Newsletter ActuaBD

« Tout dans cette BD est authentique » (Madeleine Riffaud) [PODCAST]

  • Aujourd'hui 20 août 2021 paraît en librairie "Madeleine, Résistante T. 1 : La Rose dégoupillée", le premier tome d’une trilogie sur la vie de Madeleine Riffaud, qui aura 97 ans le 23 août, journaliste, écrivaine et poétesse française, résistante pendant la Seconde Guerre mondiale et actrice de la Libération de Paris. Une légende.
    À l'initiative de Jean-David Morvan, elle raconte sa guerre, l’album retraçant ces étapes cruciales de sa vie, de l’épisode où elle prend l'initiative d’assassiner un officier allemand, à celui qui conte l’attaque d’un train chargé de soldats de la Wehrmacht, faits prisonniers en gare de Ménilmontant. Un travail de mémoire dantesque qui a été réalisé par Jean-David Morvan et Dominique Bertail, qui en dessine chaque détail, et approuvé par Madeleine en personne.

Nous sommes accueillis chez Madeleine Riffaud par Jean-David Morvan, dont nous suivons la silhouette massive dans d’étroits escaliers parisiens. C’est haut, et sans ascenseur. En poussant une porte, nous arrivons dans un salon élégant, une véritable boutique à souvenirs, où Madeleine nous attend dans son canapé.

Rideaux tirés pour éviter la lumière, odeur de tabac flottant dans l’air, cage à canaris gazouillants, l’intérieur est marqué par autrefois, empli de souvenirs forts. C’est Jean-David qui inaugure les présentations : il nous détaille l’idée sous-jacente de l’album Madeleine, Résistante, né après le visionnage d’un documentaire, portait de trois résistantes, dont Madeleine. Mais c’est elle qui crève l’écran. JDM veut la rencontrer et faire une BD avec elle ! C’est visible : elle et lui s’entendent comme larrons en foire.

Il y a la conscience qu’elle est l’un des derniers témoins de cette époque de notre histoire. La première fois qu’il l’aborde, c’est au téléphone, à l’occasion du 77e anniversaire de la Libération. L’idée de narrer son parcours à travers le médium de la BD est soumise par Madeleine à Jorge Amat, réalisateur en 2020 du documentaire Les Sept vies de Madeleine Riffaud. « - C’est génial ! » répond le cinéaste. C’est le déclic. Après plusieurs discussions, Madeleine et Jean-David suivent leur intuition : la mémoire de la Résistante et poétesse sera déclinée sous la forme d’une trilogie graphique. C’est le talentueux Dominique Bertail qui est au dessin. Et le rendu est sublime.

« Tout dans cette BD est authentique » (Madeleine Riffaud) [PODCAST]
Une BD de Jean-David Morvan, servi par l’exceptionnel dessin de Dominique Bertail.
© Dupuis
Madeleine Riffaud : 97 ans, le 23 août.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

La prodigieuse mémoire de Madeleine, qui avec l’âge vient parfois par à-coups, lui permet de nous raconter sa vie avec force détails, dont le point de départ est sa naissance, en 1924. Madeleine Riffaud naît dans la Somme de parents instituteurs.

Lorsque, en 1940, elle et d’autres réfugiés sont attaqués par la Luftwaffe qui les mitraille alors que, innocents et désarmés sur les routes de l’Exode, ils se rendent vers le Sud-Ouest « nono » (non occupé), Madeleine décide de partir pour Paris résister à l’envahisseur.

Par le détour d’un sanatorium (c’est raconté dans l’album), elle a 18 ans quand elle s’engage dans les FFI (Forces françaises de l’intérieur) sous le nom de code « Rainer », d’après l’écrivain autrichien Rainer Maria Rilke et, en prélude du soulèvement parisien de 1944, son groupe reçoit l’ordre d’abattre un haut gradé nazi. C’est elle qui tiendra le pistolet. Malchance : elle est faite prisonnière par la Gestapo, elle est torturée mais ne parle pas et se retrouve condamnée à mort.

Elle est libérée lors d’un échange chanceux de prisonniers et reprend ses missions dans la Résistance. Sa nouvelle mission est d’ailleurs extrêmement périlleuse : elle doit attaquer, avec seulement trois hommes sous ses ordres, un train de soldats allemands qui s’apprête à prendre à revers les résistants parisiens. L’opération peut faire échouer l’insurrection. À coup de dynamite et de fumigènes, Madeleine parvient à arrêter les Allemands, à les faire prisonniers (80 hommes !) et à récupérer leurs armes. Une victoire militaire décisive !

