Charlie Hebdo, personnalité BD de l’année 2015

31 décembre 2015 3 commentaires
  • Cette année, quand nous avons envisagé d'élire, comme nous le faisons chaque année, la personnalité de l'année 2015 pour la bande dessinée, le team d'ActuaBD.com composé d'une trentaine de personnes s'est prononcé pour l'équipe de Charlie Hebdo qui s'est faite assassiner en janvier dernier.

Nous avions bien l’intention, début 2015, d’élire douze mois plus tard la personnalité qui avait marqué l’année. Nous procédons à cette élection depuis 2010 et nous avons élu successivement Jean Van Hamme, Fanny Rodwell, Albert Uderzo, Spirou, Gotlib pour avoir marqué médiatiquement l’année.

Cette année, nous aurions pu élire Zidrou, Fabcaro, Dorison, Lupano ou Franck Bondoux qui, à des titres divers, ont marqué nos esprits en 2015.

Zidrou : "sur tous les fronts cette année" (A. Pigeat), "Il a parfaitement réussi sa transition sur des récits en dehors de la jeunesse, et sa reprise du Ric Hochet après le Chlorophylle. Reste que son Berthet demeure... étrange" (Ch-L. Detournay) , "Zidrou est en train de prendre une dimension phénoménale" (P. Aggabi) .

Fabcaro : " ...pour son pied de nez au bon goût, aux principes éditoriaux désormais convenus (sujet médiatique, forte pagination, couverture soignée et prix TTC reversant). Pied de nez finalement salué par la critique, Philippe Geluck pour le prix Landernau et Ouest-France-Quai des Bulles. Une sorte d’appel à la (dé)raison dans un monde de bulles en position stratosphérique" (L. Melikian).

Xavier Dorison : "Dorison fait également une bonne année avec le fabuleux Undertaker (2 tomes parus en 2015), la reprise des Mondes de Thorgal, le très bon Maître d’Armes, et la réussite de "Comment faire Fortune en juin 40" avec Nury sans oublier Ulysse 1781 avec Hérenguel (quel palmarès !) " (Ch-L. Detournay).

Lupano : " "Il a commencé l’année sur le succès d’un Océan d’amour, a transformé le coup de maître des Vieux Fourneaux en succès populaire, a réussi l’entrée en matière du nouveau cycle de Sept avec sa parodie des Sept Nains, a révolutionné l’Heroïc Fantasy avec le Traquemage (même si j’attends personnellement le second tome pour être convaincu) et a donné une nouvelle vision de la Commune et des femmes avec les Communardes." (Ch-L. Detournay), "Forte impression et grosse activité depuis également depuis Un Océan d’amour (massivement sur les étals de Noël FNAC et autres)" (A. Pigeat), "Ah oui, Lupano, je vote pour !" (D. Taugis).

Franck Bondoux : "...en habile stratège (du moins jusqu’à cette année) qui maintient sa mainmise sur le FIBD avec un aplomb scandaleusement incroyable. Très belle illustration du fameux titre de Reiser : « On vit une époque formidable »" (L. Melikian)...

Charlie Hebdo, personnalité BD de l'année 2015
Capture d’écran
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Évidemment, Charlie.

Mais l’unanimité s’est faite sur l’équipe de Charlie Hebdo : "Outre l’émotion suscitée sur le moment, outre les différentes expos et les différents hommages, Luz a été très présent en librairie, Charb également." (T. Martine), "...en ajoutant certainement Riss, le miraculé, et Luz symbole déboussolé mais toujours debout." (L. Melikian)

L’équipe de Charlie, les personnalités disparues : Wolinski, Cabu, Charb, Tignous, Honoré et l’Oncle Bernard [Maris], dont nous n’avons oublié ni les principes qui les animaient, ni leur anticonformisme, ni leur joyeuse transgression des tabous les plus "touchy", ni le moment de sidération national qu’a provoqué leur mort, ni les moments de solidarité les plus touchants qu’elle a suscités, ni les hommages parfois les plus ambigus, que ce soit de la profession, des festivals de BD ou de caricature, ni aucun des instants qui ont suivis ces hommages : le désarroi de Luz, les rebonds journalistiques opportunistes, le retour en kiosque de Charlie Hebdo, la réplique d’attentat à Copenhague, ni les attentats de Paris le 13 novembre...

