Interviews

Nicolas Keramidas : « Lewis et moi, nous nous sommes permis avec Superino ce qu’on ne pouvait pas s’autoriser sur les Mickey et Donald »

Troisième collaboration entre Lewis Trondheim, Nicolas Keramidas et Brigitte Findakly pour rendre hommage aux standards de la bande dessinée américaine et italienne. Un hommage cette fois nettement plus parodique et un ton qui fait mouche sur fond de canular, avec un héros prétendument préexistant dont la mafia napolitaine aurait empêché la publication en album...

Nicolas Keramidas : « Lewis et moi, nous nous sommes permis avec Superino ce qu'on ne pouvait pas s'autoriser sur les Mickey et Donald »Comment avez-vous créé Superino, à mi-chemin entre un hommage aux fumetti et une parodie de super-héros américains, comme son nom l’indique ?

Vous aviez sans doute vu ce numéro spécial du Journal de Spirou (le 4277), au sein duquel Disney aurait humoristiquement racheté Disney. Et bien, la rédaction nous avait demandé de participer et avec Lewis ; nous avions créé un personnage dénommé Mic Mac, un super-héros dans l’esprit de Superino, sauf qu’il ressemblait volontairement à Oswald le lapin chanceux, le premier personnage créé par Disney.

Le confinement est passé par là, lors duquel on a beaucoup joué au poker par visio avec l’éditeur Olivier Jalabert, Lewis et plein d’autres. Plusieurs projets sont nés de ces rencontres, dont cette envie de réaliser un album ensemble, Lewis, Olivier, Brigitte et moi, dans la foulée du Mickey et du Donald déjà publiés précédemment. Bien sûr, on devait sortir de Mic Mac, sorte d’ersatz de Mickey, pour inventer un nouveau personnage et un nouveau graphisme, et c’est ainsi qu’est né Superino !

Et vous avez maintenu ce rendu vintage ?

Oui, j’avais vraiment apprécié notre travail en commun sur Mickey et Donald, et je désirais prolonger cette atmosphère grâce au travail de Brigitte. Et tout cela a engendré l’autre légende de Superino, le héros italien oublié. On a donc brodé toute une fable autour de sa création, ce qui a engendré cette histoire dans l’histoire.

Pour expliquer au lecteur, vous avez poussé la création jusqu’à imaginer une fausse légende autour de l’édition italienne de Superino, comme vous aviez pu le faire avec Mickey et cette idée de récit retrouvé en 2016…

Imaginer cette légende autour de ce héros maudit que l’on aurait retrouvé, nous donne un contexte et un background sur lesquels s’appuyer ; cela justifie l’aspect parodique, vintage et décalé du propos, tout en se maintenant dans un cadre logique. »

L’une des fausses publicités qui émaillent l’ouvrage

Les fausses publicités, le courrier de lecteurs, les couvertures internes,… Le tout devait participer à ce cadre ?

Ce sont surtout des madeleines de Proust à nos yeux. Pour ma part, j’aimais lire le courrier des lecteurs de Strange, et j’ai pris autant de plaisir à réaliser les couvertures qu’à découvrir les fausses pubs maquettées par l’éditeur. Cela rythme aussi le récit.

Le ton est tout de même assez parodique ! Votre héros milliardaire, cache sa double-vie à sa mère en faisant croire qu’il passe sa vie dans les toilettes de son manoir. Il va même jusqu’à s’enregistrer lors des moments fatidiques afin de prendre des notes pour un futur livre...

Parce qu’on se permet avec Superino ce qu’on ne pouvait pas s’autoriser sur les Mickey et Donald. Sur ces derniers, nous connaissions et acceptions les limites convenues avec Disney. Cette fois-ci, l’absence de contrainte nous pousse à aller plus loin, quitte à frôler le borderline, mais on ne dépasse pas la ligne parce que Superino doit rester un livre lisible par tous. Lewis, et c’est tout son art, joue sur la double lecture : les enfants rigoleront des blagues, et les parents y trouveront aussi autre chose. D’une certaine façon, je pense que nous avons réalisé le Mickey ou Donald qu’on aurait pu faire si on s’était complètement lâchés sur ceux-ci. Comme le dit si bien Lewis, on pourrait toujours reprendre des personnages comme Mickey ou Batman qui ne nous appartiennent pas… Ou créer le nôtre ! Et ici, nous avons opté pour la seconde solution.