© Madeleine Riffaud / Editions Michel Lafon

Lors de la Libération de Paris, Madeleine fête ses 20 ans. Désireuse de rejoindre l’armée française, elle n’y est pas autorisée : elle est mineure (il fallait 21 ans à l’époque) et c’est une femme ! Elle se tourne alors vers une carrière de correspondante de guerre pour les quotidiens Ce Soir puis L’Humanité, en plus d’écrire une anthologie de poésie et des romans, dont le best-seller Les Linges de la nuit en 1974, réédité le 26 août 2021. Son parcours la fera rencontrer Ho Chi Minh et Picasso (qui devient son ami), couvrir la guerre d’Indochine puis celles d’Algérie et du Vietnam, échapper à des tentatives de meurtre politique, et, finalement, relater son vécu traumatisant de 1939-1945 à l’occasion des 50 ans de la Libération. Une mission qu’elle explique par le besoin d’honorer la mémoire de ses pairs tombés au combat, elle qui fut elle-même décorée d’une Croix de Guerre et de la Légion d’Honneur.

© Jean-David Morvan, Dominique Bertail, Madeleine Riffaud / Aire Libre

C’est cette vie spectaculaire et cette lutte digne d’admiration qui font aujourd’hui l’objet d’un triple album de Jean-David Morvan, dessiné par Dominique Bertail et validé par Madeleine Riffaud qui a salué la qualité et la quantité de travail fourni pour sortir ce bien bel ouvrage. Interviews, prises de photos sur les lieux cités dans l’album, travail de documentation, l’album est le résultat d’une colossale investigation qui a fait l’admiration de Madeleine et qui mérite toute notre attention. Écoutez le podcast où l’on retrouve JD Morvan et Madeleine ! Nous vous en reparlerons dans quelques jours.

En médaillon : Photo de Madeleine Riffaud / DR - Dupuis
En logo de survol : Photo par Auxence Delion

(par Auxence DELION)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Précommander "Les Linges de la nuit", réédité le 26 août 2021

- Précommander "Madeleine, résistante T. 1 : La Rose dégoupillée"

Le podcast est audible sur différentes plateformes :

- Découvrir sur Spotify
- Découvrir sur Anchor
- Découvrir sur Breaker
- Découvrir sur Google Podcasts
- Découvrir sur Apple Podcasts
- Découvrir sur Pocket Casts
- Découvrir sur Radio Public

Tous nos articles sur Madeleine Riffaud sont à retrouver ici :
- Madeleine Riffaud ou l’art de résister
- Madeleine Riffaud, figure de la Résistance, se raconte dans la collection Aire Libre
- Madeleine Riffaud : 15 août 1944...

Photos en médaillon : D. Pasamonik (L’Agence BD) et JD Morvan.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Très bel album qui rend un formidable hommage à Mme Riffaud, ainsi qu’à toutes celles et ceux qui dans la Résistance, sont tombés pour rester libre. Si l’on veut qu’une grande majorité de jeunes découvrent son histoire, l’album devrait servir de support de cours.

    Répondre à ce message

  • Or donc, on nous aurait menti, toute la France aurait été résistante entre l’armistice et la libération ... si l’on en juge par l’avalanche de BD sorties ces dernières années ? Petit-fils de résistant et de déporté, j’en discute avec mon libraire spécialisée BD, qui est dans le même cas (même si le destin de nos familles ne constitue en aucun cas un brevet de vertu pour nous-même)... et lui comme moi, nous nous demandons : cela ne deviendrait-il pas contre-productif ? N’y aurait-il pas comme un petit relent de rachat de conscience à bon compte ? voire une simple mode pour faire de la "quick monnaie" avec de grands sentiments ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 21 août à  17:16 :

      Il y a aussi beaucoup de livres sur la collaboration. Et il y a longtemps que ce débat a été éclairé par des historiens compétents. Relisez Robert Paxton.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 23 août à  11:48 :

      "contre-productif " ?!?
      En tant que petit fils de résistant, vous dévriez plutot vous réjouir que la parole soit diffusée par le témoignage de madame Riffaud sur cette période d’occupation de la France par les nazis.
      En sachant que les témoins de cette période sont de moins en moins nombreux, c’est une chance d’avoir cette parole et d’y être attentif plutot que des questions d’un petit fils de.
      Quant au relent de bonne conscience à bon compte, ce fut le cas dés 1944 à la libération, avec une chappe de plombs jusqu’au grand procés de papon en 1998 où la collaboration française avec les nazis à été mis au grand jour, mais pas que.
      "quick monnaie"
      d’où ma réponse à votre commentaire que je trouve complétement déplacée.

      Pour info les auteurs et Madeine Riffaut seront au Mans le 27 aout pour une rencontre à la librairie Bulle
      https://www.librairie-bulle.fr/auteur-bd/#ancre8578

      Répondre à ce message

    • Répondu par Picard le 28 août à  20:42 :

      La bd permet de toucher un autre "public", le fait de mettre en lumière une femme résistante, de donner la parole à cette femme extraordinaire qui a eu plusieurs vies (la résistance n est que le début pour elle qui n avait que 20 ans en 44), bref, il y a tant de raisons pour mettre en valeur et en lumière Madeleine. Et pour ce qui est de l appât du gain, cette bd est un véritable travail d’historien, qui a demandé tellement de temps....donc tout sauf de l argent vite gagné !!!

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD