"Le Grand Vide" de Léa Murawiec : l’album de l’année 2021 pour la rédaction d’ActuaBD !

  • Voici venu, comme chaque année, le temps des cadeaux de Noël et de la recherche des pépites de l'année pour faire plaisir à ses proches. Comme chaque année, ActuaBD vous propose son choix dans une liste reflétant la diversité de ses chroniqueurs. Suivront bientôt les choix de la rédaction sur nos mangas, nos comics, nos albums jeunesse et nos albums indépendants préférés. En les attendant, voici donc parmi tous les albums franco-belges publiés en 2021, ceux qui nous semblent les plus marquants.

Pour cela, comme en 2020, nous vous proposons d’abord les Top 5 argumentés de 9 de nos principaux rédacteurs. Nous avons ensuite fourni ces albums sélectionnés au jugement de l’ensemble de notre rédaction pour établir le Top final d’ActuaBD.

Si l’on retrouve à chaque fois le J’Accuse ! de Jean Dytar bien placé, de même que La Bibliomule de Cordoue de Lupano & Chemineau, ce sont d’autres albums qui occupent le reste du (large) podium, la plupart, de la deuxième à la septième position se tenant dans un mouchoir de poche. Mais tel n’est pas le cas de l’album de l’année, qui obtient plus du double de voix de ses suivants : Le Grand Vide.

Il n’était pas attendu, mais il constitue donc le coup de cœur de l’année de notre rédaction, qui avait, l’an dernier, placé Carbone et Silicium en tête de ses favoris.

Les éditions 2024, éditeur indépendant installé à Strasbourg, au catalogue assez pointu et en pleine croissance, de plus en plus ouvert à la jeunesse, sont donc récompensées cette année pour un album qui a rencontré un succès réel, comme en attestent les longues queues dans les festivals auxquels Léa Murawiec a pu participer ces derniers mois et une place de choix dans la Sélection officielle du Festival d’Angoulême 2022.

"Le Grand Vide" de Léa Murawiec : l'album de l'année 2021 pour la rédaction d'ActuaBD !

Frédéric Hojlo, notre expert pour la BD alternative se félicite de ce choix, car Léa Murawiec a su synthétiser ses influences européennes et japonaises dans un style personnel, aborder des thématiques très contemporaines tout en restant dans la fiction, ce qui justifie pleinement ce remarquable succès. « La jeune autrice Léa Murawiec livre avec "Le Grand Vide" une grande bande dessinée, au sens profond, au graphisme superbe, à la fois fiction pleine de souffle et réflexion sur notre monde... » écrivait-il dans nos pages en octobre dernier

Pour vous faire une idée des autres choix de la rédaction, voici le top général de l’ensemble de la sélection :

1) Le Grand Vide, Léa Murawiec, 2024
2) #J’accuse...!, par Jean Dytar, Delcourt.
2e ex aequo Goldorak, par Xavier Dorison, Denis Bajram, Brice Cossu, Alexis Sentenac et Yoann Guillo, Kana
4) Madeleine, résistante : La Rose dégoupillée, par Madeleine Riffaud, Jean-David Morvan et Dominique Bertail, Aire-Libre, Dupuis
4 ex aequo La Bibliomule de Cordoue, par Wilifrid Lupano et Léonard Chemineau, Dargaud.
6) Les Amants d’Hérouville. Une histoire vraie, par Yann Le Quellec et Romain Ronzeau, Dargaud
6e ex aequo La jeune femme et la mer de C. Meurisse, Dargaud

JPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEG

Et voici en particulier, le top de nos rédacteurs :

Jérôme Blachon

1) Corto Maltese T. 1 : Océan Noir, par Pratt, Vivès et Quenehen - Casterman

Attendu, critiqué avant même sa parution... l’album de Corto Maltese par Vivès et Quenehen a fait couler pas mal d’encre (pas seulement virtuelle). Mais le constat est là, scellant la réussite : l’atmosphère d’un Corto est là, l’esprit aussi. Pratt ne se retournera pas dans sa tombe. Avec la distance nécessaire (graphisme, époque), les auteurs nous entraînent dans une chasse au trésor dont on espère une suite.

2) Goldorak, par Xavier Dorison, Denis Bajram, Brice Cossu, Alexis Sentenac et Yoann Guillo - Kana

Cinq compères nostalgiques du grand Mecha se lancent dans le pari fou d’écrire une suite au dessin animé mythique de l’émission Récré A2. Avec la bénédiction de Go Nagaï, son inventeur, ils nous proposent une histoire se situant dix ans après la fin de l’animé. Une vraie réussite, tant graphique que scénaristique, qui prolonge le rêve des grands enfants que nous sommes.

3) Un bébé si je peux, par Marie Dubois – Massot Ed. / Revue XXI

Les albums sur l’infertilité sont nombreux. Marie Dubois partage son expérience avec beaucoup d’auto-dérision et surtout un gros travail journalistique pour recueillir des témoignages, creuser, enquêter, en un mot éveiller notre conscience et nous faire réfléchir. Un pari gagné et un album à lire et à partager. Car l’infertilité est la conséquence d’un problème bien plus important qu’on ne croit, qui nous concerne tous.

4) Blanc autour par Wilfrid Lupano, Stéphane Fert - Dargaud

Bien avant la guerre de Sécession, nous sommes en 1832, le combat d’une institutrice pour l’instruction des filles noires de sa paroisse et tenter de les mener au-delà de leur condition. Un éveil des consciences salutaire, une goutte de tolérance dans un océan de racisme ordinaire. Ce qui n’a pas échappé au jury qui l’a nommé lauréat du prix BD 2021 France Bleu / ActuaBD. Une reconnaissance méritée.

5) Spirou : L’Espoir malgré tout, T. 3 par Émile Bravo - Dupuis

Pourquoi mettre le troisième tome d’une série déjà reconnue et plébiscitée en coup de cœur BD ? Car cette série prend le temps, et ce n’est pas si fréquent. Elle prend le temps de poser une situation, des personnages, nous montre le côté pile et le côté face. Elle nous entraîne dans une époque compliquée, ou rien, encore moins qu’aujourd’hui, n’est blanc ou noir. Un rythme nécessaire au développement de l’histoire.

PNGJPEGJPEG
JPEGJPEG

Paul Chopelin

1) La Bibliomule de Cordoue, par Wilfrid Lupano et Léonard Chemineau - Dargaud

Traiter d’un sujet grave et profond, la fragilité des savoirs face à l’ignorance, à la peur et à la haine, sur un mode humoristique et finalement optimiste : un pari difficile, mais amplement réussi par le tandem Lupano-Chemineau. Hautement réjouissant !

2) #J’accuse... !, par Jean Dytar - Delcourt

Un travail impressionnant de transposition médiatique de l’affaire Dreyfus à l’âge des réseaux sociaux et des chaînes d’information en continu. Bien informé, sans fausse note, un livre-objet qui procure un grand plaisir de lecture !

3) Sur un air de Fado - Par Nicolas Barral - Dargaud

Nouvelle adaptation du roman d’Antonio Tabucchi, Pereira prétend, un récit très fort, l’atmosphère oppressante de la dictature salazariste parfaitement reconstituée dans son quotidien, un album sensible au plus près du vécu intime d’un homme ordinaire.

4) Spirou : L’Espoir malgré tout, T. 3 d’Émile Bravo - Dupuis

Toujours aussi admiratif du travail d’Émile Bravo, qui poursuit son histoire en ménageant avec beaucoup de délicatesse un équilibre entre humour et émotion. On a ici le meilleur de ce que la BD peut apporter à la compréhension et à l’acceptation d’un passé douloureux.

5)Blake & Mortimer : Le Dernier Espadon - Par Jean Van Hamme, Peter Van Dongen et Teun Berserik - Dargaud

Une vraie réussite, pour les adieux de Jean Van Hamme à la série. Retour aux sources du récit jacobsien, pour une BD hommage parfaitement maîtrisée, avec la bonne dose de clins d’œil pour ne pas trop se prendre au sérieux.

JPEGJPEGJPEG
JPEGJPEG

Charles-Louis Detournay

1) Champignac, T. 2 : Le Patient A - Par David Etien et les BeKa - Dupuis

Après la réussite du tome 1 dans lequel les scénaristes BeKa et David Etien livraient une première aventure vécue par le Comte de Champignac, les auteurs réussissent un coup de maître avec ce second tome situé en 1941, toujours avant que le scientifique un poil loufoque ne rencontre Spirou & Fantasio. Entre évolution psychologique des personnages, informations méconnues sur la Seconde Guerre mondiale telle que la drogue prise par les Allemands, les moments d’actions, les références à l’univers de Franquin et un humour ciselé, les auteurs s’en sont donnés à cœur joie, de quoi procurer un plaisir démultiplié pour le lecteur. Un récit étonnamment complet pour seulement 46 planches, à découvrir d’urgence !

2) Célestin et le cœur de Vendrezanne - Par Gess - Éditions Delcourt

Passionnant polar parisien, psychologique, fantastique et envoûtant, Célestin et le cœur de Vendrezanne peut être lu comme un album indépendant, ou au sein de la série des Contes de la Pieuvre, cette mafia parisienne que l’auteur Gess imagine à la fin du XIXe siècle. En mêlant les personnages historiques et leurs citations à son propre bestiaire ou d’autres références du genre, Gess entraîne le lecteur dans un récit captivant où l’on apprécie autant l’intrigue que les décors ou les seconds rôles. Cela tient sans doute à son héros Célestin, un simple serveur, mais qui possède le don de découvrir la vraie nature des personnes qui l’entourent. Un talent graphiquement enluminé par les effets de couleurs qui confère au dessin une dimension complémentaire. Un récit prenant, que l’on peut lire au premier degré, puis relire à foison, en trouvant toujours des données complémentaires. Une pépite !

3) Sur un air de Fado - Par Nicolas Barral - Dargaud

Après 25 années de bande dessinée, Nicolas Barral livre enfin son premier album en tant qu’auteur complet, au scénario et au dessin. Au-delà du thème de la dictature portugaise, Sur un air de Fado suscite l’attention du lecteur, qui reste captivé jusqu’au bout des cent cinquante pages de ce roman graphique, grâce à l’étrange personnalité de Fernando, le charismatique héros imaginé par Barral. Plutôt qu’un activiste acharné sous cette dictature, l’auteur décide de s’intéresser au parcours de ce docteur sympathique, charmeur, épicurien, toujours la blague au coin de la lèvre, et amateur des femmes... des autres. On dirait presque un Belmondo à la cuirasse épaisse que personne ne pourra faire trembler ou douter. Sur un air de Fado se dévore avec un mélange de plaisir coupable et d’intérêt grandissant. Une œuvre magnifiquement équilibrée entre le dessin, le texte et les dialogues, entre humour, action et politique européenne. À ne pas rater !

4) Tananarive, Par Mark Eacersall (scénario) et Sylvain Vallée (dessin). Glénat - Collection 1000

Jubilatoire road-trip conjugué au troisième âge, Tananarive se double d’une fable poétique et graphique sur l’amitié et le besoin d’évasion. On suit les pas d’Amédée et Joseph, les meilleurs amis du monde... Jusqu’à ce que Joseph décède, et qu’Amédée se rende compte que les récits pleins d’aventures que son ami lui racontait chaque soir n’étaient peut-être pas si authentiques que cela. Décidé à faire la vérité sur celui qu’il croyait son ami, Amédée sillonne la France pour remuer le passé de Joseph, accompagné par le fantôme de celui-ci. Une superbe réussite portée entre autres par le talent graphique de Sylvain Vallée (Il était une fois en France chez Glénat, Katanga chez Dargaud, etc.) qui mêle les paysages du nord de la France avec une faune bien plus exotique. Un fabuleux conte drôle, attachant et également dépaysant !

5) Ne m’oublie pas par Alix Garin - Le Lombard

Alix Garin est sans conteste l’une des grandes révélations de l’année ! Derrière un dessin très libre et d’une apparente facilité, la jeune autrice parvient à faire passer beaucoup d’émotion et de dynamisme tout en restant très lisible. Son premier ouvrage est également un road-trip, cette fois accompli par une jeune femme qui a kidnappé sa grand-mère atteinte d’Alzheimer de son centre de soins où l’on souhaitait la placer sous camisole chimique pour empêcher qu’elle ne s’échappe à nouveau. Mêlant la fiction à des sentiments qu’elle a elle-même ressentis, l’autrice étonnamment mature joue parfaitement la carte de l’authenticité. On ne peut donc qu’être touché par ce roman graphique de plus deux cents pages, qui démontre par la même occasion que Le Lombard s’intéresse à tous les formats, pourvu que le fond soit présent.

JPEGJPEGJPEG
JPEGJPEG

Pierre Garrigues

1- Le Grand Vide par Léa Murawiec - 2024

L’histoire d’une asociale dans un monde dystopique où la mort ne survient que lorsque l’on t’oublie. Une vraie réflexion sur la dictature de l’image et comment on s’y soumet volontairement.

2- Les Strates par Pénélope Bagieu - Gallimard

Pénélope Bagieu revient à ce qu’elle fait de mieux : l’autobiographie pleine d’une autodérision qui adoucit des thèmes puissants. Peut-être son meilleur album.

3 - RIP T. 4 par Gaet’s et Monier - Petit à Petit

L’album le plus fort et le plus glauque de la saga, qui marque un tournant dans l’histoire globale. L’une des meilleures séries actuelles.

4 - Les Chimères de Vénus T. 1 par Ayroles et Jung - Rue de Sèvres

Une course au nouveau monde… Sauf que le nouveau monde, c’est Vénus ! Un univers steampunk bariolé et réfléchi gratifié des excellents dialogues d’Ayroles.

5 - Corto Maltese : Océan Noir par Pratt, Vivès et Quenehen - Casterman

Une excellente revisite d’un héros qui commence à dater, et n’est plus connu du jeune public. Le style de Vivès sublime celui de Pratt sans le trahir.

JPEGJPEGJPEG
JPEGPNG

Philippe Lebas

1) Bartleby par Munuera - Dargaud

Une adaptation particulièrement réussie du chef-d’œuvre de Melville.

2) Pacific Palace par Durieux - Dupuis

Un Spirou inspiré, avec un Durieux au scénario et au dessin, au sommet.

3) La Jeune femme et la mer par C. Meurisse - Dargaud

Une très belle incursion dans ce pays si étrange pour une autrice en quête d’ailleurs.

4) Le Peintre hors-la-loi par Duchazeau - Casterman

Belle découverte que ce peintre hors-norme durant la Révolution française, portée par le dessin vif de Duchazeau.

5) #J’accuse... ! par Jean Dytar - Delcourt

Impressionnante somme sur l’Affaire Dreyfus à la sauce réseaux sociaux et fake news.

JPEGJPEGJPEGJPEGJPEG

Tristan Martine

1) La Bibliomule de Cordoue, par Wilfrid Lupano et Léonard Chemineau - Dargaud

En 976, à la suite d’un bouleversement politique, a lieu un autodafé de dizaines de milliers de manuscrits de la magnifique bibliothèque de Cordoue, alors l’un des centres culturels de l’Europe. Tarid, eunuque grassouillet en charge de la bibliothèque, essaye d’en sauver quelques-uns en en chargeant au maximum sur le dos d’une mule et en s’enfuyant à travers l’Espagne, accompagné d’une jeune copiste noire, et de son ancien apprenti devenu voleur. Parlant à la fois d’une période très peu connue du grand public, celle de l’Espagne musulmane et de sa splendeur culturelle, cette bande dessinée interroge aussi la question du lien entre pouvoir et religion. Ce très bel objet est le récit le plus intelligent, drôle, vivant, audacieux, amusant, profond, éclairant et pertinent de l’année !

2) #J’accuse...!, par Jean Dytar - Delcourt

L’impact de l’affaire Dreyfus sur ses contemporains aurait-il été différent s’ils avaient été informés par les médias d’aujourd’hui ? Jean Dytar nous fait revivre cette page de notre histoire en la transposant aujourd’hui, avec nos moyens informatiques actuels. Cette réflexion sur la polarisation de la société parle bien évidemment au moins autant d’aujourd’hui que d’hier. Ce livre-objet, dont les pages imitent les moteurs de recherche internet et qui se présente comme un écran et un clavier, est exceptionnel : une application de l’éditeur permet notamment de scanner chaque page pour obtenir les sources utilisées par l’auteur. Jean Dytar réinvente tout simplement le genre de la bande dessinée historique, excusez du peu !

3) Jours de sable, par Aimée de Jongh – Dargaud

En 1935, le gouvernement Roosevelt crée l’Administration pour la sécurité agricole, dans le cadre du New Deal :au sein de cette administration, une section photographique est chargée de documenter les conditions de vie des fermiers américains et de leurs familles, pour sensibiliser la population des villes. Aimée de Jongh invente le personnage d’un jeune photographe qui se fait embaucher pour photographier l’Oklahoma, frappée de plein fouet par des phénomènes de sécheresse. Avec une rare émotion, l’autrice nous montre les émotions paradoxales que ces populations rurales en train de tout perdre provoquent en celui qui les photographie. La construction graphique est magnifique et confirme tout le bien que nous pensons de cette Néerlandaise qui est l’un des plus grands talents de la jeune relève européenne !