Une des couvertures intérieures

Vous nous aviez précédemment expliqué les arrangements que vous aviez trouvés avec Disney sur Mickey, vous profitez donc ici d’un complet lâcher-prise.

Bien sûr, une partie du contenu de Superino n’aurait pas été validé par Disney. Et pour ma part, je suis super-content qu’on puisse enfin l’y mettre. C’est l’avantage de créer son propre univers… dans l’esprit des fumetti et des comics.

Pour revenir aux fumetti, un genre que vous affectionnez, quels sont vos auteurs de chevet ?

Je suis moins connaisseur des fumetti de gare, mais je suis vraiment un grand fan de Cavazzano. En dessinant Superino, je me suis d’ailleurs surpris en réouvrant du Cavazzano, même si ce type de dessin est très naturel chez moi. Je regarde comment il compose la vie derrière les personnages pour coller à ce type d’univers. Il reste une référence pour moi, même si je demeure à des années-lumière de son niveau graphique.

Par rapport à vos deux précédentes collaborations du même type, vous avez réduit le format de votre ouvrage. Toujours pour coller aux publications italiennes de l’époque ?

Nous voulions effectivement donner l’impression d’avoir en mains des Fumetti ou des Comics. Et comme nous savions que nous partions pour une grosse pagination (environ 90 pages rien que pour les planches de bande dessinée), la réduction des planches s’est imposée et nous nous sommes rapidement mis d’accord sur ce format en deux strips, ce qui rappelle les anciens Comics.

La référence aux anciennes productions américaines ne se limite pas à ce format ?

Le fait de travailler en demies planches par rapport à un format traditionnel me donne l’impression d’avancer plus vite, et même de dessiner plus vite. Après vingt albums de grand format (excepté À Cœur ouvert) où chaque étape me demandait trois jours, j’arrivais dans ce cas à réaliser deux pages de rough ou d’encrage par jour, ce qui était très satisfaisant.

En même temps, le rythme du récit est aussi plus trépidant.

Le format du récit m’obligeait à être très efficace sur chaque dessin, afin de susciter une compréhension immédiate de l’action de la part du lecteur. Pour le reste, je colle surtout au storyboard de Lewis. Il n’écrit pas de scénario à proprement parler, mais il crobarde directement l’histoire et il s’arrange pour imposer le rythme du récit. Cette pagination est certainement une contrainte plus appuyée pour lui, car cela lui impose de placer un cliffhanger à la fin de chaque page.

La seconde difficulté tient dans l’aspect feuilletonnant du récit, un des points de départ que nous nous étions imposés. Une spécificité qu’il fallait conserver pour la prépublication dans Le Journal de Spirou, ce qui imposait des petits chapitres assez courts, même si chaque page du magazine reprenait quatre planches. Une petite fierté pour ma part, car c’était ma première prépublication dans Spirou !

Votre héros fait référence à Bruce Wayne dans Batman, mais il utilise aussi un vocabulaire assez particulier. Fallait-il le distinguer de la sorte ?

Superino est finalement une parodie de lui-même. Sa relation avec sa mère qui ignore sa double-vie, prend les atours d’un sketch perpétuel. Comme sa manière de s’enregistrer et de trouver des punchlines complètement ridicules ! Cela s’intègre magnifiquement dans le ton du récit.

Avez-vous fini avec Superino ou avez-vous d’autres projets parodiques avec Lewis Trondheim, Brigitte Findakly et Olivier Jalabert ?

Nicolas Keramidas : C’est plutôt une question pour notre éditeur Olivier Jalabert.