Capture d’écran
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Où est Charlie ?

On sait combien l’affaire Charlie a été l’objet de récupérations de tous ordres, parfois terribles, parfois grotesques. On a vu, notamment un premier avril, des donneurs de leçons perdre leur sens de l’humour et verser dans le prêchi-prêcha moralisateur. Le grossier, l’énorme, le rigolard qui tache est plus que jamais dans le collimateur des pensées en soutane. Il s’est élevé des voix pour dire : "ils ont été trop loin". En est-on à penser que leurs assassins étaient légitimes ?

Les attentats contre Charlie Hebdo ont créé bien des ambiguïtés : on a vu fleurir des drapeaux français dans les rues alors que d’autres chantaient la Marseillaise, un chant guerrier. Or, Charlie Hebdo est tout sauf cocardier : Cabu avait connu la Guerre d’Algérie, deux années qu’on a lui avait volées, pensait-il. On a, à juste titre, rendu hommage aux policiers, alors que les anars de Charlie étaient contre la répression policière. On a vu plusieurs dessins montrer les dessinateurs de Charlie avec des auréoles dialoguant avec Dieu le père, vu des gens poser des cierges comme dans des églises, alors que nos artistes étaient probablement athées et violemment anticléricaux. Et ne parlons pas de la bouffonnerie politique avec force écharpes tricolores avides de récupération, ces chefs d’état, dont quelques dictateurs, venus rendre hommage à un journal libre, jusque dans les absences : le roi du Maroc se faisant excuser car il risquait de rencontrer dans la manifestation des représentations offensantes du prophète...

Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Tout cela est à mille lieues de l’esprit de Charlie Hebdo mais un hommage devait être rendu car l’enjeu va bien au-delà de la feuille satirique : nous avons eu aussi à saluer des victimes innocentes tuées simplement parce qu’elles faisaient leurs courses dans un magasin cacher, à des policiers qui défendaient les citoyens, leurs semblables, des employés qui avait eu la malchance de croiser les assassins... Pour eux, il ne s’agit pas de défendre un "esprit Charlie", mais simplement d’affirmer la réunion de tout un peuple face à une menace qui va au-delà de la défense d’idées et de principes mais qui s’attaque à nos valeurs-même et à notre identité, on l’a encore vu le 13 novembre.

L’affaire Charlie ne se limite pas à la seule question de la liberté d’expression, comme on l’a cru trop souvent. La plupart ont oublié qu’il s’agit ici de la liberté de conscience niée par les assassins des dessinateurs de Charlie, notamment celle de ne croire en aucune vérité révélée. Il s’agit ni plus ni moins d’un droit de l’homme (article 18).

Bernard Maris, Georges Wolinski, Jean Cabu, Charb, Tignous, Honoré.
Photo DR
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Ces ambiguïtés affaiblissent la démocratie : contradictions, indécisions, lâchetés coupables... Nous devons vivre avec, car la Liberté, l’Égalité et la Fraternité doivent être évaluées à chaque instant. C’est un combat. C’est le prix de l’humanité.

Ce que dit Charlie

Il y a une lecture à faire dans les prochains jours, c’est Ce que dit Charlie - Treize leçons d’histoire de l’historien Pascal Ory (Ed. Gallimard). Ce professeur à la Sorbonne est depuis longtemps un ardent bretteur de l’histoire culturelle, l’un de ses principaux promoteurs. Il a conduit, longtemps seul dans l’université française, bon nombre de travaux sur l’histoire de la bande dessinée et/ou du dessin de presse. À ce titre, il a signé une introduction à un ouvrage de Cabu, son ami.

La date que retient Ory, c’est "janvier [20]15" : "Janvier 15 est donc un moment historique du XXIe siècle en ce qu’il ne peut pas se limiter à sa signification locale. La violence et l’ampleur des actes que ces quelques jours ont cristallisé pouvaient dès lors apparaître comme la métonymie d’une crise plus générale."

Effectivement, ce mois terrible est devenu un symbole qui interroge les contradictions de notre monde, car voici des jeunes éduqués, nés à nos côtés, qui endossent la rancœur d’une catégorie d’idéologues qui mobilisent des pratiques et des croyances que l’on supposait d’un autre temps. Les notions de démocratie, de culture, d’humanité, de justice, de liberté, d’égalité et de fraternité enfin, s’en trouvent ébranlées.

Au travers de 13 leçons (ce chiffre, bousculé par un autre événement terrible : le vendredi 13 novembre, avait été écrit avant qu’il ne survienne dans l’actualité), Ory arpente les pistes de réflexions que nous offrent cette expérience. Il remarque que le mot "assassin" est un terme qui se rattache à une secte musulmane, qu’il entre dans notre langue au XIIe siècle dans un récit contant la IIIe Croisade ; que la SARL créée en 1992 par Cabu et Bernard Maris pour relancer Charlie Hebdo avait pour nom... Kalachnikov. Coïncidences troublantes.

Il souligne la spécificité de ce moment historique, à savoir que cet événement est configuré pour se trouver relayé dans les médias, qu’il vise à s’inscrire dans l’histoire. Au passage, il donne pour la première fois, au prix du sang, un statut noble, jusqu’alors bâtard et peu reconnu (souvenons-nous de l’élection au rang de Grand Prix de Wolinski à Angoulême), au dessinateur de presse.

Il explique que l’action de ces assassins s’inscrit dans une longue tradition d’iconoclastie -nos dessinateurs ayant été tués, rappelons-le, pour avoir représenté Mahomet- une iconoclastie qui fut un temps aussi celle des Chrétiens, concluant que si l’on examine les guerres de religion, le sens de l’histoire n’est pas "nécessairement" en faveur d’une société tolérante, libérale et humaniste...

Il explique que la réaction à la terreur, "le combat contre le terrorisme", a pour résultat principal la mort ou l’enfermement de ses victimes et le recul des libertés publiques. Mais il ajoute que cette terreur, "sur les moyen et long termes [...] échoue totalement à renverser le régime abhorré."

#jesuischarlie

Après une suite de rappels sur liberté d’expression ("La différence de nature entre un tribunal et une kalachnikov, c’est "l’État de droit"), la laïcité, la symbolique "Place de la République", il revient sur la séquence "Je (ne) suis (pas) Charlie" et notamment le statut Facebook de Dieudonné [1], il rappelle la modicité de la diffusion du #jenesuispascharlie : "41 580 fois -chiffre qu’il faut, au reste, rapprocher des quatre millions et demi de retweets de #jesuischarlie déjà enregistrés la veille à 19 heures."

Ni Emmanuel Todd, qui produit un essai "à chaud" sur l’événement, Qui est Charlie ?, ni Michel Houellebecq dont le roman Soumission défrayait l’actualité au moment où les dessinateurs de Charlie tombaient sous les balles, ne sont oubliés par Pascal Ory qui esquisse une brève synthèse du statut des intellectuels français depuis l’Affaire Dreyfus. Il signale notamment que l’intellectuel français le plus lu après les événements de janvier, n’était "ni Alain Badiou, ni Alain Soral" mais bien Voltaire dont les ventes de l’édition de poche de son "Traité sur la tolérance" atteignirent subitement des niveaux de vente stratosphériques.