4) Sur un air de Fado, par Nicolas Barral, Dargaud

Si l’on connaissait jusque-là surtout Nicolas Barral comme dessinateur, principalement dans le registre de l’humour ou du polar, il se révèle avec cet album comme un auteur complet majeur ! Parfaitement rythmé, au dessin efficace et aux couleurs magnifiques, cet album décrit la dictature salazariste par le biais d’un récit suivant un anti-héros qui oscille entre ironie et désespoir face à ce régime politique et à ses lourdes conséquences. On évite ici les poncifs et si l’on apprend beaucoup, on ne tombe pas dans le biais du pédagogisme : cet album a également été conçu pour être édité au Portugal et donc pour être lu par un public de gens connaissant parfaitement le contexte géopolitique. On aboutit ainsi sur un récit universel qui pourra parler à tout un chacun : Qu’aurions-nous fait ? Que ferons-nous ?

5) Suites algériennes (1962-2019), T. 1, par Jacques Ferrandez, Casterman.

Après avoir traité de l’Algérie française, de 1820 à 1954 dans la série "Carnets d’Orient", puis de 1954 à 1962 dans "Carnets d’Algérie", Jacques Ferrandez entame avec "Suites algériennes" son récit de l’histoire de l’Algérie depuis 2019. Il y intègre une dose d’autobiographie plus importante que dans ses précédents volumes, et joue de la chronologie en passant d’une période à l’autre pour mieux comprendre la situation actuelle. Nous attendons avec impatience le second volume qui viendra clore cette œuvre unique et magistrale !

JPEGJPEGJPEGJPEGJPEG

Didier Pasamonik

1) Spirou : L’Espoir malgré tout, T. 3 , par Émile Bravo, Dupuis

C’est sans doute l’une des œuvres les plus importantes de la décennie qui fait la preuve que l’on peut parler de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah en renouvelant le thème. Elle est riche de ses sous-textes, par son universalité, sa réflexion sur l’engagement, sur l’absurdité de la condition humaine et de la création quand elle est confrontée aux totalitarismes. Le regard -éminemment documenté- de L’Espoir malgré tout, en fait en quelque sorte un Maus de la BD belge.

2) Le Jeune Acteur, par Riad Sattouf, Les Livres du futur

Le sujet-même , Riad Sattouf racontant la vie de l’acteur qu’il a lui-même révélé dans son film "Les Beaux Gosses", laisse présager une forme de complaisance. Pas du tout : il s’agit véritablement d’un récit d’initiation sur le métier de comédien, pour un acteur - Vincent Lacoste - passé directement du lycée aux marches du Festival de Cannes. C’est raconté avec la malice et le génie de la caractérisation coutumier de Riad Sattouf. Incontournable.

3) 47 Cordes, par Timothé Le Boucher, Glénat

Quand le chant de la sirène ensorcèle un jeune harpiste, cela donne des situations aussi étranges que vénéneuses. Un album magnifiquement dessiné conçu comme une partition d’orchestre.

4) Madeleine, résistante : La Rose dégoupillée, par Madeleine Riffaud, Jean-David Morvan et Dominique Bertail, Aire-Libre, Dupuis

Ce premier tome est le premier d’une trilogie sur la vie de Madeleine Riffaud, 97 ans, journaliste, écrivaine et poétesse française, résistante pendant la Seconde Guerre mondiale et actrice de la Libération de Paris. À l’initiative de Jean-David Morvan, elle raconte sa guerre, l’album retraçant ces étapes cruciales de sa vie, de l’épisode où elle prend l’initiative d’assassiner un officier allemand, à celui qui conte l’attaque d’un train chargé de soldats de la Wehrmacht, faits prisonniers en gare de Ménilmontant. Un travail de mémoire dantesque qui a été réalisé par Jean-David Morvan et Dominique Bertail, qui en dessine chaque détail, et approuvé par Madeleine en personne créditée comme co-scénariste. Elle et Jean-David ont été couronnés par le prestigieux Prix Goscinny du meilleur scénario.

5) Les Grands Cerfs, par Christian Nocq, Maghen

C’est un récit d’initiation, de toute beauté, à la nature -on apprend plein de choses sur ces beaux cervidés- où l’on découvre ses aspects méconnus mais aussi le rapport ambigu entre les chasseurs, le Service des Eaux et Forêts et les écologistes défenseurs de la nature. On parcourt des paysages magnifiques, aux pénombres tamisées en été, aux neiges fantomatiques en hiver, c’est touchant, instructif et sublime. Une grande réussite !

