Actualité

Intégrales à mettre sous le sapin : la période réaliste de Tillieux

Si Maurice Tillieux reste l'une des figures du dessin d'humour semi-réaliste avec "Gil Jourdan" et "Félix", moins nombreux sont les amateurs qui connaissent également la période réaliste des années 1947-51 qui en est à l'origine. Heureusement, les Éditions de l’Élan comblent cette lacune éditoriale en rassemblant tous ses courts récits réalistes en une seule intégrale.

S’il y a bien un petit éditeur qui ne se repose jamais sur ses lauriers, ce sont bien les Éditions de l’Élan ! Après avoir terminé en beauté l’intégrale de Félix avec onze volumes publiés en cinq ans avec une régularité de métronome, le responsable-passionné de cette petite structure Daniel Depessemier avait enchaîné avec une nouvelle édition de l’intégrale d’une autre série moins connue de Maurice Tillieux, qu’il avait réalisée au début de sa carrière pour Héroïc-Albums : Bob Bang

Lors de la présentation de ce gros volume de près de 150 pages, l’éditeur nous avait également annoncé travailler sur un autre pan méconnu de l’œuvre de Maurice Tillieux : ses aventures réalistes, parues dans la même revue. Ce nouveau volume vient de paraître il y a quelques jours.

Intégrales à mettre sous le sapin : la période réaliste de Tillieux

Respectant la maquette initiale des Félix, Daniel Depessemier a rassemblé les douze récits réalistes réalisés par Tillieux entre 1947 et 1951. Les amateurs savent qu’ils étaient déjà parus chez Michel Deligne en 1981 en trois albums, avec des extraits d’autres aventures plus ou moins inédites en album. Mais la qualité de reproduction de l’époque n’était pas aussi bonne qu’actuellement, et surtout, la totalité de l’album était en noir et blanc, et n’intégrait donc pas les pages-titres en couleur, ni les pages d’annonce. Rien à voir, donc, avec l’épais volume de 208 pages qui vient de sortir !

A gauche : une titraille extraite de l’intégrale qui vient de paraître ; à droite : la version de l’album de Deligne de 1981.

« Nous disposons aujourd’hui de moyens de reproduction bien plus sophistiqués et abordables qu’à l’époque, analyse Daniel Depessemier. Nous avons tout rescanné et avons réalisé un travail de bénédictin pour obtenir une qualité la plus proche possible de l’original. Un investissement considérable en temps et en fignolages, dont les lecteurs ne se rendent pas toujours compte, mais qui est critique pour restituer le plaisir de la découverte de l’œuvre de Tillieux. »

Un dessinateur qui cherche sa voie

Replaçons les éléments dans leur contexte : alors qu’il est déjà en train de réaliser les aventures de Bob Bang dans un style semi-réaliste qui lorgne vers celui d’Hergé, Tillieux s’essaie en 1947 à un style plus réaliste pour une série de courts récits. Le dessinateur, encore débutant, a 26 ans et le directeur d’Héroïc-Albums l’encourage dans cette voie, qui est celle des modèles américains que l’on retrouve dans les comics ramenés par les soldats américains.

« Dans l’​immédiat après-guerre et au moins jusqu’aux années 1960, les Américains restaient nos idoles, explique Daniel Depessemier, Ils nous avaient libérés ! Et en plus, ils nous avaient apporté de​ nombreux produits qui nous étaient inconnus : le cinéma, le roman noir, le Coca-Cola, le ketchup… et leurs bandes dessinées. Tout ce qui venait des États-Unis nous paraissait formidable, et nous semblait avoir au moins 15 à 20 ans d’avance ! »

Il poursuit : « Le tout premier récit réaliste de Tillieux, intitulé "La Ville morte" reste mon préféré ; Tillieux s’est basé sur l’histoire authentique de Fawcett, cet explorateur disparu en 1925, bien avant qu’Henri Vernes n’y consacre un Bob Morane sept ans plus tard. »

Parfois, Tillieux s’écartait du traditionnel quatre bandes pour donner plus de punch à sa séquence, comme ici pour "Bill Sanders".

Les neufs récits qui suivent vont alors dans toutes les directions, comme si Tillieux s’essayait à tous les styles pour repérer celui qui lui conviendrait le mieux. Il y a trois histoires de western avec le héros Bill Sanders, un péplum, un récit plus exotique, ainsi que deux histoires policières mettant en scène un certain Inspecteur Law.

Pour Daniel Depessemier, spécialiste de l’œuvre de Maurice Tillieux, « Les deux histoires de l’Inspecteur Law sont intéressantes, mais elles n’arrivent pas à la cheville des intrigues de Félix qui ont suivi. Ils étaient inspirés de romans policiers qui étaient de petits chefs-d’œuvre. »

Chaînon manquant

Après ces dix histoires réalistes, Tillieux renoue avec le semi-réalisme utilisé dans Bob Bang pour lancer un nouveau personnage en 1949 : Félix que nos lecteurs connaissent bien maintenant.