Cabu et Pascal Ory en décembre 2008.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Ce que dit Charlie - Treize leçons d’histoire de l’historien Pascal Ory (Ed. Gallimard) chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

LA TERRIBLE ANNÉE 2015 DE CHARLIE HEBDO SUR ACTUABD.COM

- 7 janvier 2015 - Attentat à Charlie Hebdo - Au moins 12 morts
- 7 Janvier 2015 - Atroce attentat contre Charlie Hebdo - Wolinski, Cabu, Charb et Tignous assassinés
- 7 janvier 2015 - Attentat contre Charlie Hebdo - Le dessinateur Honoré, cinquième dessinateur assassiné
- 8 janvier 2015 - Attentat contre Charlie Hebdo - Partout en France, hier soir, le silence et le recueillement
- 8 janvier 2015 - Il faut continuer le combat de Charlie Hebdo
- 8 janvier 2015 - Charlie Hebdo : les caricaturistes belges rendent hommage à leurs pairs !
- 9 janvier 2015 - Charlie Hebdo en passe de devenir une religion
- 9 janvier 2015 : Les dessinateurs allemands solidaires de Charlie Hebdo
- 9 janvier 2015 - Comment aider financièrement Charlie Hebdo ?
- 9 janvier 2015 - Charlie Hebdo - L’hommage du New Yorker
- 9 janvier 2015 - Sondron & Samuel (caricaturistes belges) : « La mort de nos amis de Charlie Hebdo nous bouleverse ! »
- 10 janvier 2015 - Wolinski, Cabu, Charb, Tignous, Honoré et Bernard Maris vont bien : les attentats, c’était une blague !
- 10 janvier 2015 - Slim (dessinateur algérien) : " Les fanatiques religieux n’ont pas le sens de l’humour mais le sens de la mort."
- 10 janvier 2015 : Charlie ne doit pas faire disparaître Charlie
- 10 janvier 2015 - Un prix "Charlie pour la liberté de la presse" devrait être créé au Festival d’Angoulême
- 10 janvier 2015 : Johan De Moor : « À travers l’attentat de Charlie Hebdo, on cherche à nous intimider. »
- 11 janvier 2015 : Plusieurs millions de soutiens défilent pour Charlie Hebdo
- 11 janvier 2015 - Une marche pour Charlie Hebdo, mais pas seulement...
- 11 janvier 2015 - Les plus beaux slogans pour Charlie Hebdo
- 11 janvier 2015 - Farid Boudjellal : " Pour l’instant, les politiques se déchirent sur le cadavre encore chaud de Charlie Hebdo."
- 12 janvier 2015 - Charlie Hebdo - Le paradoxe de l’émotion
- 12 janvier 2015 - Mahomet en couverture du prochain Charlie Hebdo
- 12 janvier 2015 - Charlie Hebdo, "le journal des survivants", tiré à trois millions d’exemplaires en 16 langues
- 12 janvier 2015 : Spirou sort un numéro spécial en hommage à Charlie Hebdo
- 12 janvier 2015 - Nicolas Vadot : "Je n’étais pas d’accord avec Charlie Hebdo mais ils avaient parfaitement le droit de s’exprimer."
- 13 janvier 2015 - Le Grand Prix du Festival International d’Angoulême 2015 pour Charlie Hebdo ?
- 13 janvier 2015 - Kroll : "Ce n’est pas la religion le problème, ce sont les fanatiques."
- 14 janvier - Spirou réunit le monde de la BD dans un numéro spécial en hommage à "Charlie"
- 15 janvier 2015 - Chassés-croisés entre Pilote et Charlie Hebdo
- 16 janvier 2015 - Le formidable courage des éditeurs et des caricaturistes turcs
- 16 janvier 2015 - Ersin Karabulut (dessinateur turc) : "Si demain quelqu’un s’en prend à une mosquée, nous serons de ceux qui dénonceront cet acte en écrivant et en dessinant. Tout comme Charlie Hebdo."
- 17 janvier 2015 - Le "Charlie Hebdo des survivants" passe le cap des 7 millions d’exemplaires de tirage
- 17 janvier 2015 - Memo Tembelçizer (caricaturiste turc) : "L’attaque contre Charlie Hebdo est un évènement dont la dimension mondiale me fait peur."
- 22 janvier 2015 - Le Musée Hergé programme, puis annule une expo en hommage à Charlie Hebdo->art17482]
- 22 janvier 2015 - [Les plus beaux slogans pour Charlie Hebdo
- 24 janvier 2015 - Après le succès du Journal de Spirou, Casemate publie également son hors-série "Spécial Charlie"
- 27 janvier 2015 - La bande dessinée, la Shoah et... Charlie Hebdo
- 27 janvier 2015 - Des dessins pour Charlie Hebdo
- 29 janvier 2015 - Angoulême est Charlie !
- 27 janvier 2015 : (à l’occasion de la célébration de la libération du camp d’Auschwitz) : La bande dessinée, la Shoah et... Charlie Hebdo
- 30 janvier 2015 - Angoulême 2015 : Grand Prix Spécial pour Charlie Hebdo
- 31 janvier 2015 - Tirée à 100 000 exemplaires, "La BD est Charlie " est déjà épuisée en librairie.
- 31 janvier 2015 - Encore quelques dessins pour Charlie Hebdo
- 5 février 2015 : Pour Charlie Hebdo, Alan Moore suggère aux religions monothéistes un nécessaire toilettage.
- 8 février 2015 : Charlie Hebdo - Luz explique la couverture du "Charlie Hebdo des survivants"
- 15 février 2015 - Réplique terroriste des attentats de Charlie Hebdo à Copenhague
- 16 février 2015 - Des assassinats de Charlie Hebdo à ceux de Copenhague : quand la violence réelle répond à la violence symbolique
- 24 février 2015 - Charlie Hebdo à nouveau dans les kiosques
- 7 mars 2015 - Charlie Hebdo rend fou même les médias les plus sérieux
- 1er avril 2015 - Wolinski, Cabu, Charb, Tignous, Honoré et Bernard Maris vont bien : les attentats, c’était une blague !
- 10 avril 2015 - Deux journalistes inculpés à cause de Charlie Hebdo : Le double-jeu des conservateurs turcs
- 15 avril 2015 - Le "testament" de Charb bientôt en librairie
- 10 juin 2015 - L’impossible Catharsis de Luz (et de Charlie Hebdo)
- 17 novembre 2015 - Coco signe la Une du Charlie Hebdo post-13 novembre 2015
- 11 décembre 2015 - Zep et "What a Wonderful World !" reçoivent le premier Prix Wolinski de la BD du Point 2015