JPEGJPEGJPEGJPEGJPEG

François Rissel

1) Mauvaise réputation, Ozanam et Bazin, Glénat

Un western désenchanté et sombre qui raconte l’histoire des frères Dalton. Cet album oscille entre chaos et mélancolie, le tout porté par le dessin exceptionnel d’Emmanuel Bazin, dessinateur dont le trait fluctue entre Edward Hopper et Manuele Fior.

2) Le Tambour de la Moskova, Simon Spruyt, Le Lombard

Le Tambour de la Moskova raconte la traversée poétique d’un personnage angélique au milieu d’une tourmente infernale. Un récit aux inspirations historique et romanesque doté d’une véritable réflexion sur les statuts de l’innocence et la grandeur en temps de conflit.

3) 1984, Xavier Coste, Sarbacane

Xavier Coste livre ici un 1984 d’une justesse très impressionnante. Il réussit le pari de cet exercice. En s’appropriant cette œuvre, il la transcende tout en lui restant fidèle. Une franche réussite.

4) Les Chimères de Vénus T. 1, Ayroles et Jung, Rue de Sèvres.

Un prolongement astucieux et efficace qui est même plus intéressant que la série mère par instants. Le scenario de Ayroles est impeccable, et que dire des planches de Étienne Jung, dont le travail rappel les grandes heures de l’animation des studios Disney.

5) Saint-Elme T. 1, Serge Lehman et Frederik Peeters, Delcourt

Pour cette nouvelle série, les auteurs de L’Homme gribouillé ont imaginé une ville absurde régie par ses propres codes et normes, à la manière de Twin Peaks ou Fargo. Ce premier tome d’exposition nous a donné furieusement envie de connaître la suite de cette histoire.

JPEGJPEGJPEGJPEGJPEG

David Taugis

1) Les Amants d’Hérouville. Une histoire vraie, par Yann Le Quellec et Romain Ronzeau, Dargaud

À la fois portrait et récit d’une époque, une biographie pleine de musique et de passion.

2) Le Divin scénario, par Jacky Beneteaud et Fabrizio Dorri, Actes Sud - L’an 2

Fourmillant d’idées à la fois dans la forme et sur le fond, magnifique.

3) Lorraine Cœur d’Acier, par Vincent Bailly & Tristan Thil - Futuropolis

Le récit d’une lutte unique dans son lien avec la radio, précurseur du mouvement des radios libres en France. Chronique puissante et entraînante.

4) Le Droit du sol : Journal d’un vertige, par Étienne Davodeau, Futuropolis

Davodeau parcourt la France en s’interrogeant sur soi et notre nature fragile. Également un bel hommage à notre patrimoine naturel... qui sort des sentiers battus.

5) En toute conscience, par Olivier Peyon & Livio Bernardo - Delcourt.

Témoignage essentiel sur la fin de vie assistée, mis en lumière avec des personnages touchants et originaux

JPEGJPEGJPEGJPEGJPEG

Que retenir de cet ensemble de coups de cœur ? Seuls cinq albums sont cités par plusieurs de nos chroniqueurs. Deux d’entre eux le sont deux fois. Il s’agit d’un des albums ayant fait couler le plus d’encre en 2021, la reprise de Corto Maltesse par Bastien Vivès, et de La Bibliomule de Cordoue, scénarisé par le meilleur scénariste de l’année, le prix Jacques Lob 2021 : Wilfrid Lupano.

Trois d’entre eux sont mentionnés trois fois et constituent donc le top 3 de nos chroniqueurs. Si le premier était attendu, le Spirou d’E. Bravo étant l’une des séries les plus importantes des dernières années, tel est moins le cas des deux autres albums, qui s’inscrivent dans le registre de la bande dessinée historique. Sur un air de fado est une franche réussite, sensible et intelligente, tandis que l’album de Jean Dytar consacré à l’Affaire Dreyfus renouvelle le genre tout en questionnant en profondeur notre époque et son rapport à l’actualité.

Il ne vous reste plus qu’à faire votre choix dans notre sélection pour embellir les fêtes de fin d’année !

(par Tristan MARTINE)

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
Newsletter ActuaBD