En dépit du succès qu’il atteint progressivement avec Félix, Tillieux marque une pause en 1951. Pendant plusieurs mois, au grand dam de ses lecteurs, il ne publie plus de nouveaux récits. Cette interruption des enquêtes de Félix s’explique par sa volonté de revenir au récit réaliste, et la recherche de documentation pour un long récit de guerre en deux épisodes, qui lui impose bien des recherches.

Ces deux histoires méritent le détour : mieux réalisées que les précédentes, c’est un échange de dialogues ciselés qui met en scène le macho Lieutenant Curtis et la belle journaliste Rikky Caufield. Surtout que cette intégrale rajoute le programme non-stop de deux bandes qui était absent chez Deligne.

« Tillieux m’avait expliqué qu’il avait reçu des lettres à l’époque, l’enjoignant à ne pas abandonner Félix. Il pensait que ses histoires réalistes auraient un grand impact. Et c’est vrai que tout le monde les a achetées... car c’était Tillieux ! Mais c’était surtout Félix qui intéressait les lecteurs. Puis, il en a certainement discuté avec Fernand Cheneval, le directeur d’Héroïc-Albums... avant de revenir à son détective, auquel le public commençait à vraiment s’attacher ! »

Au final, ce dernier baroud d’honneur sur le terrain réaliste aura surtout permis à Tillieux de s’émanciper des dessinateurs américains qui étaient ses modèles, son style lui suffit désormais : « Après Hergé sur Bob Bang, Tillieux s’est laissé influencer par Milton Caniff. Il se cherchait encore. Entre le dernier Félix qu’il dessine avant les deux dernières histoires réalistes, et celui qu’il reprend par la suite, on voit que son trait a évolué. »

Les récits de guerre l’inspirent : « Il y a une histoire de Félix basé sur la Guerre de Corée et une autre qui se déroule pendant la Guerre d’Indochine. Mais il s’agit davantage de polars que de récits militaires, d’ailleurs ces histoires ont servi de base aux aventures de Gil Jourdan "Le Chinois à deux roues" et "La Guerre en caleçon". »

Ces albums sont complétés par des dossiers historiques qui permettent de situer chaque histoire de Tillieux dans leur contexte créatif. Une deuxième contribution signée Étienne Borgers s’intéresse aux magazines francophones sous influence américaine. Passionnant !

Extrait du dossier qui retrace les sources de chacun des récits.

Ces aventures réalistes complètent notre connaissance du passionnant Tillieux, avant qu’il n’entre dans l’équipe du Journal de Spirou... Mais ceci est une autre histoire !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782931072035

Intégrale des Histoires réalistes de Maurice Tillieux dans les Héroïc-Albums (1947-1951) - Éditions de l’Élan. 208 pages, 39 €

Sur le même sujet, lire :
- L’intégrale de [Bob Bang dans Quoi de neuf ? Toujours Tillieux !
- Coup de cœur patrimonial : dernier volume de l’intégrale de Félix par Maurice Tillieux
- Les intégrales de l’été : Félix, toujours gaillard !
- Décès de René Follet, un dessinateur vigoureux et un grand illustrateur
- Tillieux, retour aux sources
- Les intégrales de l’été (1ère partie) : Félix, enfin le tome 1 !
- L’heureux retour de Félix de Maurice Tillieux, juste à temps pour les fêtes !
- La formidable édition de l’Intégrale Félix de Maurice Tillieux
- Le "Félix" de Maurice Tillieux se décline en album et en portfolio

À propos de Maurice Tillieux, lire également :
- Le Lac de l’homme mort – Les Aventures de Marc Jaguar – Par Maurice Tillieux - Dupuis
- Maurice Tillieux, passionnément
- Le prélude bruxellois à la célébration de l’« Héroïc Tillieux »
- Héroic, biographie en images de Maurice Tillieux - Editions Daniel Maghen
- Tintin, Gil Jourdan... La bande dessinée commentée
- Hugues Dayez : « Tout le monde a toujours dit : « Tillieux, c’est le Michel Audiard de la BD », pour moi ce n’est pas vrai et j’explique pourquoi. »
- Gos : « J’ai repris le dessin de Gil Jourdan suite à un gag ! »
- M’sieur Maurice et la Dauphine jaune - Par Bruno Bazile - Treize Etrange
- L’Aventure des Héroïc-Albums : le "testament" de Thierry Martens
- Des récits de Tillieux, dans Des intégrales sous le sapin
- François Walthéry : "Natacha a été créée pour qu’Yvan Delporte puisse aller voir les filles, le saligaud !"
- Délicieuses pépites du patrimoine franco-belge (avec les aventures d’Ange Signe)
- Zappy Max : « René Goscinny m’a servi de nègre. »
- Quoi de neuf ? Tillieux parbleu !
- Régine Tillieux : "Je pense que mon père n’était pas conscient d’être un des grands scénaristes de BD de son époque."
- Gil Jourdan, l’intégrale : une leçon d’édition
- Gil Jourdan, un chef-d’œuvre de référence de la BD belge
- Michel Deligne : « J’ai toujours fonctionné au sentiment »
- Félix, l’intégrale chez Niffle : T6 et T7

