Les 10 mangas à découvrir ou redécouvrir sur le salon Japan Expo 2022

  • À la veille de l’ouverture de la Japan Expo 2022, alors que toute l'équipe d'ActuaBD est sur le pied de guerre (suivez-nous sur les réseaux sociaux !), la rédaction d’Actua BD vous propose de découvrir ou redécouvrir dix mangas qui nous semblent marquer l'actualité cette année et que l'on pourra retrouver à la Japan ou, plus simplement, chez votre dealer de mangas favori !
Les 10 mangas à découvrir ou redécouvrir sur le salon Japan Expo 2022

GENTLEMAN CAMBRIOLEUR. Noté favori de la rédaction. La réédition en dix volumes, chez Kurokawa, du Arsène Lupin de Takashi Morita fait l’enthousiasme de Marc Vandermeer : « Un premier tome qui donne le ton à cette série fidèle aux recueils de nouvelles de Maurice Leblanc. Suivi d’un deuxième et troisième tomes sous-titrés Gentleman-Cambrioleur qui ne déméritent pas. Chaque aventure est minutieusement reprise et dessinée dans un style classique, un peu rétro, mais hautement magnétique. Les lecteurs ne s’y méprendront pas : Takashi Morita est certainement l’un des plus grands fans de ce héros à la fois guilleret, intelligent et attachant quand ses faiblesses sont mises à jour. »

IN MEMORIAM. Un an après le décès du mythique auteur de Berserk, Kentaro Miura, Glénat vient tout juste de sortir l’ultime tome de la série. Un lecture qui a ému Jaime Bonkowski de Passos : « Un an a passé et pourtant, l’émotion est toujours là. La sensation de lire une œuvre qui nous dépasse, une grande saga dans tous les sens du terme. Ce tome est le point final, la dernière contribution de Kentaro Miura à Bersek. Il ne conclut pas l’intrigue développée au cours des 40 tomes, il ne nous offre pas un bouquet final à la hauteur de ce qu’aurait pu et dû être la "vraie" conclusion, mais l’auteur y termine sa route dans un flottement et un soupir, qui laissent un sincère vague à l’âme. »

CULTE AUSSI. Toujours du même auteur et du même éditeur, Jaime Bonkowski de Passos propose aussi Dur-An-Ki. « Le dessin est saisissant, particulièrement lumineux pour souligner le caractère mythologique et hors du temps des environnements et des personnages. On retrouve, comme souvent dans les histoires de Miura, des personnages complexes et une figure particulièrement drôle et mignonne, ici avec Pan, qui rappelle beaucoup Puck dans Berserk. »

COSMOTIQUE. Chez Ki-oon, éditeur français, Marc Vandermeer a mis en avant La Danse du soleil et de la lune de Daruma Matsuura. Un récit qui tient sa force du « mystère qui englobe ses personnages. Alors que la magie venait d’un étrange rouge-à-lèvres dans sa première série, dans La danse du Soleil et de la Lune, l’autrice s’ingénue à semer des particularités fantastiques de page en page. »

POUR FRISSSONER. Jérôme Blanchon vous propose Sensor de Junji Ito chez Mangetsu. «  Un album esthétiquement impeccable qui, s’il n’est pas le meilleur de l’auteur, permet de découvrir une partie de son univers. Il faut noter la réalisation irréprochable de l’ouvrage par l’éditeur, réalisant un très bel objet avec jaquette, vernis sélectif et dorure. Une qualité appréciée qui, si tous les ouvrages bénéficient du même soin, donne envie de découvrir le reste du catalogue. »

MANFRA. Jaime Bonkowski de Passos revient pour vous proposer le porte-drapeau des mangakas français : Ripper par Jeronimo Cejudo à retrouver chez Ankama. Un manga au parcours atypique. «  Ripper a fait le plus de bruit sur internet et particulièrement Twitter. Avec un compte à plus de 6500 abonnés, Jeronimo Cejudo est très intégré à l’écosystème du manfra en ligne, une communauté d’auteurs tricolores fans et créateurs de mangas qui, à grand coup de retweets et de likes, dynamisent tout le secteur en se partageant mutuellement leur visibilité.  »

