la version finale, car comme le commentent les auteurs : « Y a des lois… »

L’affiche officieuse de l’exposition Lastman au 43e Festival d’Angoulême

Cette réussite a produit çà et là des commentaires parfois sarcastiques. Une attitude qui fait réagir Balak :

« On réalise Lastman avec nos tripes, même si on fait exactement ce qu’on veut depuis qu’on a pris un crayon pour dessiner. Oui, nous avons eus une chance inouïe d’être tombé sur des personnes qui ont été séduites par le projet : notre éditeur, les producteurs TV, les chaînes, etc. Nous avons aussi montré notre volonté avec le jeu vidéo et les autres projets, sans oublier le travail qu’a réalisé Bastien en amont qui a permis de lancer la machine. Et dès le début, nous avons globalement bénéficié d’un gros soutien de la presse. Mais nous avons aussi ressenti le contre-coup, en entendant que Lastman était hype, très marqueté et huilé. Or, au quotidien, on continue de travailler avec passion et sincérité, et ce manque de cynisme ou de marketing est en réalité installé tout au long de la chaîne de création. Tous, jusqu’au producteur, sont animés d’un bel état d’esprit, amoureux de l’animation et la bande dessinée. Lorsque je constate qu’on nous suspecte de cynisme, cela me déçoit et ça m’énerve ! Non, justement nous faisons ce que nous voulons, à savoir raconter de belles histoires avec des personnages vivants, et c’est une chance incroyable ! »

C’est avec émotion que Bastien Vivès et Balak ont retrouvé leur héroïne Marianne lors de la Fête de la BD à Bruxelles.
Photo : DR

Vers un second cycle…

Tout ceci nous ramène au septième tome que les fans ont donc attendu avec impatience pendant dix mois ! Comme prévu, l’intrigue reprend place dans la Vallée des Rois, mais une décennie après la conclusion du cycle précédent. Richard a passé dix ans dans les cachots et vient de s’évader… à l’aide d’ex-ennemis. Après une baston d’anthologie où l’on se rend compte que Richard n’est plus le combattant invincible qu’il était, les auteurs nous offrent une nouvelle surprise, comme ils en ont l’habitude. Ici, il s’agit de l’arrivée de vaisseaux spatiaux et de sauts spatio-temporels, sans compter des robots !

Comme le premier tome de la série, cette introduction au second cycle doit prendre le temps d’installer les différents personnages. Certains ont vieilli, beaucoup ont changé de mentalité, et il faut rappeler au lecteur les personnalités qui étaient présentes dans les premiers tomes. Cette apparente lenteur dans la première partie est donc à mettre sur le compte de l’installation de ces évolutions, et l’arrivée du vaisseau provoque le nouvel électrochoc de la saison. Comme on le voit, Lastman conserve son pouvoir d’originalité et d’innovation.

Ce bond dans le temps permet également aux auteurs de continuer à distiller leurs diverses et multiples références : les films des années 1980 : Rocky, Disney, sans oublier les stars du porno dotées de très grosses poitrines ! Paradoxalement, cela crée dans le même temps une réelle identité pour ceux qui s’y retrouvent… et un gouffre abyssal avec une autre partie de la société. Comme le démontre ce reportage du Before l’émission de Canal +, dont nous vous avions déjà parlé précédemment :

Loin des archétypes, les auteurs de Lastman continuent donc à rester fidèle à eux-mêmes et à se procurer du plaisir d’écriture et de dessin, en espérant que cela pourra toucher un large public. Toujours dans cet esprit de sincérité, notons les divers bonus de la version collector de ce tome 7 : outre le sticker désormais classique, on y retrouve deux affiches de recherche pour deux « nouveaux » personnages qui vont prendre une place importante dans le second cycle. Mais on peut surtout découvrir deux cartes : celle de la Vallée des Rois, et au verso, Les États Fédérés du Viksen. Un véritable trésor pour les lecteurs de la série !

Les différentes versions et bonus du tome 7

Si Elorna, le nouveau personnage principal de la série, doit encore progresser pour toucher le lecteur, les retrouvailles entre Richard et Adrian provoquent une séquence aussi explosive que chargée en émotion. Le cliffhanger de ce tome 7 tient une fois de plus le lecteur en haleine. Il ne devra toutefois pas attendre aussi longtemps que la fois précédente, car le tome 8 est déjà achevé et sortira en janvier prochain.

En raison de l’opportunité qu’offre le dessin animé, on peut donc s’attendre à bénéficier de deux ou trois tomes en 2016.

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Lastman - Par Balak, Sanlaville & Vivès – KSTR

Lire notre interview des auteurs : « Nous vivons un moment unique en France : un allignement des planètes qui permet d’exploser toutes les envies créatrices »

À propos de Lastman, lire également :
- notre article introductif de la série
- les chroniques des tomes 2 et 4
- un article récapitulatif des 4 premiers tomes : Lastman : déjà plus de 800 pages d’aventure !
- les chroniques des tomes 5 et 6
- Les auteurs de Lastman crèvent tous les écrans
- Last Man s’anime !

De Lastman, commander
- le tome 1 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 1 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le coffret regroupant les tomes 1 et 2 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 4 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 4 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 5 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 5 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le magazine Sexy Sirène chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 6 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 6 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 7 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 7 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC

Bastien Vivès sur ActuaBD, ce sont des albums de bande dessinée :
- L’Amour
- La Guerre
- La Grande Odalisque (avec Ruppert et Mulot)
- La Famille
- Les Melons de la colère
- Pour l’empire
( avec Merwan Chabane & Sandra Desmazières)
- Amitié étroite
- Dans mes yeux
- La boucherie
- Polina
- Le goût du chlore
- Elles
dans un article consacré à la création du label KSTR

Et des interviews :
- « Je préfère les histoires que je raconte à la vraie vie » (mars 2012)
- "Grâce à la caméra subjective, j’ai pu me concentrer exclusivement sur la fille que je voulais dessiner" (mars 2009)
- « Je voulais expliquer comment on tombe amoureux » (août 2008)

Lire également l’interview de Didier Borg, éditeur de Lastman : "Il faut d’abord être juste dans l’histoire que l’on porte et dans la manière dont on la transporte en numérique ou sur papier."

Visiter la page Facebook de Lastman

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Il a l’air très en forme Oncle François en ce moment,espiègle et tout,mais attention au contrecoup...Alors pour réchauffer la possible solitude de ses longues soirées d’hiver de retraité,voici une liste des avenantes célébrités dont les patronymes font référence aux personnages ;un fan de LastMan et de plein d’autres choses a établi un inventaire qui peut se révéler utile au fringuant sexagènaire amateur de courbes judicieusement situées:Rachel Aladana
    Milena Velba
    Lorna Morgan
    Nadine Jensen
    Ines Cudna
    Merylin Sakova (qui a le visage de Tanya Song)
    Virginie Effira
    Alyssa Milano
    Chesty Morgan
    Bea Flora
    Petra Verkaik
    Roberta Pedon
    Terri James
    Erika Eleniak
    Hitomi Tanaka
    Ewa Sonnet
    Françoise Bouffal
    Une liste à consommer avec modération bien sûr.

    Répondre à ce message