Olivier Jalabert : Je ne faisais pas partie de l’équipe des deux premiers opus. Avec Superino, nous voulions réaliser un ouvrage marrant entre copains, un coup de théâtre humoristique, via un projet auquel nous croyons et que nous avons mené avec sincérité. Le canular autour de Superino ne fonctionne qu’une fois, et cela n’a pas beaucoup de sens de le renouveler car nous prendrions les lecteurs pour des imbéciles. Maintenant, si on vend vraiment 500 000 exemplaires, on se reposera certainement la question !

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9791034765751

Superino - Par Lewis Trondheim, Nicolas Keramidas & Brigitte Findakly - Dupuis
112 pages - Sort ce vendredi 16 septembre

Sur le même sujet, lire :
- De Silvio Camboni à Giorgio Cavazzano : les métamorphoses de Mickey
- une précédente interview concernant Mickey Craziest Adventures : « Lewis Trondheim et moi voulions un récit énergétique, dynamique et surtout nous éclater à chaque case ! »
- Mickey vu par... Cosey, Keramidas & Trondheim

À cœur ouvert - Par Nicolas Keramidas - Dupuis

À propos de Nicolas Keramidas, lire également :
- sa précédente interview : « Expliquer mon opération à cœur ouvert m’a aidé à gérer mes traumatismes »
- une autre interview concernant Alice au Pays des singes : "Tebo ne laisse pas de place au hasard."
- Ping-Pong entre Nob & Keramidas sur le Net pour l’album 1 an – 365 dessins
- Tykko des Sables, T1 : les chevaucheurs des vents - Par Arleston, Melanÿn & Kéramidas - Soleil
- Luuna – T5 : Le Cercle des Miroirs – par Crisse & Kéramidas - Soleil
- Sur les Traces de Luuna : Tome II – Soleil
- Keramidas intègre l’équipe Donjon Monsters

Photo de Nicolas Keramidas : Charles-Louis Detournay.

Dupuis ✍ Lewis Trondheim ✏️ Nicolas Keramidas tout public Humour Super-héros 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Quatrième collab si on compte le Donjon, mais c’est vrai que Sfar etait avec eux

    Répondre à ce message

  • « Comme le dit si bien Lewis, on pourrait toujours reprendre des personnages comme Mickey ou Batman qui ne nous appartiennent pas… Ou créer le nôtre ! »

    Fantomiald est une parodie des comics de super-héros. Superino est une parodie de parodie. Une parodie de Fantomiald et une parodie de Batman.
    Superino pourrait-il exister sans Mickey, Donald, Batman ?

    La création originale d’un personnage, ça veut dire quoi ?
    Pour ma part, j’ai le sentiment qu’il y a création de personnage lorsque celui-ci a une identité irremplaçable. Probablement ce qu’il y a de plus difficile à créer. Plus complexe encore que d’écrire un excellent scénario. En revanche, parodier des stéréotypes n’est qu’un art du divertissement.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 16 septembre à  13:38 :

      Il faut arrêter de voir les américains partout. Sans parler du fait que la création et le divertissement n’ont rien d’incompatibles, les exemples sont légion. Toujours ce culte de la sélection et du classement, hélas.

      Fantomiald en français, mais Paperinik en Italie où il a été créé, est plutôt une parodie -une de plus- du giallo BD Diabolik (remarquez les I et K finaux dans les deux cas) avec Donald qui en italien s’appelle Paperino. Diabolik inspiré, lui, de Fantomas.

      La version plus moderne de Paperinik/Fantomiald s’éloigne assez du personnage original et est, là, inspirée plus sûrement de Green Lantern, au point de perdre parfois le nom de paperinik pour celui de Powerduck, pour garder encore l’emblème PK original.
      En revanche, dans les histoires de "Powerduck" le personnage de Lyla Lay est très inspiré de Eva Kant, la partenaire de Diabolik.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 17 septembre à  06:59 :

        Les italiens sont autant américanisés que les français et les belges...
        Mais je ne parlais pas de ça. Je parlais de la création d’un personnage original qui n’est pas la re-création d’un personnage. Un personnage parodique étant plutôt une récréation.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Pascal Aggabi le 17 septembre à  09:30 :

          Vous avez sans doute raison, Fantomas est américain, créé dans une période où l’Europe étaient envahie par la culture américaine.
          Américains qui, pour créer leurs super-héros, ont beaucoup, de leur côté, lorgné sur la culture européenne.