Éditions de l’Élan ✏️ Maurice Tillieux à partir de 10 ans Aventure 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Intégrale à mettre sous le sapin à condition d’habiter en Belgique et de se presser car les éditions de l’élan ont décidé de ne plus passer par Amazon ce qui m’a permis de me procurer certains numéros des intégrales Félix et Bob Bang. De plus l’élan refuse les chèques bancaires et les cartes bleues. Du moment qu’ils vendent leur stock ils se moquent que certaines personnes ne puissent profiter de cette réédition de qualité.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pol le 20 décembre 2021 à  12:19 :

      C’est un bon choix commercial je trouve.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alain ANDREY le 20 décembre 2021 à  16:21 :

        "Ni chèques bancaires ni carte bleue". Alors comment faire pour se les procurer ? Venir sonner à leur porte et régler directement en espèce ? Envoyer des billets de banque sous enveloppe par la poste ?? Jusqu’à présent, mon libraire (français, mais spécialisé en BD depuis 1974) en "dealait" (en quantité limitée). Mais avec l’esprit d’escalier qui me caractérise (ne pas bondir sur les nouveautés) j’ai manqué une bonne part des "Felix", maintenant non disponibles
        ...

        Répondre à ce message

    • Répondu par pierre le 20 décembre 2021 à  12:46 :

      Quelle drôle (?) d’idée d’acheter des livres sur amazon !
      Il y a dans le réseau canal bd, par exemple, de nombreuses librairies qui font les expéditions....

      Répondre à ce message

      • Répondu par Richard Gorau le 21 décembre 2021 à  09:04 :

        Bonjour. Nous avons pu commander et nous faire livrer en France cette intégrale en passant par "Forbidden Zone" à Saint Gilles.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Philippe Dachouffe le 21 décembre 2021 à  10:21 :

        Pour info, chers amis français, les chèques n ’ont plus cours en Belgique depuis des décennies.
        UUn ami parisien les trouve facilement chez son spécialiste BD.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Belaval renaud le 13 février à  12:22 :

        Depuis que les éditions de l’élan ne travaillent plus avec Amazon , il m"est impossible d’avoir cet album. Les libraires indépendants ne courent pas les rues et pour commander aux éditions de l’élan il faut envoyer un mandat vu que ceux ci ne prennent pas les chèques et les cartes bleues "vive le progrès" on est en 2022 non ? Du coup certains les revende à plus de 100 euros. Je ne crois pas que ce soit ça qu’aurait voulu le grand Maurice Tillieux.

        Répondre à ce message

Dans la rubrique Actualité
Derniers commentaires
Agenda BD août 2022
Du 25 août au 23 septembre (...)
du 25/08/2022 au 23/09/2022
Exposition-vente virtuelle - Romain Baudy - à la galerie Comic Art Factory (Bruxelles)
Festival
du 27/08/2022 au 28/08/2022
11e Festival BD "De Bulles en Bulles" (Hotton, Belgique)
Agenda BD septembre 2022
Exposition
du 10/09/2022 au 17/09/2022
Exposition Pascal Graffica à Strasbourg
Exposition
du 15/09/2022 au 1er/10/2022
Expo - Coco : dessins félins et autres bestioles (Paris)
Dedicace
du 21/09/2022 au 21/09/2022
Séance de dédicace avec Libon et Julien Solé
Exposition
du 22/09/2022 au 8/10/2022
Exposition "Ana & l’Entremonde" de Cy.
Salon
du 24/09/2022 au 25/09/2022
Salon "La BD prend l’air", 23e édition
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
8e Festival BD de Sainte-Livrade-sur-Lot
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
1er Salon de la BD Jeunesse à Paris 15
Agenda BD octobre 2022
Exposition
du 5/10/2022 au 5/10/2022
GIBERT dédicace : Ruben del Rincon
Festival
du 5/10/2022 au 16/10/2022
Festival Caribulles à Baie Mahault (Guadeloupe)
Du 6 au 22 octobre 2022, (...)
du 6/10/2022 au 22/10/2022
Exposition-vente - Laurent Bidot - à la Galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Festival
du 8/10/2022 au 9/10/2022
La Foire aux Images - Festival BD Lagrasse (Aude)
Exposition
du 14/10/2022 au 16/11/2022
Rencontre avec Elene Usdin à Villemonble (93)
Salon
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Fête de la BD de Jeumont
Festival
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Festival de la BD engagée du Choletais
Du 27 octobre au 12 novembre
du 27/10/2022 au 12/11/2022
Exposition-vente - Benjamin Benéteau - à la galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Agenda BD novembre 2022
Du 17 novembre au 3 décembre
du 17/11/2022 au 3/12/2022
Exposition-vente - Hugues Labiano - à la Galerie de La Bande Dessinée (Bruxelles)
Newsletter ActuaBD