[1Il avait écrit : "Après cette marche historique, que dis-je... légendaire ! Instant magique égal au Big Bang qui créa l’univers !... Ou dans une moindre mesure (plus locale) comparable au couronnement de Vercingétorix, je rentre enfin chez moi. Sachez que ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Coulibaly." Ce qui valut à son auteur deux mois de prison avec sursis.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Charlie Hebdo, personnalité BD de l’année 2015
    31 décembre 2015 23:22, par MD

    L’assassinat collectif de l’équipe Charlie-hebdo n’était malheureusement qu’un apéritif pour ceux qui ont ensuite commis la tuerie en masse du Bataclan. Des actes de guerre contre les civils, donc ! Contre des créateurs ou des spectateurs ou passants innocents ! Honte aux soldats sans conscience d’Al Quaida ou de Daesch !
    Rien d’autre à dire, sinon que l’attaque contre Charlie-Hebdo reste un des pires actes contre la liberté d’expresion en France (et malheureusement, j’avais rencontré Wolinski et Cabu, ce qui renforce encore mon chagrin). Et donc l’évènement marquant d’une année 2015 dont on s’empressera de tourner la page, même si rien n’indique que 2016 sera meilleure.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gilles le 1er janvier 2016 à  00:42 :

      Honte aux soldats

      Ce ne sont pas des soldats, juste des ordures sans foi ni loi, il ne faut pas confondre.

      Répondre à ce message