          La parodie est de la création, de la création comme une autre si elle est pertinente.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 17 septembre à  14:05 :

            Évidemment que les américains blancs (USA) ont créé leurs super-héros en lorgnant du côté de l’Europe.… parce que leurs ancêtres viennent de là !
            Mais ce n’est pas ce que veut dire "américanisation".
            Lisez Régis Debré lorsqu’il parle de Pizza. Ce qui vient de l’Italie, est recyclée aux USA pour repartir vers l’Europe autrement. C’est un processus de transformation et de synthèse. Un soft-power propre aux USA qui n’est pas notre savoir-faire en Europe.

            La parodie est-elle une création ou une re-création ?
            La parodie d’un personnage n’est pas l’origine d’un personnage. Donc quand Kéramidas dit :

            « Comme le dit si bien Lewis, on pourrait toujours reprendre des personnages comme Mickey ou Batman qui ne nous appartiennent pas… Ou créer le nôtre ! »

            Est-ce qu’ils créent vraiment le leur ?

            C’est-à-dire : Y-a-t-il confusion entre propriété (marques Mickey Batman) et originalité (ce qui est l’essence même de ces deux personnages) ?

            Ce sont le questions que je me pose et ni l’une, ni l’autre n’est chargée d’un jugement positif ou négatif.

            Répondre à ce message

          • Répondu le 17 septembre à  14:07 :

            Oups ! Aïe ! Debray pas Debré !

            Répondre à ce message

Dans la rubrique Interviews
Derniers commentaires
Agenda BD août 2022
Du 25 août au 23 septembre (...)
du 25/08/2022 au 23/09/2022
Exposition-vente virtuelle - Romain Baudy - à la galerie Comic Art Factory (Bruxelles)
Festival
du 27/08/2022 au 28/08/2022
11e Festival BD "De Bulles en Bulles" (Hotton, Belgique)
Agenda BD septembre 2022
Exposition
du 10/09/2022 au 17/09/2022
Exposition Pascal Graffica à Strasbourg
Exposition
du 15/09/2022 au 1er/10/2022
Expo - Coco : dessins félins et autres bestioles (Paris)
Dedicace
du 21/09/2022 au 21/09/2022
Séance de dédicace avec Libon et Julien Solé
Exposition
du 22/09/2022 au 8/10/2022
Exposition "Ana & l’Entremonde" de Cy.
Salon
du 24/09/2022 au 25/09/2022
Salon "La BD prend l’air", 23e édition
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
8e Festival BD de Sainte-Livrade-sur-Lot
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
1er Salon de la BD Jeunesse à Paris 15
Agenda BD octobre 2022
Exposition
du 5/10/2022 au 5/10/2022
GIBERT dédicace : Ruben del Rincon
Festival
du 5/10/2022 au 16/10/2022
Festival Caribulles à Baie Mahault (Guadeloupe)
Du 6 au 22 octobre 2022, (...)
du 6/10/2022 au 22/10/2022
Exposition-vente - Laurent Bidot - à la Galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Festival
du 8/10/2022 au 9/10/2022
La Foire aux Images - Festival BD Lagrasse (Aude)
Exposition
du 14/10/2022 au 16/11/2022
Rencontre avec Elene Usdin à Villemonble (93)
Salon
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Fête de la BD de Jeumont
Festival
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Festival de la BD engagée du Choletais
Du 27 octobre au 12 novembre
du 27/10/2022 au 12/11/2022
Exposition-vente - Benjamin Benéteau - à la galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Agenda BD novembre 2022
Du 17 novembre au 3 décembre
du 17/11/2022 au 3/12/2022
Exposition-vente - Hugues Labiano - à la Galerie de La Bande Dessinée (Bruxelles)
Newsletter ActuaBD