BEAU COMME L’ANTIQUE. C’est au tour d’Aurélien Pigeat de vous proposer Olympia Kyklos, de Mari Yamazaki chez Casterman. Un ouvrage où «  la confrontation des époques nourrit activement l’humour et permet au titre de se situer dans une veine de comédie dans laquelle la mangaka excelle. On conserve un ton globalement enjoué au sein d’une lecture à la fois plaisante et cultivée. La connaissance par Mari Yamazaki ne fait aucun doute et la fin des volumes regorge d’éléments historiques et culturels précieux. Mais c’est par deux autres aspects qu’Olympia Kyklos va indéniablement plus loin que Thermae Romae et s’impose comme œuvre d’importance et non comme simple resucée amusante. »

BEST SELLER. Marc Vandermeer a aussi encensé Spy x Family par Tatsuya Endo chez Kurokawa, une série au top des ventes dans le baromètre de Datalib : « Une série avec une mission plus qu’impossible et des protagonistes de plus en plus attachants au fil des pages. Le style graphique rend chaque personnage d’une beauté élégante, aux corps sveltes et aux mouvements aériens, face à d’autres plus vilains, petits et parfois débonnaires. Une saga remplie de mystères, allant de secret en secret au fur et à mesure que les interactions sociales s’intensifient…"

SORTILÈGES. La Sorcière aux Champignons de Tachibana Higuchi chez Glénat a marqué Jaime Bonkowski de Passos : « Le trait de l’autrice est caractéristique du registre, bien plus vaporeux et "transparent" que le style shonen, et également bien plus expressif. Ici, Higuchi (qu’on connaissait déjà pour son très beau L’Académie d’Alice, Glénat) dépeint un univers classique de soft heroic fantasy fait de librairies, d’apothicaires et de cabanes dans la forêt. Pas de donjon sinistre, d’armées aux armures rutilantes et de sortilèges explosifs : on se pose, on prend le temps, et on se balade dans un monde tout ce qu’il y a de plus wholesome »

BANDE SON. Pour finir, Malgorzata Natanek nous présente Oneira de CAB et Federica Di Meo, que vous pourrez retrouver sur le stand Kana à la Japan Expo. Un manga surprenant qui contient un QR code qui « mène à un album musical spécialement conçu pour cette œuvre et composé par Amsø. Cette particularité est censée retranscrire l’ambiance de l’univers de CAB et de Federica Di Meo. Une autre originalité l’accompagne : les dernières pages du tome présentent des extraits d’un grimoire qui décrivent certains monstres et mots techniques propres à l’histoire. »

Dix séries de choix, comme vous avez pu le constater.

En route pour la Japan !!!
Photos : D. Pasmaonik (L’Agence BD)

(par Kelian NGUYEN)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Meilleures ventes BD
🔍 Avis Actuabd 📖 Feuilleter 🛒 Acheter

1 🔍 📖 🛒 Le Monde Sans Fin
2 🔍 📖 🛒 Les Cahiers D'esther T.07 - Hi
3 🔍 📖 🛒 Guacamole Vaudou
4 🔍 📖 🛒 Spy X Family T.08
5 🔍 📖 🛒 My Hero Academia T.33 - The Ne
6 🔍 📖 🛒 Spy X Family T.01
7 🔍 📖 🛒 Demon Slayer T.23
8 🔍 📖 🛒 Elles T.02 - Universelles
10 🔍 📖 🛒 One Piece T.01
11 🔍 📖 🛒 Spy X Family T.02
12 🔍 📖 🛒 Elles T.01 - La Nouvelle(s)
13 🔍 📖 🛒 Spy X Family T.03
14 🔍 📖 🛒 Spy X Family T.04
15 🔍 📖 🛒 Dragon Ball Super T.17
16 🔍 📖 🛒 One Piece T.02
17 🔍 📖 🛒 Mortelle Adele T.01 - Tout Ca
18 🔍 📖 🛒 One Piece T.03
19 🔍 📖 🛒 Demon Slayer T.22
20 🔍 📖 🛒 Naruto T.01
21 🔍 📖 🛒 Spy X Family T.07
22 🔍 📖 🛒 Demon Slayer T.01
23 🔍 📖 🛒 Les Nouvelles Aventures De Lap
24 🔍 📖 🛒 Les Cahiers D'esther T.01 - Hi
25 🔍 📖 🛒 Spy X Family T.05
26 🔍 📖 🛒 Spy X Family T.06
27 🔍 📖 🛒 Zai Zai Zai Zai
28 🔍 📖 🛒 Les Reflets Du Mondeen Lutte
29 🔍 📖 🛒 Kaiju N8 T.05
30 🔍 📖 🛒 One Piece T.04
31 🔍 📖 🛒 Mortelle Adele T.09 - La Rentr
32 🔍 📖 🛒 One Piece T.05
34 🔍 📖 🛒 One Piece T.06
35 🔍 📖 🛒 Les Carnets De L'apothicaire T
36 🔍 📖 🛒 Mortelle Adele T.03 - C'est Pa
37 🔍 📖 🛒 One Piece - Edition Originale
38 🔍 📖 🛒 Naruto T.02
39 🔍 📖 🛒 Demon Slayer T.02
40 🔍 📖 🛒 Mortelle Adele Hors-serie - Mo
41 🔍 📖 🛒 Mortelle Adele T.08 - Parents
42 🔍 📖 🛒 One Piece T.07
43 🔍 📖 🛒 Berserk T.41 - Collector
44 🔍 📖 🛒 Mortelle Adele T.02 -l'enfer C
45 🔍 📖 🛒 Mortelle Adele T.04 - J'aime P
46 🔍 📖 🛒 Mortelle Adele T.12 - A La Pec
47 🔍 📖 🛒 Tokyo Revengers T.19
48 🔍 📖 🛒 Mortelle Adele T.05 - Poussez-
49 🔍 📖 🛒 My Hero Academia T.01
50 🔍 📖 🛒 Le Spirou D'emile Bravo T.05 -

Source : Datalib
A lire aussi sur ActuaBD :

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Le japon, ce pays dirigé par la parti libéral, non signataire de la charte des droits de l’homme et dans lequel la peine mort est encore appliquée, ou l’avortement est interdit sauf dans certains cas, un pays ou il est interdit d’enlacer et d’embrasser une personne dans la rue, ce pays qui discrimine les LGBTQIA et voilà qu’il nous faut bouffer leurs petits livres gris et tristes dessinés par des esclaves de l’industrie du divertissement de masse.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 14 juillet à  01:14 :

      Ça s’appelle la liberté. On peut s’honorer qu’elle s’exerce ici davantage qu’au Japon, comme vous le rappelez justement.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Alain ANDREY le 14 juillet à  19:10 :

      Nous (vous, moi....) avons précisément la liberté de ne pas être obligés de "bouffer" ce qui nous déplait. Et je trouve vos propos réducteurs et manquant de nuances. Nul pays/culture/gouvernement n’est parfait, et bien qu’il soit légitime d’en expliciter haut et clair ce qui nous déplait, celà ne doit ni occulter les aspects positifs, ni oublier la parabole de la paille et de la poutre. Par ailleurs, les, pour dire vite, artistes ne fusionnent pas avec les défauts d’un pays et le boycott "de principe" me semble spécieux. Précisons que je ne suis ni grand connaisseur, ni grand amateur de mangas, et qu’aucun de mes "favoris" ne figure dans la liste de l’article, titres que par ailleurs j’ignore mais que je serai peut-être amené à découvrir (pas certain que le descriptif m’y incite mais ce serait alors sans préjugé négatif).

      Répondre à ce message

    • Répondu le 15 juillet à  05:31 :

      Tout ça, c’est la faute au Club Dorothée !

      Répondre à ce message

Dans la même rubrique


En bref