Jeunesse

Pas de baiser pour maman - Par Mathieu Sapin, d’après Tomi Ungerer - Éditions Rue de Sèvres

Par Patrice Gentilhomme le 19 octobre 2022                      Lien  
En adaptant l'un des succès de Tomi Ungerer en bande dessinée, les Éditions Rue de Sèvres entreprennent de recycler l'oeuvre du grand illustrateur. Faut-il préférer l'original à la copie ?

Trois ans après sa disparition, le dessinateur alsacien investit peu à peu le monde de la bande dessinée. Après un biopic réalisé par l’éditeur Félès, la Farde perdue d’Emmanuel Murzeau, c’est au tour de Mathieu Sapin de s’intéresser à l’un des principaux albums du maître.

Jo est un chat adoré, voire étouffé par une mère pour le moins assez possessive. D’un caractère bien trempé, le chaton connaît pas mal de problèmes avec ses parents, ses amis, l’institutrice et d’une manière générale tout son entourage. Comment sa maman, madame Chattemite pourra-t-elle s’y prendre pour témoigner de son affection à son insupportable rejeton ? Bien qu’elle ne ménage pas sa peine, celui-ci ne semble plus supporter cette maman beaucoup trop câline. Jo résiste, continue de manifester son hostilité de manière souvent brutale et disproportionnée jusqu’au jour où il va trop loin !

Pas de baiser pour maman - Par Mathieu Sapin, d'après Tomi Ungerer - Éditions Rue de Sèvres

Cette histoire fait partie des grands classiques créés par Tomi Ungerer et figure encore aujourd’hui en bonne place dans les bibliothèques et les écoles au même titre que Les Trois Brigands ou Le Géant de Zéralda. Immense illustrateur disparu en 2019, Tomi Ungerer ne s’est pas contenté de produire des affiches, des dessins humoristiques ou des annonces publicitaires, il a conçu de nombreux albums publiés par l’École des Loisirs. Toujours provocateur et iconoclaste, il a su proposer des récits originaux, souvent en rupture avec l’image traditionnelle de la littérature jeunesse, se jouant de la frontière entre bons et méchants, considérant par là ses jeunes lecteurs doués de maturité et de sagesse.

Ici encore, avec ce chaton insupportable, il interroge les rapports mère-fils avec humour mais aussi avec acuité et finesse. À l’heure de l’enfant-roi et où l’on ne compte plus la remise à plat de certains modèles éducatifs, cette histoire conserve toute sa force.

Depuis sa création, Rue de sèvres a largement puisé dans le catalogue de l’École des Loisirs, sa maison-mère, pour proposer des adaptations en bande dessinée de quelques-uns des grands succès de l’éditeur. Ce fut notamment le cas avec Les Mémoires d’un chat assassin d’Anne Véronique Deiss ou encore de la série Pome, Mauve, Verte de Marie Despleschin. Cette fois c’est Mathieu Sapin, auteur déjà présent chez l’éditeur qui nous propose sa version.

On peut s’interroger sur l’opportunité d’une telle initiative, Mathieu Sapin reprend le trait d’Ungerer en le contraignant à la narration en cases jusque dans le choix d’une colorisation en variante de gris. Sans doute trop soucieuse de rester fidèle à l’original, cette adaptation ne se distingue pas graphiquement de l’album des origines, le texte est lui même repris de manière intégrale.

Cette reprise si fidèle (trop ?), s’apparente davantage à une réplique de l’original en s’éloignant d’une création insolite et attrayante. Trop sage et trop proche du style de l’œuvre originale, elle peine non seulement à séduire ou à nous surprendre comme on pouvait s’y attendre compte tenu de l’esprit provocateur et iconoclaste de son créateur. On voit mal ce qui justifie cette publication et surtout en quoi elle sert la création du célèbre artiste..

Tout au plus, peut-on penser que cette reprise incite à relire les albums initiaux.

Avant cette adaptation, l’histoire a fait l’objet d’un album jeunesse publié par L’École des Loisirs en 1976.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782810202898

Rue de Sèvres ✏️ Mathieu Sapin tout public Adaptation littéraire Jeunesse France 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
3 Messages :
PAR Patrice Gentilhomme  
A LIRE AUSSI  
Jeunesse  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD