François Boucq Grand Prix Saint-Michel 2019 : « Chaque lecteur est un héros que la bande dessinée doit éveiller »

13 octobre 2019 0 commentaire
  • Troisième partie de nos mini-interviews prises sur le vif après la remise des Prix Saint-Michel 2019 : François Boucq, Grand Prix de cette année, nous parle des liens qui l'unissent à Hermann, et de ce qu'une bande dessinée doit faire émerger chez le lecteur.

Connaissant le lien qui vous unit avec Hermann, je suis tout aussi étonné que content qu’il soit venu assister à cette cérémonie ! Lui qui n’est pas vraiment adepte de ces événements publics...

Il m’a appelé la semaine dernière pour prendre de mes nouvelles. Je lui ai alors dit que j’étais justement de passage à Bruxelles pour le Prix Saint-Michel, sans lui indiquer que j’allais être primé bien entendu, cela devait rester confidentiel. « - Alors, je viens », m’a-t-il répondu derechef.

Bien entendu, sa présence revêt une grande importance pour moi, car c’est l’un des dessinateurs de bande dessinée qui m’a le plus stimulé, surtout dans la voie du dynamisme, de la fluidité, ainsi que dans la cohérence du récit. Il m’a donné envie d’être un héros, comme les héros qu’il dessinait. J’avais envie d’être Bernard Prince. Cela paraît simple, mais en réalité, c’est fondateur. Le problème aujourd’hui est justement celui des héros. Les bandes dessinés nous donnaient auparavant la possibilité d’être héroïque le temps de la lecture. Fabriquer des héros de papier, permet de fabriquer aussi des héros-lecteurs.

François Boucq Grand Prix Saint-Michel 2019 : « Chaque lecteur est un héros que la bande dessinée doit éveiller »
François Boucq répond aux questions des journalistes dans la superbe cour de l’Hôtel de Ville de Bruxelles.
Photo : Yves Declercq.
Remise des Prix Saint-Michel 2019 : Hermann et Christophe Simon.
Photo : Yves Declercq

La bande dessinée est aussi passée par sa phase des antihéros…

Vous pouvez fabriquer un antihéros, car s’il parvient de se sortir de ses embrouilles, il acquiert tout de même le statut de héros.

La bande dessinée doit-elle donc avant tout faire rêver le lecteur, le transporter, lui permettre de s’identifier à des aventures, comment il s’en sortirait à la place des personnages de papier ?

Exactement. Vous avez défini ce que doit être la bande dessinée. Sa vocation est de permettre que le lecteur puisse s’identifier aux protagonistes, surtout au personnage principal. En tout cas à un personnage qu’il va déterminer être le personnage par lequel il va s’identifier. Nous possédons tous une capacité héroïque en nous, sauf que nous ne sommes pas toujours confrontés aux situations pour les révéler. La bande dessinée doit donc créer des situations pour que le lecteur puisse imaginer avoir été un héros dans ces circonstances.

Remise des Prix Saint-Michel 2019 : François Boucq aux côtés de Jean Van Hamme et son épouse Huguette.
Photo : Yves Declercq.

Un moyen pour valoriser le lecteur dans sa conscience de lui-même ?

Il faut faire éclore en lui sa propre dimension héroïque, qu’il n’a pas forcément su exploiter dans sa vie quotidienne. La bande dessinée sert de mise en exergue. Elle sort du lecteur un aspect positif de lui-même, de manière à ce que, dans sa vie de tous les jours, il se dise qu’il peut se permettre d’être un héros, même si la situation est moins exaltante.

Voulez-vous dire qu’une bande dessinée doit faire écho aux préoccupations du lecteur, même inconscientes, pour l’influencer, également après la fin de la lecture ?

Une bonne bande dessinée doit induire une identification à un état d’esprit qui va être fructueux pour le lecteur. Qu’il puisse se dire : « - Ah, oui, moi, je pourrais agir comme cela. »

François Boucq, aux côtés du traditionnel dessin de groupe qui rassemble tous les lauréats d’une promotion.
Photo : Charles-Louis Detournay.

Toujours sur ActuaBD, plus tard dans la journée : les dernières interview des lauréats des Prix Saint-Michel 2019.

Une partie des lauréats de cette année, François Boucq en grande discussion avec Jean Van Hamme, certainement l’auteur le plus récompensé depuis la naissance des Prix Saint-Michel
Photo : Jean-Jacques Procureur.

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

A propos des Prix Saint-Michel, lire également :
- Prix Saint-Michel 2019 : Laurent Astier, scénariste et dessinateur, récompensé pour son dessin
- François Boucq Grand Prix Saint-Michel 2019
- Prix Saint-Michel 2019 : Bernard Swysen & Ptiluc convainquent avec leur "Hitler" humoristique

A propos de François Boucq, lire également les articles et interviews suivantes :
- Les intégrales de l’été : Face de Lune
- François Boucq en majesté à Mantes-la-Jolie
- François Boucq au Musée de la Franc-Maçonnerie
- Champaka, la nouvelle collection de Beaux Livres chez Dupuis avec San Antonio
- François Boucq Grand Prix « Soleil d’Or » 2018 à Solliès-Ville
- Une autre interview : "Je scénarise seul la série Bouncer depuis le tome 9"
- La chevauchée printanière de François Boucq
- une précédente interview de François Boucq concernant Superdupont : « Le trait contient sa propre charge d’humour »
-  Boucq dessine l’obscénité du Procès Carlton
-  "Il ne faut pas oublier que ceux qui connaissent le mieux la BD, c’est encore ceux qui la font"
-  Little Tulip : Pour ses 20 ans, la collection "Signé" s’offre le duo Jérôme Charyn et François Boucq
-  Boucq passe au Lombard
-  Bouncer : les chroniques des T8 et T9
-  Little Tulip envoie dans la presse BD au goulag
-  « "S’amuser avec les peintures des autres, c’est génial à faire !" (décembre 2012)
-  Les Aventures de Jérôme Moucherot, T5 : Le Manifeste du mâle dominant
-  "Je ne me vois pas avec des limites particulières, tout est possible !" (octobre 2012)
-  Le Janitor,T4 : Les Morsures du Passé
-  « Avec Bouncer, Jodorowsky voulait faire un western shakespearien » (juin 2008)
-  « Bouncer est né de mon envie de faire un Blueberry » (décembre 2009)
-  « Le scénariste doit abandonner son récit, car le dessinateur en est le réel metteur en scène » (décembre 2009)
-  Rock Mastard : tomes 1 et 2

Photos en médaillon : Jean-Jacques Procureur et Charles-Louis Detournay

  Un commentaire ?